Perpétuer la mémoire de James Guillaume (1916-1931)

Lucien Descaves s’était engagé à publier le troisième volume des Études révolutionnaires, de Guillaume dans l’hommage qu’il lui rendit dans les colonnes de La Bataille syndicaliste, d’où la présence de ces manuscrits dans les Papiers Descaves de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam. 

Fritz Brupbacher s’était quant à lui chargé de la rédaction de la partie biographique du numéro hommage de La Vie ouvrière paru en 1914, pour les 70 ans de James Guillaume. Les papiers Brupbacher de l’IIHS contiennent de très nombreuses lettres de James Guillaume (1905-1916) mais aussi des pièces de correspondance avec des proches de ce dernier, qu’il s’agisse de sa fille Émilie Chaix, sa sœur Julie Guillaume ou encore son neveu Charles Guillaume (cote ARCH00118.249).

Le 24 novembre 1916, Gustave Jeanneret, ami très proche de Guillaume, écrit à Brupbacher une lettre part laquelle il le charge de la mission de perpétuer la mémoire de leur ami commun après la mort de celui-ci :

« Je pense que Descaves et la rédaction de la Bataille feront leur devoir. On dit que Descaves est exécuteur testamentaire. Je vous donne ces détails parce que je sais que Guillaume avait trouvé en vous un interprète et un continuateur de sa pensée. Il vous sentait en communion avec lui et il en était heureux.Comme vous le dites si bien, Guillaume était une conscience. Là où son esprit apparaissait, la lumière se manifestait. Cela partait d’un caractère si ferme, d’une volonté si droite, d’une probité si parfaite qu’il était impossible de ne pas se laisser convaincre. Il a trouvé à Paris le milieu qui lui était nécessaire. Il a pu s’y développer, s’y étendre, y faire son travail d’historien. Le savant, l’érudit, y était à son aise. Mais pour moi comme pour vous, je crois, la partie vraiment originale de sa vie et de son œuvre s’est faite ici, chez nous, dans les montagnes neuchâteloises, à Neuchâtel ville, aussi. Car c’est d’ici qu’il mena les rudes combats qui aboutirent à la coupure avec les doctrines de Marx, et les idées qui l’y conduisirent étaient l’aboutissement logique de celles de notre milieu romand. Là est bien ce qui lui appartient en propre mais ce pays neuchâtelois si hostile à ses idées n’a pas su reconnaître ce bon fils. C’est vous, cher monsieur, qui avez mission d’incarner à nouveau notre vieil ami, c’est qui vous qui redonnerez un corps à sa pensée et qui la projetterez au loin, toujours plus et toujours mieux. »

Le 25 août 1918, Julie Guillaume écrit à Fritz Brupbacher pour lui annoncer la mort d’Émilie Chaix, dernière héritière de James Guillaume, et évoque les papiers et livres de son frère. Fritz Brupbacher avait demandé des renseignements sur ces archives dont elle a maintenant la garde :

« Elle n’étant plus là, je ne sais à qui demander des renseignements sur les papiers de mon frère. Dans les caisses apportées de Paris, j’ai vu surtout des livres, mais c’est installé d’une façon si incommode qu’il est difficile de voir ce qui est dans ces caisses. Je savais par mon frère qu’il avait confié les manuscrits de Bakounine aux dames Goldschmidt [elle parle certainement de Marie Goldsmith] mais pas avec l’intention de les leur laisser, car cela doit être un héritage de l’Internationale, mais qui la représente maintenant ? »

Le 3 septembre 1918, la sœur de James  Guillaume lui écrit de nouveau au sujet des papiers de son frère et évoque surtout Charles Guillaume (« Mon neveu Charles Guillaume est celui que vous avez vu à Zurich) :

« Mon neveu aimait beaucoup son oncle, qu’il a trop peu connu. […] Mon neveu vient justement pour s’occuper des livres de mon frère qui sont entreposés dans un endroit où je craignais qu’il ne se gâtent. »

Charles Guillaume a ensuite pris le relais de la correspondance puisque que sa tante lui confia les papiers de son oncle. D’après un ensemble de 4 lettres écrites en septembre 1918 par ce dernier, Brupbacher avait le projet d’écrire une biographie de son ami. Il a visiblement encouragé Charles Guillaume à faire un inventaire des livres et de la correspondance de son oncle. Le 5 septembre 1918, Charles Guillaume qualifie Fritz Brupbacher de « grand ami de mon cher oncle James » avant de faire état d’un premier effort de classement :

« Maintenant il faut que je vous dise que j’ai déjà moi-même exploré ce qui nous reste de mon oncle, avec tant de respect dû à ces pieuses reliques. Et je crains bien que vous ne trouviez pas ce que vous cherchez. Je crois que M. Descaves ou d’autres amis de mon oncle doivent posséder une grande partie des manuscrits qu’il a laissés. »

Une lettre de Lucien Descaves datée du 27 décembre 1916 et adressé à Emilie Chaix confirme cette information (fonds James Guillaume des AEN) :

« Je n’ai point revu M. Charles-Edouard Guillaume. Il m’a parlé du testament dérobé et ne m’a point dit que je fusse exécuteur testamentaire. Les caisses transportées à Neuchâtel étaient pleines de papiers que je n’ai pas inventoriés, il me serait difficile de dire quel intérêt ils présentent pour moi ou pour la défense d’une mémoire chère. »

Le 12 septembre 1918, le neveu poursuit son échange avec Brupbacher et laisse entendre qu’il a pu inventorier les fameuses caisses évoquées par Descaves en 1916 :

« Je ferai l’envoi demain, si possible, à l’adresse indiquée. J’ai fait maintenant l’inventaire complet des livres et brochures, mais je n’ai rien trouvé de nouveau en fait de livres. Par contre j’ai mis la main sur un lot de lettres très intéressantes que j’ai mises soigneusement de côté après les avoir classées comme vous me l’avez indiqué. Je laisserai tout cela ici dans une caisse clouée, car je n’aurais par de place dans ma petit chambre à Genève. J’ai aussi trouvé plusieurs photographies très intéressantes mais hélas point de Pestalozzi. »

Fritz Brupbacher a donc demandé à Charles Guillaume de faire un premier tri dans les papiers de James Guillaume pour rechercher la biographie de Pestalozzi datée de 1890, qui ne s’y trouvait pas. Cet échange éclaire la constitution du fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel. Par une lettre du 20 septembre suivant, Charles Guillaume expose le contenu de la correspondance de son oncle :

« Les lettres dont je vous parlais sont de différents amis de mon oncle. Il y en a de vous, de Monatte, Lorenzo, de Ambris, P.K., Spichiger, Nettlau etc., et de Salabelle, l’instituteur mort sur le front. Il y a aussi des lettres de famille et presque toute la correspondance entre J. G. et sa femme. Quelques unes de ses dernières sont fort intéressantes, par exemple celles qu’il écrivait en prison, à Courtelary. D’autres sont d’un caractère plus intime que je crois que je ferais que je ferais bien de les détruire. Qu’en pensez-vous ? »

Le fonds James Guillaume des AEN compte ainsi 27 lettres de Fritz Brupbacher (cote 77). En revanche, la correspondance entre Guillaume et sa femme se trouve dans le fonds de la famille Georges-Émile Guillaume des AEN, en particulier les lettres de la prison de Courtelary, datées de 1877 (cote I/5). Cela signifie que le fonds a été scindé en deux.  L’inventaire de ce fonds comporte une introduction datée de décembre 1999 qui en explique la provenance :

« Ce fonds a été remis en don par Madame Claude-Antoinette Bomelli-Hainard, de Berne. La majorité des documents concernent Georges-Emile Guillaume (1816-1896) et ses descendants, notamment Jämes (sic) Guillaume, ses frères et ses sœurs. Les documents se trouvaient dans un grand désordre et ont été classés selon la personne qu’ils concernent ou selon la matière.»

Charles Guillaume mentionne aussi des photographies liées à James Guillaume : « Les photos sont surtout des portraits de famille, et des camarades d’études (de Zürich). Plusieurs ont un nom derrière au verso. » Les photographies mentionnées sont réparties entre les deux fonds liées à James Guillaume, certaines formant sans doute une partie de « l’album-souvenir anarchiste » (Fonds James Guillaume, cote 41). La bibliothèque est aussi mentionnée dans cette lettre :

« Mais, comme je vous l’ai dit, cette bibliothèque fait partie de la succession de ma cousine Emilie. Elle sera sans doute vendue à un ou plusieurs héritiers. Deux surtout, parmi ces derniers, s’y intéressent : ma cousine Jeanne (d’Edimburg (sic)) et moi. J’ai demandé à cette dernière quelles sont ses intentions à ce sujet. Mais, pour le moment, ces livres ne nous appartiennent pas. »

Surtout, Charles Guillaume mentionne un début de classement :

« J’ai mis dans une caisse les manuscrits et la correspondance, après avoir fait un certain classement. La caisse a été clouée, mais je prendrai avec moi à Genève le plus intéressant. À mesure que j’y mettrai de l’ordre, je pourrai vous dire ce que j’ai trouvé de plus important. »

C’est un élément fondamental car les papiers James Guillaume n’ont été versés qu’en 1961 par l’entremise de Joseph Werner qui logeait Charles Guillaume. Le contenu des papiers classés en chemises tenait dans deux grands sacs qui furent ensuite répartis en 5 gros cartons.

Dans une lettre du 14 décembre 1918, Charles Guillaume mentionne des lettres de 1886 envoyées par James Guillaume à sa femme, lettres qui se trouvent actuellement dans les papiers Brupbacher de l’IIHS (cote ARCH00118.248). Charles Guillaume indique que ces lettres de 1886 permettent d’entrer dans l’intimité du couple :

« […] elles sont probablement les seules où soient consignés les menus faits de la journée, les mille petits événements insignifiants de la vie de J.G., que cet homme sérieux et pondéré le se serait certes pas amusé à raconter, surtout dans une lettre. Car, s’il s’étendait longuement sur les moindres petites aventures de tel ou tel sans-culotte, il attachait par contre très peu d’importance aux événements de sa propre vie. Vous savez, n’est-ce pas, qu’il ne voulait pas entendre parler d’autobiographie. »

Par une lettre du 24 mai 1919, Charles Guillaume explique qu’il effectue son service militaire à Berne et qu’il ne peut donc plus s’occuper de la biographie de son oncle :

« C’est là que j’ai reçu votre lettre d’Arosa, vous comprendrez pourquoi j’ai dû abandonner pour quelque temps notre travail. Je suis très heureux d’apprendre que vous avez trouvé un jeune homme disposé à s’atteler à la tâche. Je suis sûr qu’il en est digne, puisque c’est vous qui l’avez déniché. A-t-il connu mon oncle James ? Et quel est son nom ? »

Le classement des lettres de James Guillaume est toujours en chantier d’après la suite de la lettre :

« Dès que je serai de retour là-bas j’entreprendrai le travail dont vous me parlez, c’est-à-dire que je ferai une liste de toutes les lettres de J.G. que nous possédons. Je demanderai aussi à ma tante les renseignements que vous voulez avoir. Quand j’aurai mis un peu d’ordre dans ces papiers, je les tiendrai naturellement à votre disposition. Si notre futur biographe a l’occasion de venir à Genève, j’espère que je pourrai faire sa connaissance et passer en revue avec lui les documents que nous possédons. »

Nous n’avons pas encore pu identifier qui était ce « biographe » recruté par Fritz Brupbacher. La lettre suivante de Charles Guillaume date du 17 septembre 1927 suite à une sollicitation de ce dernier au sujet d’une pièce que le neveu n’a toutefois pas retrouvée. En revanche, il fournit un intéressant tableau de classement des papiers de son oncle avec l’explication suivante pour le comprendre :

« La table que j’ai dressée se compose de deux parties, l’une qui comprend les lettres majuscules de A à F, l’autre les lettres minuscules de a à m. La première subdivision désigne le genre, et la minuscule l’espèce. Cette classification me permet de marquer tous les papiers et toute les liasses d’au moins deux lettres, qui permettent de les identifier tout de suite et de faciliter ainsi les recherches. Par exemple une pièce marquée Cd désigne une correspondance se rapportant à la Revue pédagogique; Une liasse marquée Bf contient un manuscrit (ou une épreuve) de l’Internationale, Documents et souvenirs. Enfin une pièce marquée Ml contiendra de la musique et date de Préfargier. Au reste, je vous envoie à part ce répertoire une liste des livres que je possède et que j’ai pu identifier. Mais je n’ai pas fait une nomenclature complète de chaque pièce, lettres, manuscrit, etc, ce serait un travail considérable, et qui ne serait pas pour le moment d’une  grande utilité. Je dois vous dire en outre que ce que je possède ne représente qu’une toute petite partie des papiers de Guillaume. Où est passé le le reste ? Peut-être que sa fille a-t-elle détruit quelque chose. Sa femme, je crois, a fait autrefois semblable autodafé. Mais je crois qu’une bonne partie de ces papiers est restée à Paris. »

Voici la reproduction de cette table (IIHS, papiers Fritz Brupbacher) :

table-charles-guillaume-1table-charles-guillaume-2table-charles-guillaume-3Les papiers de James Guillaume ont ainsi été classés en 34 liasses par son neveu.

Julie Guillaume a de nouveau correspondu brièvement avec Fritz Brupbacher en 1931 (26 janvier et 15 avril), soit avant et après la publication dans La Revue prolétarienne du « curriculum vitae » de James Guillaume. Voici un extrait de sa carte du 26 janvier :

« Il y a 8 ans environ je crois, mon neveu Charles Guillaume vous a envoyé une autobiographie écrit par mon frère James. J’ai toujours regretté de vous l’avoir envoyée si vite sans même eu pris sa connaissance, car certainement elle renferme des détails très intéressants pour nous. Aussi, je viens vous demander de bien vouloir me l’envoyer en communication. »

Le 5 avril 1931, La Revue prolétarienne publia le texte suivant, accompagné d’une présentation (exemplaire de la BnF numérisé sur Gallica) :

la_revolution_proletarienne___revue_1la_revolution_proletarienne___revue_2la_revolution_proletarienne___revue_3la_revolution_proletarienne___revue_4la_revolution_proletarienne___revue_5Le 15 avril 1931, Julie Guillaume écrit de nouveau à Brupbacher :

« Je vous remercie beaucoup pour l’intéressant journal publiant l’autobiographie de mon cher James. Pourrais-je vous demander de m’en donner le titre ainsi que le nom de l’éditeur dont j’ai négligé de prendre note et je ne l’ai plus. Je voudrais en faire venir quelques exemplaires pour mes neveux et nièces. »

Il faudra ensuite attendre 30 ans pour que les papiers de James Guillaume, passés dans un premier temps à sa fille, puis à sa sœur et enfin à son neveu (décédé en 1962) ne soient versés aux AEN entre 1961 et 1965.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *