James Guillaume et Marie Goldsmith (1904-1916)

cimg5843Photographie de Marie Goldsmith (1873-1933) conservée aux AEN. Elle accompagnait une de ses lettres du 19 octobre 1916 cotée 55.21 avec la mention manuscrite suivante : « À notre ami James Guillaume. Souvenir affectueux. »

C’est par le biais de Pierre Lavrov que James Guillaume est entré en contact avec Marie Goldsmith, d’après la biographie écrite par Max Nettlau en 1935 :

« He knew Marie Goldsmith in connection with Peter Lavrov’s library, where he found old books and pamphlets necessary for his work. She induced him to talk of the International to a small Russian gathering. »

En 1903, l’étudiante en biologie avait traduit du russe les Lettres historiques de Lavrov.

Dans une lettre du 25 février 1904 (AEN, Fonds de la famille George-Émile Guillaume, I/6), James Guillaume expose ses activités au sein des Université populaires et mentionne la présence de Marie Goldsmith :

« […] mercredi soir, 3e conférence aux étudiants et étudiantes russes, sur l’histoire de l’Internationale (avec traduction en russe par Mlle Goldsmith), au local de l’U.P. du 13e (Université de M. Buisson) […] ».

Dans ses « Annales » rédigées dans les derniers mois de sa vie (AEN, fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote cote I/8), James Guillaume mentionne pour l’année 1904 : « Novembre ou décembre, fait connaissance des Goldsmith. »

C’est la participation de James Guillaume au mouvement des universités populaires, et en particulier à celles des XIIIe et XIVe arrondissements de Paris, qui entraîne une réactivation de la surveillance de la police française à son égard. Un rapport de surveillance du 14 novembre 1904 (Archives de la préfecture de police de Paris, dossier BA/1111) concerne son activité au sein de l’UP du XIVe arrondissement. Le 3 février 1905, l’agent Foureur (3ème brigade, 1er bureau de la préfecture de police de Paris) indique dans un rapport que James Guillaume avait assisté la veille à une réunion de l’UP du XIIIe arrondissement (rue de la Sablière) pour protester contre les massacres en Russie. Cette U.P. est donc sous surveillance en raison de « l’élément russe » dont fait partie Marie Goldsmith, comme le montre un rapport du 30 avril 1905, toujours de l’agent Foureur qui est renseigné par une membre de l’U.P., dénommée Philippe :

« Guillaume a pris une grande prépondérance à l’université populaire du XIVe et il ne trouve jamais qu’on s’y montre assez révolutionnaire. C’est lui qui y amène l’élément russe, et une jeune étudiante nihiliste, sa protégée, vient parfois y faire des causeries. Il occuperait, parait-il, une assez belle situation, il serait archiviste à la Bibliothèque nationale. »

Cette « jeune étudiante nihiliste » n’est autre que Marie Goldsmith qui est mentionnée dans une lettre de Guillaume du 9 octobre 1905 (cote 103 du fonds James Guillaume des AEN) au sujet de la constitution du groupe des étudiants russes.

« Je suis chargé de vous transmettre une demande de la part d’un groupe de camarades russes qui se sont constitués en cercle d’études sociales, – groupe auquel appartient Mlle Goldsmith, bien connue de notre U. P. comme conférencière. Cette (sic) groupe désirerait obtenir, comme sous-locataire, la jouissance d’une salle, soit la grande, soit la petite (de préférence la petite), une fois par semaine. […] Pour gagner du temps, veuillez adresser directement votre réponse, avec indication des conditions, à Mlle Goldsmith, 54, boulevard Arago, 13e. »

Sous la cote 103.280, une lettre du lundi 15 octobre (sans doute 1905) est signée de Marie Goldsmith qui mentionne le fait que le groupe des étudiants russes peut disposer d’une salle pour ses causeries :

« Je vous en remercie beaucoup ; nous tiendrons même à nous réunir mercredi prochain, c’est à dire  après demain. La discussion ne sera pas bruyante : ce sera une simple causerie qui ne sera, probablement, suivie d’aucuns débats. »

Toujours dans ses « Annales », James Guillaume mentionne un séjour à Étable avec Pierre et Sophie Kropotkine, au cours duquel « Nous avons eu la visite de Mme Sophie Goldsmith et de sa fille Marie […] ». Il indique ensuite qu’il participa à la manifestation du 1er mai 1906, place de la République, en compagnie des Goldsmith.

Un rapport de police du 4 juillet 1907 (Archives de la PP, dossier BA/1111) signale sa participation à une réunion du groupe révolutionnaire russe le 3 juillet avenue de Choisy à Paris.

Dans la biographie déjà citée, Nettlau mentionne le fait que Marie Goldsmith a récupéré les lettres que Kropotkine avait écrites à Guillaume et qu’il s’apprêtait à brûler en 1915, peu avant son départ définitif pour la Suisse :

« Kropotkin’s letters to Guillaume are preserved for several years, taken from him by Marie Goldsmith who just found him having burned all the others when, broken down, he last left Paris in 1915. »

Le 22 avril 1915, Marie Goldsmith écrit à Fritz Brupbacher pour manifester son inquiétude à l’encontre de James Guillaume qui vient de partir pour la Suisse  (IIHS, Brupbacher papers, cote ARCH00118.67) :

« Je vous écris pour vous faire part de notre inquiétude au sujet de notre ami commun, J. Guillaume. Depuis qu’il et parti, nous n’avons eu que la nouvelle de son arrivée à Neuchâtel, à l’établissement du Dr Bauer. Mlle Suzanne, qui voulait aller le voir et vous a promis de nous envoyer des nouvelles, n’a pas pu avoir accès jusqu’à lui, la famille ayant insisté pour qu’il puisse voir des parents seulement. Dans ces conditions, nous avons pensé que vous ne manqueriez pas de trouver un moyen d’avoir des nouvelles sur l’état de notre ami. Peut-être vous même avez-vous déjà été à Neuchâtel ? Ou, dans tous les cas, peut-être avez vous des renseignements d’une autre façon quelconque ? Excusez-moi de vous déranger ainsi, mais je suis bien forcée de vous prier de nous faire part de temps en temps des nouvelles que vous aurez ; nous vous en remercions d’avance beaucoup. Si vous avez vu notre ami vous-même, quelle est votre impression et vos prévisions, d’avenir ? Son état au moment du départ nous a rendus pessimistes, mais nous voudrions croire que c’était une impression exagérée. Je vous serre cordialement la main, de ma part et de celle de ma mère. »

Sous la cote 55 du Fonds James Guillaume des AEN sont conservées 21 lettres de Marie Goldsmith à James Guillaume, datées de 1906 à 1916. D’après la lettre du 18 octobre 1916 qui accompagnait la photographie placée en tête de cet article, James Guillaume l’avait sollicitée à propos de ses souvenirs sur l’U.P. comme il le faisait alors avec ses correspondant.e.s puisqu’il rédigeait ses « Annales. » Marie Goldsmith lui donna alors son avis sur la maladie qui l’emporta un mois plus tard :

« Vous fait-on suivre quelque traitement pour la maladie qui occasionne cette impossibilité de marcher qui doit être très pénible ? Je persiste à croire que c’est là une maladie tout à fait indépendante, sans lien avec le cerveau. Et je persiste à croire (ne vous fâchez-pas, cher ami, et ne me traitez pas d’imbécile) que votre état nerveux s’est amélioré énormément (vos lettres en sont témoins), bien que vous ne puissiez-pas, pour une raison quelconque, vous en apercevoir. Et je ne puis m’abstenir de vous exprimer cette opinion – qui nous est commune, à maman et à moi – au risque de vous irriter. »

Marie Goldsmith évoque aussi les débats intellectuels dans sa lettre :

« Je relis dans votre lettre ce que vous dites à propos de vos lectures. Avez-vous reçu la brochure d’Andler sur le pangermanisme ? Si non, voulez-vous que je vous l’envoie ? Il est paru aussi des brochures mi-politiques, mi-historiques de Paul Louis, sur la guerre ; vous intéresseraient-elles ? »

C’est enfin l’occasion pour l’auteure d’évoquer son quotidien :

« De nous, il n’y a pas grand chose à dire : nous avons repris l’existence habituelle qui, depuis la guerre, est monotone et triste : en dehors même de l’obsession de la guerre elle-même, rien, aucune lecture, aucune occupation intellectuelle, ne peut remplacer le mouvement et l’activité qui était notre âme et qui subit un arrêt si long. On essaie bien, de divers côtés, de faire quelque chose mais jusqu’à présent ce sont des succédanés. »

Le 25 août 1918, Julie Guillaume (sœur de James Guillaume) écrit à Fritz Brupbacher (IIHS, papiers de Fritz Brupbacher) et évoque les papiers et livres de son frère alors que sa nièce (Émilie Chaix) et dernière héritière, vient de décéder :

« Je savais par mon frère qu’il avait confié les manuscrits de Bakounine aux dames Goldschmidt (sic) mais pas avec l’intention de les leur laisser, car cela doit être un héritage de l’Internationale, mais qui la représente maintenant ? »

L’information relative au manuscrit du tome VII des œuvres de Bakounine qui fut confié à Marie Goldsmith est confirmée par James Guillaume dans ses « Annales » pour l’année 1913 :

« Le tome VI des Œuvres de Bakounine paraît chez Stock. Je remets à cet éditeur le manuscrit du tome VII ; ce manuscrit, qui n’a pas pas été imprimé, a été remis par Stock en 1915, sur mon ordre, à Mlle Marie Goldsmith. »

Un état des fonds des papiers de Bakounine à l’IISH confirme le trajet suivi par ce tapuscrit qui fut récupéré par la doctoresse E. Bakounine après le suicide de Marie Goldsmith en 1933 et remis à l’IIHS et qui s’y trouve toujours sous la cote ARCH00018.215.

 

Le dossier consacré à Marie Goldsmith contenu dans les papiers Brupbacher de l’IIHS contient aussi une lettre signée S.B et datée du 13 janvier 1933 qui annonce son décès :

« J’ai le regret de vous annoncer la mort de nos deux amies et camarades : Mme Goldsmith et de sa fille Mlle Marie Goldsmith. L’enterrement aura lieu aujourd’hui, de Sophie Goldsmith et demain de Marie Goldsmith. Nous regrettons votre éloignement et absence. Acceptez mon sincère salut. »

Dans une lettre de 1933 (publiée sur le site de la Fondation Besnard), Max Nettlau fit un portrait élogieux de la scientifique et militante anarchiste confirmant par la même occasion ses liens étroits avec James Guillaume :

« Enfin elle fit partie du groupe des Étudiants Socialistes Révolutionnaires Internationalistes de Paris (Pierrot, etc.) et du groupe des Temps Nouveaux, et de Plus Loin et du groupe russe de Kropotkine. Elle fut la plus fidèle et orthodoxe dans les idées kropotkiniennes. Enfin, chez elle et sa mère, durant 40 ans, tous venaient : tous les Russes, Victor Dave, James Guillaume. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *