James Guillaume, auteur majeur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire

Ferdinand Buisson a rappelé à plusieurs reprises le rôle central joué par James Guillaume dans l’aventure éditoriale du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1878-1887). Il fit appel à lui pour en être le secrétaire de rédaction et Guillaume assura l’essentiel de la direction à partir de la nomination de Buisson à la direction de l’instruction primaire en 1879. Buisson rend hommage au travail de Guillaume dans l’avertissement qui conclut le deuxième tome de la première partie du Dictionnaire (février 1887) :

« En terminant, j’ai un autre devoir de gratitude à remplir : c’est de reconnaître publiquement les inappréciables services dont le Dictionnaire est redevable au secrétaire de la rédaction, qui en a secondé d’abord, puis souvent dirigé en fait la publication depuis le jour où j’ai été appelé à des fonctions publiques qui ne laissent guère de loisirs. Tous nos collaborateurs savent avec quel soin scrupuleux, avec quelle étendue et quelle solidité de compétence, avec quelle infatigable vigilance M. J. Guillaume s’est acquitté de la tâche qu’il avait acceptée. Je suis heureux de lui rendre ici un témoignage auquel les éditeurs de cet ouvrage tiennent à s’associer. »

Trois décennies plus tard, il assura encore le secrétariat de rédaction du Nouveau dictionnaire de pédagogie (1911) et, une nouvelle fois, Buisson lui rend hommage en conclusion de l’avertissement de l’ouvrage :

« Pour moi, enfin, c’est un devoir et un plaisir de féliciter le Dictionnaire d’avoir eu, une seconde fois, pour secrétaire de la rédaction, un homme que de grands travaux d’érudition d’un autre ordre ont désigné à l’estime publique, et qui a trouvé le moyen de rester en même temps un des historiens de la pédagogie, mon vieil ami James Guillaume. »

Trois ans plus tard, en 1914, à l’occasion d’un numéro hommage de La Vie ouvrière publié pour le 70e anniversaire de James Guillaume, Ferdinand Buisson revient sur leur collaboration autour du dictionnaire qu’il qualifie d’ailleurs de « son dictionnaire » (p. 212-213) :

« Les précieuses et savantes pages qu’il y écrivit sur le mouvement scolaire à l’étranger contribuèrent singulièrement à faire notre éducation, à nous apprendre enfin à jeter les yeux par-dessus la frontière, à comparer, à juger, à choisir et finalement à faire œuvre originale en transposant ad usum Galliae tout ce que ce l’expérience d’autres peuples nous offrait de meilleur. C’est en se livrant à cette sorte d’apostolat scientifique, en recherchant les origines du mouvement d’émancipation laïque en France que James Guillaume fut conduit à l’étude approfondie des documents originaux de l’histoire scolaire de la Révolution. Et je tiens pour un des grands bonheurs de ma vie d’avoir réussi à le faire charger de cette œuvre colossale qu’il a su mener à bonne fin. On en parle ailleurs, et je n’ai pas à y insister ici. Je me borne à indiquer le lien entre toutes ces études de pédagogie savante, soit dans le domaine de l’histoire, soit dans celui de la théorie, de l’analyse et de la description des méthodes. Tout récemment, trente ans après notre première collaboration, j’ai retrouvé James Guillaume disposé à refaire notre, je devrais dire son Dictionnaire d’autrefois. Et d’après un plan nouveau, sur des données profondément modifiées par les progrès mêmes de l’œuvre scolaire républicaine, il a déployé dans cette publication, si différente de l’ancienne, les mêmes qualités d’esprit, de science et de conscience. »

En 1916, Buisson signe enfin un article nécrologique dans le Manuel général de l’instruction primaire (9 décembre 1916, n°12, p. 172) :

«  Le nom de James Guillaume leur rappellera surtout le collaborateur principal et le secrétaire de la rédaction du Dictionnaire de pédagogie qui le fut encore, par une rare fortune, trente ans après, du Nouveau Dictionnaire de pédagogie. Dans ces deux ouvrages, il avait rédigé, avec une magistrale autorité, tous les articles relatifs à l’Instruction publique pendant la Révolution, tous les articles sur l’étranger d’après des sources originales, plus diverses études, dont celle sur Pestalozzi, qui passe, à bon droit, pour un livre de premier mérite. Pendant une quinzaine d’année, il fut aussi le secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique. »

De son côté, James Guillaume n’a laissé que peu d’écrit autobiographiques par lequel il préciserait son apport personnel à l’écriture du Dictionnaire à l’exception de la conclusion de son Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) parue en 1910 (p. 325)

« En ce qui concerne ma destinée personnelle, je pourrai raconter […] comment ensuite ma collaboration à une publication dont j’ai déjà parlé, et le spectacle de la grande transformation de l’école primaire française, tentée sous la direction de mon ami F. Buisson, me firent étudier successivement la Convention nationale et son œuvre d’émancipation intellectuelle, puis les éducateurs célèbres, Comenius, Froebel, Pestalozzi, et m’initièrent aux problèmes moraux et sociaux que soulève la question de l’éducation populaire ; comment enfin je finis pas consacrer le principal de mes efforts à l’histoire de la Révolution française, et spécialement à celle du Comité d’instruction publique. »

 

Les domaines de prédilection de Guillaume furent donc l’histoire de l’éducation et en particulier celle de l’école révolutionnaire, mais aussi l’histoire de la pédagogie avec la figure de Pestalozzi ou encore la traduction et l’explication des législations étrangères. L’objet de cet article est de tenter de déterminer plus précisément quel a été l’apport spécifique de l’auteur de notices. Cette tâche se heurte à une difficulté d’identification des articles écrits par Guillaume qui sont souvent non signés (et peuvent donc être aussi attribués à Ferdinand Buisson). Patrick Dubois a démontré que sur les 1800 articles de la première partie (la plus longue), la moitié ne sont pas signés et peuvent donc être attribués à la direction du dictionnaire. En 2002, le spécialiste du Dictionnaire a publié un Répertoire biographique des auteurs du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson et expose en introduction (p. 17) que James Guillaume avait trois domaines d’expertise clairement identifiés : la pédagogie de langue allemande, les législations scolaires étrangères et l’histoire scolaire de la Révolution.

 

Les 74 articles signés de Guillaume dans les deux éditions du Dictionnaire concernent principalement ces trois thèmes, comme le rappelle sa fiche du répertoire (p. 82-83). Cela correspond aussi à ce qu’écrivit Buisson qui insiste sur Guillaume, historien de la pédagogie, de l’école révolutionnaire mais aussi « passeur » de la législation étrangère en matière d’éducation. Notons que les deux articles les plus longs de l’ouvrage sont de sa main : « Pestalozzi » (75 pages sur 2 colonnes) et « Convention nationale » (51 pages sur 2 colonnes).

Il est donc intéressant de dresser une cartographie thématique des articles pour tenter d’estimer l’apport personnel de Guillaume à l’entreprise. Ainsi, à partir de ce premier corpus de 74 articles signés, nous avons ébauché la liste des articles qui peuvent lui être attribués avec certitude. La tâche d’identification de la totalité des articles ne peut être menée à bien en raison du nombre très élevé de notices non signées. Nous avons donc privilégié une approche thématique à partir des domaines de prédilection et de compétence de Guillaume, notamment linguistiques.

Parmi les articles signés de James Guillaume, deux ont particulièrement attiré notre attention par leur portée générale : « Travail manuel » (qui a été analysé par Renaud d’Enfert, dans L’école républicaine et la question des savoirs) et « Écriture, lecture » à rapprocher de l’article « Lecture. » L’introduction de l’article sur le travail manuel, reproduit en 1911, illustre son travail d’historien de la pédagogie :

« Le travail manuel forme l’une des deux grandes branches de l’activité humaine, par opposition à ce que l’on est convenu d’appeler plus spécialement le travail intellectuel ou travail de la pensée. Il n’est pas possible, à vrai dire, d’établir entre ces deux modes d’activité une distinction absolument rigoureuse : car le travail manuel, si grossier, si machinal qu’on le puisse supposer, nécessite toujours l’intervention de l’intelligence ; et le travail de l’esprit a besoin, pour se traduire en une œuvre, pour se manifester au dehors, de l’intervention de la main, par l’écriture, les chiffres, le dessin, etc. Cette distinction, au sens où l’usage de toutes les langues modernes l’a fait admettre, n’en répond pas moins à un fait historique. »

Après avoir loué les efforts (inaboutis) des pédagogues de la Révolution française et insisté sur le fait que la mise en place de la législation scolaire de 1881-1882 en a permis la réalisation, Guillaume fait un détour par l’étranger dans sa démonstration à la fois historique et comparatiste :

« Nous avons, dans les lignes qui précèdent, esquissé à grands traits l’histoire du travail manuel au double point de vue de son rôle social et de ses rapports avec l’éducation. Sans insister davantage sur ces considérations générales, nous allons passer en revue les efforts tentés jusqu’à présent, à l’étranger et en France, pour introduire pratiquement l’enseignement du travail manuel à l’école primaire. »

Il ne rédige pas la partie d’analyse des programmes de 1882 à 1900, son étude restant ainsi historique et comparatiste par la longue description des législations des autres pays. La traduction et la comparaison sont donc au cœur de son écriture pour le DIctionnaire, un des moyens pour réduire la longueur de l’ouvrage en 1911 fut de ne pas reproduire ces éléments de législation trop datés. De plus, les mises à jour concernant les législations étrangères ne sont en général pas de la plume de Guillaume en 1911

À l’image de cet article, il est possible de voir en Guillaume l’auteur des très nombreuses entrées par pays non signées, plus particulièrement dans la première édition du Dictionnaire. De même, des articles généraux comportent une très importante partie étrangère comme par exemple « Classes », « Écoles enfantines » ou encore « Lois scolaires. »

L’article « Lecture », quant à lui, met en valeur la posture d’historien de la pédagogie de James Guillaume :

« Nous nous proposons, dans les pages qui suivent, d’essayer de résumer l’histoire des méthodes d’enseignement de la lecture à l’école primaire en France, en ajoutant à cet exposé historique quelques détails sur les méthodes employées à l’étranger. De ce tableau des progrès accomplis en trois siècles dans ce domaine découleront naturellement, et sans que nous ayons besoin de les formuler en un corps de doctrines, les directions pédagogiques qu’il convient de donner aux maîtres d’aujourd’hui sur cet important sujet. »

James Guillaume participe aussi à une active propagande en faveur de méthodes pédagogiques conçues comme novatrices comme l’illustre l’article « Écriture-lecture » :

« C‘est par cette expression abrégée qu’on désigne souvent la méthode de l’enseignement simultané de l’écriture et de la lecture. Cette méthode, qui, après avoir été pratiquée en France ‘dès le dix-huitième siècle par quelques novateurs, n’a reçu ses derniers perfectionnements que dans la seconde moitié du dix-neuvième, gagne rapidement du terrain dans tous les pays où l’instruction populaire est en honneur. C’est par un court résumé historique qu’il sera le plus facile de montrer les diverses séries de progrès qui, en se combinant, ont fini par produire une méthode à la fois rationnelle et expéditive. »

 

Avec 71 articles qui peuvent être attribués avec certitude à James Guillaume, le domaine de l’histoire de la pédagogie est ainsi le mieux représenté. Cet ensemble de textes s’organisent autour d’un certain nombre de pôles dont l’article « Pestalozzi » se révèle être l’un des principaux. Cet article à l’exceptionnelle longueur (c’est le plus long du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire) a même donné lieu à une réédition en volume en 1890. Autour de la personnalité de Pestalozzi dont Guillaume se fait le biographe en insistant sur ses liens avec la Révolution française s’organise un réseau de pédagogues qui lui étaient liés formant un ensemble de 14 articles. La pédagogie allemande a aussi une place centrale dans l’œuvre d’historien de la pédagogie de Guillaume avec des articles consacrés à de grands pédagogues comme Froebel ou bien à tout un réseau de philanthropinistes liés à Basedow. Il a d’ailleurs écrit l’article « philanthropinisme. » Il joua le rôle de passeur de la pédagogie de l’aire germanique (Allemagne, Suisse alémanique, etc.) dans les pages du dictionnaire. Il s’agit souvent d’article courts et non signés destinés à faire connaître en France l’apport de pédagogues mal connus comme par exemple Schweighaeuser qui était lié à Basedow, Scheppler à Oberlin ou encore Trapp, un philanthropiniste allemand. Il écrit aussi un article sur les Realschule. Cette forte présence des pédagogues allemands peut s’expliquer par le fait que Guillaume utilise par exemple L’histoire de la pédagogie de Von Raumer comme l’a rappelé Patrick Dubois. L’exemple de l’article « Realschule« , réédité en 1911 illustre l’influence des expériences éducatives étrangères dans le corpus doctrinal que renferme le Dictionnaire (et peut être mis en relation avec l’article « Travail manuel » déjà cité) :

 » Le nom de Realschule fut donné par Semler à l’école qu’il ouvrit à Halle en 1706 pour enseigner à de futurs artisans les éléments des mathématiques et de la mécanique ; il avait réuni, pour cet enseignement, un certain nombre de modèles destinés à être mis sous les yeux des élèves, et au moyen desquels le maître faisait des démonstrations ; les élèves recevaient donc de véritables leçons de choses (res) ; les choses, au lieu de n’être connues que par des mots et des définitions, étaient présentées réellement, « praesenter gezeigt und nach allen Theilen erkläret ». Cette école ne subsista que peu de temps ; mais elle fut rouverte en 1738 sous le nom de mathematische, mechanische und oekonomische Realschule, et dura jusqu’en 1740, année de la mort de Semler. En 1747, une autre oekonomisch-mathematische Realschule fut créée par Hecker à Berlin. Les succès de cet établissement attirèrent l’attention publique. On vit paraître, à partir de 1773, divers écrits de Resewitz, de Gedike, de Snetlage, de Lachmann, etc., qui recommandaient la création d’écoles semblables, appelées indifféremment Realschulen ou Bürgerschulen, où les jeunes gens qui n’avaient pas besoin d’apprendre les langues classiques pussent recevoir l’instruction la plus appropriée à l’exercice de leur future profession. Avant la fin du dix-huitième siècle, plusieurs Realschulen, organisées sur le modèle de celle de Berlin, avaient été fondées en Prusse, en Saxe, en Bavière et dans plusieurs autres Etats allemands. En Autriche, ce fut une ordonnance de 1799, rendue par le chancelier Rottenhahn, qui institua la première Realschule ; « ces écoles, disait l’ordonnance, seront les lycées de la bourgeoisie, qui n’a pas besoin des langues savantes ni des hautes études ».

Le mouvement en faveur des Realschulen et des Bürgerschulen ne cesse de s’accentuer à mesure qu’on se rapproche de l’époque contemporaine. Un de ceux qui contribuèrent le plus à gagner des adhérents à la cause du nouvel enseignement fut Spilleke, devenu en 1820 directeur de la Realschule de Berlin. Bientôt, au lieu de calquer tous les établissements « réaux » sur un modèle unique, on en eut de degrés différents, appropriés aux besoins divers des élèves, depuis la simple Burgerschule (école primaire supérieure) jusqu’à la Realschule de premier ordre avec latin, en passant par la Realschule de deuxième ordre et la Realschule de premier ordre sans latin. La rivalité ne pouvait manquer d’éclater entre la Realschule et le gymnase ; elle devint de plus en plus vive à mesure que la Realschule gagna du terrain et perfectionna son enseignement. Jusqu’alors les gymnases avaient été seuls en possession de faire admettre leurs élèves comme étudiants réguliers dans les universités ; les partisans des Realschulen réclamèrent pour celles-ci le même droit, qui leur fut d’abord obstinément refusé : après bien des années de lutte, toutefois, les Realschulen de premier rang obtinrent que leurs élèves munis du certificat de maturité seraient admis à suivre dans les universités les cours de mathématiques, de sciences naturelles et de langues modernes. Mais ce premier succès ne suffit plus aux Realschulen : elles demandent à être placées sur un pied d’égalité complète avec les gymnases, en ce qui concerne la valeur du certificat de maturité délivré par elles.

La réorganisation des établissements d’enseignement secondaire opérée en Prusse au printemps de 1882 a amené quelques changements dans les dénominations assignées aux diverses catégories d’établissements qui donnent l’enseignement dit « réal ». Voici la nomenclature adoptée alors par l’administration prussienne :

Real-Gymnasien (gymnases réaux) ; ce sont les établissements appelés jusque-là Realschulen de premier ordre avec latin ;

Cber-Realschulen (Realschulen supérieures), précédemment appelées Realschulen de premier ordre sans latin, ou bien encore höhere Gewerbeschulen ;

Real-Progymnasien (progymnases réaux). précédemment appelés vollberechtigte höhere Bürgerschulen (avec latin) ;

Realschulen proprement dites ; ce nom est désormais réservé au établissements désignés autrefois par l’appellatiom de Realschulen de deuxième ordre (sans latin).

Le cours d’études est de neuf années dans les Real Gymnasien et les Ober-Realschulen ; il est de six années dans les Real-Progymnasien et les Realschulen.

On compte en Allemagne environ 200 Realschulen du degré supérieur, et plus de 600 du degré inférieur.

En Autriche-Hongrie, il en existe environ 160 de tout degré. La Suisse allemande, les Pays -Bas, la Russie ont aussi des Realschulen organisées sur le modèle de celles d’Allemagne. »

 

Guillaume se fait aussi historien de la pédagogie française lorsqu’il consacre par exemple l’article « Bibliographie » à faire le catalogue des livres consacrés à la pédagogie du XVe siècle à 1878, évoquant par la même occasion ses conditions de recherche :

« Malgré des recherches persévérantes, malgré le secours que nous avons trouvé dans les richesses de la Bibliothèque nationale et dans l’obligeance bien connue du personnel de cet établissement, cette nomenclature sera nécessairement incomplète. Qu’il nous soit permis d’espérer quelque indulgence pour les imperfections de ce travail : c’est le premier essai fait jusqu’ici pour constituer le catalogue général de la littérature pédagogique française. »

 

Parmi cet ensemble d’articles aux contours flous, l’ensemble thématique le plus aisé à identifier par l’importance des articles signés et par sa cohérence est l’histoire scolaire de la Révolution française. Leur nombre s’est accru considérablement à partir de l’article « Convention nationale » (d’une exceptionnelle longueur), qui est paru, d’après Patrick Dubois, en novembre 1879 (livraisons 44 à 46). Il est repris dans le Nouveau Dictionnaire de 1911. Il est possible de classer 52 articles de Guillaume dans cet ensemble thématique. Ceux-ci sont principalement concentrés dans la première partie du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire avec 30 articles réédités contre 9 inédits. Ces rééditions à plus de 30 années d’intervalle traduisent le fait que Guillaume considérait ces travaux comme encore pertinents, ceci alors qu’il avait entre temps acquis le statut d’historien de l’école par la publication des Procès-verbaux des comités d’instruction publique de l’Assemblée législative et la Convention nationale. Parmi ces articles repris se trouve sans surprise celui consacré à la Convention nationale, véritable histoire de la politique scolaire de cette assemblée révolutionnaire. De façon moins développée, Guillaume a consacré des articles aux autres assemblées révolutionnaires jusqu’au Directoire. Il s’est particulièrement intéressé aux acteurs de ces assemblées qui ont eu un rôle actif dans le domaine de l’éducation, qu’il s’agisse de législateurs célèbres tels Grégoire, Lakanal ou encore François de Neufchâteau ou bien des acteurs plus modestes comme le chevalier Paulet (Pawlet) à qui il consacra un article publié dans ses Études révolutionnaires qu’il cite en référence dans la version de l’article pour le Nouveau dictionnaire. L’article « instruction publique » dans sa version de 1911 résume dans ses premières lignes le double souci de Guillaume de faire le lien entre l’histoire et son propre présent tout en faisant des comparaisons internationales : « L’idée d’une instruction publique au sens où ce mot est entendu par la démocratie contemporaine, est une idée moderne ; nous dirons plus : c’est une idée qui pour la première fois a été conçue et formulée dans son intégrité par la Révolution française. Jetons un rapide coup d’œil sur ce que nous offrent à cet égard les autres temps et les autres pays. » Bien que non signé, cet article résume l’importance que Guillaume accorde à l’œuvre révolutionnaire, d’où le nombre élevé d’articles qui s’y rapportent :

« Il était réservé à la France, redevenue république pour la troisième fois, de reprendre l’œuvre de la Révolution au point où celle-ci l’avait laissée, et d’en poursuivre la réalisation avec cette rectitude logique qui est un trait caractéristique de l’esprit français. À partir de 1879, une série de lois, dont les plus importantes sont celles du 9 août 1879, du 16 juin 1881, du 28 mars 1882, ont jeté les fondements d’un système national d’instruction publique. »

L’admiration pour l’œuvre scolaire révolutionnaire se retrouve aussi dans les articles « Livres élémentaires de la Première République », « Manuel républicain » ou bien dans l’étude de certaines institutions telles que « L’école normale de l’an III », « L’école de Mars » ou encore « Les écoles centrales ».

 

Au fil de cette exploration du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire et du Nouveau dictionnaire de pédagogie nous avons pu ajouter aux articles identifiés par Patrick Dubois une centaine d’autres (pour un total toujours provisoire de 189 articles). Plus que l’aspect quantitatif, ce qui nous importe ici est de tenter de montrer que James Guillaume a eu un rôle de traducteur, de passeur, de la législation et des expériences étrangères. C’est à relier au fait qu’il rédigeait la rubrique « Le courrier de l’extérieur » de La Revue pédagogique. D’autre part, le secrétaire de rédaction des deux dictionnaires a principalement écrit dans le domaine de l’histoire de l’éducation et de la pédagogie, la période de la Révolution française restant sa période de prédilection. Il ne cache pas non plus son intérêt pour les pédagogues tels que Froebel, Basedow ou Pestalozzi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *