« Une utopie. James Guillaume écrit à Ferd. Buisson » in La Bataille syndicaliste, jeudi 30 janvier 1913

Cette lettre publiée dans La Bataille syndicaliste dirigée par Pierre Monatte dont James Guillaume était proche, concerne un projet de loi présenté par son ami Ferdinand Buisson. James Guillaume participe ainsi à la polémique relative à l’unification scolaire.

Texte retranscrit à partir de l’exemplaire conservé à la BnF et numérisé sur Gallica.

 

« Une utopie

James Guillaume écrit à Ferd. Buisson

Nous ne voulons pas que la bourgeoisie prenne le meilleur de la classe ouvrière

Notre collaborateur James Guillaume vient d’adresser la lettre suivante à M. Ferdinand Buisson, député :

Paris 28 janvier 1913

Cher ami,

J’ai lu attentivement l’exposé des motifs de votre proposition de loi sur l’égalité des enfants devant l’instruction. La Bataille syndicaliste d’hier, par la plume d’Harmel, a rendu hommage au sentiment généreux qui a dicté la proposition et en a indiqué en même temps le caractère utopique. Mais, à mon sens, Harmel n’a pas suffisamment marqué le point faible du projet, dont la conséquence pratique serait exactement le contraire de ce que souhaitent ses auteurs. En régime capitaliste, votre plan aboutirait à extraire du prolétariat ouvrier et agricole ses éléments les plus intelligents et à les faire entrer dans la classe dirigeante.

Vous expliquez fort bien qu’aujourd’hui des fils de pauvres, d’une intelligence remarquable, « qui deviendraient presque certainement des hommes de grand mérite », sont forcés par la pauvreté à quitter l’école pour l’atelier. Ce sont là, dites-vous, des forces perdues. Mais quand ces intelligences auront pu se cultiver et seront allées, par l’application de votre système d’examen et de concours, renforcer la classe dirigeante et que le prolétariat se trouvera ainsi écrémé de son élite, pensez-vous que vous vous serez rapproché de l’idéal égalitaire ? Non : vous aurez consolidé le régime du capitalisme, qui sera très heureux de s’adjoindre les capacités sorties du peuple et de leur faire leur place dans les rangs des dirigeants.

Je ne vois qu’une chose faisable, en matière d’éducation, tant que nous sommes en régime capitaliste : transformer l’école primaire, grâce à l’esprit nouveau qui se développe de plus en plus chez les instituteurs syndiqués et amicalistes, en un véritable instrument d’émancipation pour les enfants du peuple, qui en sont les seuls clients, et préparer ainsi une génération de travailleurs qui ne croiront plus à la démocratie gouvernementale et à toutes vos institutions politiques et qui seront décidés à lutter à fond pour l’abolition du salariat.

À l’éducation des recrues de l’armée du syndicalisme ouvrier et paysan, l’école primaire émancipée suffira.

Et cette armée elle-même, grâce aux leçons de la lutte quotidienne et à l’acquisition progressive, par les adultes et non par les enfants, des connaissances techniques, ne se trouvera pas inférieure à la tâche que le présent réclame d’elle et que lui réserve l’avenir.

Quant à l’instruction intégrale, son jour ne pourra venir qu’après la suppression du salariat, une fois que les syndiqués, ayant pris en main toute la production et réorganisé la consommation sur une base communiste, c’est-à-dire purement distributive et non plus mercantile, auront émancipé réellement les travailleurs aujourd’hui exploités. Alors, l’instruction pourra être reçue par tous, à proportion non plus de leur situation économique, puisque toutes les situations seront devenues équivalentes, mais de leurs aptitudes intellectuelles.

Bien cordialement,

James Guillaume. »

 

Frédéric Mole a mis en contexte ces débats dans son ouvrage L’école laïque pour une République sociale. Controverses pédagogiques et politiques (1900-1914) (PUR, 2010, p. 304-305) en citant d’ailleurs cette lettre de Guillaume :

« Le projet d’unification est ainsi soupçonné de conduire à accentuer un phénomène déjà observable. En effet, les défenseurs d’une « autonomie du primaire » déplorent – comme nous l’avons déjà vu – un enseignement jugé trop « livresque », affectant selon eux le rapport que les élèves entretiennent avec les savoirs et la fréquentation scolaire. Cette critique de l’unification renvoie à la question du rapport entre la culture primaire et le monde de la production. Comme nous l’avons déjà vu dans la 2e partie, les instituteurs regrettent le dévoiement de la vocation pratique de l’école primaire – vocation qu’ils estiment pourtant inscrite dans les instructions officielles de 1887 -, et réclament un enseignement prenant en compte le milieu local et les cultures professionnelles. Or, le projet scolaire radical-socialiste leur paraît détourner les idées d’éducation intégrale et d’école unique et reviendrait à assujettir l’école du peuple aux finalités d’un enseignement secondaire qu’ils estiment subordonné aux intérêts de la classe dominante. Rappelons encore que cette analyse traduit aussi la crainte de dévoiement des forces vives du prolétariat et trouve son origine dans les courants socialistes révolutionnaires […]. Cette préoccupation traverse toute l’histoire du socialisme et du syndicalisme révolutionnaire. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *