« Le mot « Compagnonnage » et les grammairiens jacobins », dans La Vie ouvrière (1914)

academie1798Page de titre de la cinquième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1798-an VII) numérisé sur Gallica.

Voici la retranscription de la lettre de James Guillaume recopiée sur l’exemplaire conservé à l’IHS-CGT. Ce document éclaire la façon dont l’historien de la Révolution mettait ses connaissances au service de la presse syndicaliste à laquelle il participa activement.

 » Notre ami Guillaume m’envoie la note suivante :

Dans l’article d’Halévy sur Agricol Perdiguier, il y a page 287, une note sur l’orthographe du mot Compagnonnage, qu’on écrivait au dix-huitième siècle avec une (sic) seule n : il dit « Perdiguier a suivi longtemps l’orthographe ancienne et simple, sottement compliquée en 1798 par les grammairiens jacobins ». Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de la langue et celle de l’Académie française, cette phrase reste énigmatique. Mais on se dit que, les Jacobins étant capables de tout, il est très vraisemblable qu’effectivement les « grammairiens jacobins » étaient des « sots » et qu’ils ont détruit, les vandales, l’orthographe ancienne si simple.

L’orthographe ancienne, si on ne remonte qu’au seizième siècle, n’est pas simple du tout. Au contraire, les lettrés de la Renaissance l’ont effroyablement chargée de lettres étymologiques.

C’est au moyen âge que l’orthographe fut simple, presque phonétique. Mais la Renaissance nous dota d’une orthographe savante. Et depuis, l’effort des grammairiens, aux dix-septième et dix-huitième siècles, fut non de compliquer, mais de simplifier l’orthographe léguée par le seizième. A chaque nouvelle édition du Dictionnaire de l’Académie, on élague, on supprime des lettres parasites, on cherche (pas toujours avec succès) à mettre un peu de logique dans les graphies. Quatre éditions s’étaient succédé (sic) sous la monarchie ; et au moment de la Révolution, l’Académie en préparait  une cinquième ; le travail était achevé lorsque l’Académie fut supprimée par le décret du 8 août 1793. Mais le manuscrit préparé pour la nouvelle édition fut remis par l’abbé Morellet, le directeur en exercice, au Comité d’instruction publique. La Convention autorisa l’impression de cette cinquième édition, et la remise du manuscrit à une association de trois imprimeurs qui se forma pour éditer l’ouvrage. L’édition parut en l’an VII ; en voici le titre : Dictionnaire de l’Académie française, revu, corrigé et augmenté par l’Académie elle-même, 5º édition, à Paris, chez J.-B. Smith et Cie.

Que vient-on donc nous parler de grammairiens jacobins ? Le Dictionnaire paru en 1798 (an VII) est l’œuvre de l’ancienne Académie, royaliste et hostile à la Révolution. »

compagnonageArticle « Compagnonage », page 273 du Dictionnaire. James Guillaume ne l’avait visiblement pas sous les yeux lorsqu’il écrivit sa lettre à La Vie ouvrière.

La lettre de Guillaume fut signalée dans La Revue historique de la Révolution française et de l’Empire, tome VII, janvier-juin 1915, p. 334. Volume numérisé sur Gallica.

La retranscription de la préface de cette 5ème édition du Dictionnaire de l’Académie est en ligne sur le site de l’Académie française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *