Le jugement de James Guillaume sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris

CIMG4273

Les échos de la Guerre de 1870 et de la Commune de Paris de 1871 dans la correspondance privée de James Guillaume. Fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/V (Extraits)

Lettre à sa femme Elise du 10 août 1870

« De la guerre, pas de nouvelles. A Paris, cela va bien. Le ministère Ollivier est renversé et remplacé on ne sait trop par qui. Le député Kératry a osé demander la déchéance de l’empereur… C’est le premier acte de la révolution. A Neuchâtel, tout est parfaitement calme. Je suis bien fâché de ne pas pouvoir t’écrire une lettre à tête reposée. »

Lettre à sa soeur Emilie du 27 février 1871

« Comme tu reçois à chaque instant des lettres de la maison, je ne te parlerai que de ce qui se passe ici ; Elise d’ailleurs pourra t’en écrire quelque chose. Mais, puisque tu prends tant à cœur les affaires politiques, je te dirai mon opinion sur la situation.

La France a été battue par sa faute. Elle aurait pu, si elle avait été capable de faire une révolution sérieuse, et non pas  une mascarade républicaine, renvoyer les Allemands chez eux, et du même coup changer la face de l’Europe monarchique. Il n’a pas manqué d’hommes qui ont compris que c’était le seul moyen de vaincre les hordes de ces barbares piétistes et féodaux qui sont en train de tuer toute la liberté en Europe ; – et ces hommes ont essayé de réaliser leur plan.

La France n’a pas voulu les suivre ; la bourgeoisie française est trop profondément corrompue, trop lâche, trop égoïste ; les paysans sont trop abrutis, trop bêtement cupides ; et la plupart des ouvriers, hélas ! sont trop légers. –  Ceux qui ont tenté de sauver la France en la poussant dans les voies révolutionnaires ont été proscrits et emprisonnés ; – oui, proscrits par l’inepte Gambetta (ou Grand bêta comme l’appellent les Lyonnais) au nom de la République ; on a même cherché à les faire passer pour des espions prussiens, car ces braves bourgeois ne reculent pas devant les calomnies les plus ignobles.

La France ayant refusé de se sauver, il était facile de prévoir la fin ; nous l’avons prévue, nous, dès le mois de septembre, après l’insuccès du mouvement de Lyon.

Maintenant, qu’y a-t-il à faire ? Les Allemands prendront l’Alsace et la Lorraine, c’est un détail. L’essentiel est de savoir s’il se reconstituera en France ce qu’on appelle un gouvernement fort, c’est-à-dire un despotisme semblable à celui de l’empire et qui écraserait toute velléité libérale. Je ne crois pas, pour moi, que ce soit à craindre ; tout au contraire, la France aura bien une année de liberté relative, sous un régime quelconque, peu importe lequel, république ou monarchie, je n’en tournerais pas la main. Eh bien, il faudra profiter de ce temps-là pour organiser puissamment l’Internationale, non seulement en France, mais en Belgique, en Espagne et en Italie ; et quand l’occasion paraîtra propice, essayer de proclamer dans ces quatre pays la république sociale. Si on réussit, on aura, en affranchissant les peuples latins et en les fédérant entre eux, réussi à créer une digue contre l’invasion des barbares, et à sauver la liberté, la science, la révolution, menacées aujourd’hui par la plus terrible des réactions, – réaction personnifiée dans ce peuple allemand qui pendant un instant à tenu la tête de la civilisation, et qui maintenant vient de rendre son droit d’aînesse, sa liberté, pour un plat de lentille.

Nous allons donc travailler, ici, et partout, à  nous mettre en état de résister aux barbares, en fortifiant l’organisation de l’Internationale. J’ai été hier à la Chaux de Fonds à une réunion nombreuse, où d’importantes résolutions ont été prises. La Solidarité reparaîtra la semaine prochaine.

Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années.

Maintenant, ma petite, ne te laisse pas trop aller à l’impatience en voyant dans quel abîme de bêtise ont sombré à cette heure les cervelles germaniques. Il est sans doute très pénible, très agaçant de vivre dans un milieu pareil ; mais tu peux t’y soustraire jusqu’à un certain point par la lecture. Venge-toi des Allemands d’aujourd’hui en faisant la connaissance des grands Allemands d’autrefois : lis Don Karlos de Schille, Egmont de Goethe, Nathan der Weise de Lessing, et tu y trouveras glorifiées toutes ces idées que les Teutons modernes ont reniées. »

Lettre à sa femme Elise du 30 mai 1871

« Hier Bakounine retournant à Locarno est venu à Neuchâtel. Je l’ai dit chez nous, et Emilie m’a supplié de lui faire faire ma (sic) connaissance ; d’accord avec ma mère, j’ai invité Bakounine à prendre le thé chez moi ; ma mère, Emilie, Julie et Georges y sont venus. Bakounine nous a raconté sa vie et ses voyages, nous avons fait de la musique, etc. – Aujourd’hui, il est parti pour de bon. »

« David Perret est revenu hier soir. Il fait un tableau sinistre de la terreur qui règne dans toute la France. »

Lettre à sa femme Elise du 27 juillet 1871

« Sais-tu, quand je vois ces pauvres réfugiés séparés de leur famille, n’en ayant le plus souvent point de nouvelles, ou bien ce qui est pire, sachant qu’on a arrêté leur femme, – quand je vois ces chagrins-là, je n’ose plus me plaindre. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.