Livret de présentation du colloque « James Guillaume. L’émancipation par les savoirs » (24-25 novembre 2016)

 guillaume-bandeauwebRésumés des interventions et présentations des participant.e.s en complément du programme.

Liste des interventions

Jeudi 24 novembre 2016

L’engagement politique et pédagogique de James Guillaume

Président de séance : Jean-Charles Buttier

« James Guillaume, anarchiste ? »

M. Enckell

James Guillaume est indubitablement une personne clef pour la naissance du mouvement anarchiste, mais il a une position particulière à son égard. Dans ses souvenirs, rédigés trente ans après la fin des événements dont il parle, il use avec une très grande prudence du terme « anarchiste ». Il a en effet quitté la Suisse en 1878, à un moment où le mouvement anarchiste commence à s’affirmer et la Fédération jurassienne, sa grande référence, à s’étioler. Vingt-cinq ans de silence et d’éloignement avant de se remettre, avec quel zèle et quelle passion !, à recueillir ses Documents et souvenirs sur l’Internationale et à publier cinq volumes d’Œuvres de Bakounine, en sus de ses travaux sur la Révolution française et pour le Dictionnaire pédagogique.

Il a choisi nettement, alors, le courant syndicaliste révolutionnaire ; mais beaucoup de ses vieux amis sont des références de l’anarchisme, Pierre Kropotkine, Errico Malatesta, Anselmo Lorenzo.

Quelle est sa place dans l’histoire des idées et du mouvement anarchistes, quelles sont les nuances entre anarchisme et syndicalisme révolutionnaire, c’est ce que ma communication essaiera de préciser.

Mots-clés : Anarchisme – mouvement anarchiste – syndicalisme révolutionnaire – Suisse.

 

« James Guillaume, pionnier d’une pédagogie émancipatrice. »

H. Lenoir

En 1876, James Guillaume, ami de Bakounine, ancien militant de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) et futur collaborateur du dictionnaire pédagogique de Ferdinand Buisson publie un texte fondateur intitulé Idées sur l’organisation sociale. Dans ce texte synthétique, il aborde plusieurs axes de transformation vers une société égalitaire et libertaire où l’éducation apparaît comme l’un des éléments importants de cette transformation. Cette contribution tente de montrer qu’en ce qui concerne l’éducation, Guillaume fut l’un des pionniers d’une pédagogie émancipatrice dont plusieurs courants dont celui de l’éducation libertaire et celui de la pédagogie nouvelle sont sans doute redevables. Elle souligne par ailleurs la modernité de la pensée de James Guillaume dont certaines idées aujourd’hui irriguent encore les principes et les pratiques d’une pédagogie qui se définit comme résolument moderne, contemporaine et progressiste. La réforme des collèges proposée en France à la rentrée 2016 démontre la permanence des idées du pédagogue anarchiste. Elle en est une éclairante, bien que tardive, illustration.

Mots-clés : Éducation libertaire – coopération – autogestion pédagogique – émancipation – réforme des collèges.

 

« James Guillaume, dans la fabrique du Dictionnaire de Buisson. »

P. Dubois

James Guillaume a joué un rôle déterminant dans la réalisation du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson (1877-1887 et 1907-1911). La communication essaiera de préciser sa collaboration éditoriale et surtout rédactionnelle aux deux éditions. Elle montrera comment, dans cet ouvrage de vulgarisation à destination du peuple enseignant primaire, Guillaume a tenté de reconstituer les généalogies de la « démocratie moderne » à laquelle il aspire, et dont il veut voir les linéaments dans les réformes pédagogiques de la IIIe République ; et fait entendre, par touches discrètes, une petite musique républicaine avancée distincte du concert républicain modéré ou conservateur dominant.

Mots-clés : Dictionnaire de pédagogie – Buisson – IIIe République – pédagogie allemande, historiographie – Révolution française.

 

James Guillaume et la Révolution française

Président de séance : Charles Heimberg

« James Guillaume, lecteur de Condorcet. »

P. Kahn

Se demander comment J. Guillaume a lu Condorcet, c’est d’une part comparer le projet de Condorcet aux autres projets de la Révolution, avec lesquels il est de fait entré en débat ; d’autre part comparer la lecture qu’en a fait J. Guillaume à d’autres lectures possibles : du temps même de J. Guillaume à celle de Compayré, et, pour ce qui est d’aujourd’hui, à la ré exhumation de Condorcet dont il revient à Charles Coutel et à Catherine Kintzler le mérite de l’avoir initiée.

Croiser ces deux comparaisons (Condorcet et les autres projets révolutionnaires ; Condorcet lu par différents lecteurs, hier et aujourd’hui) a pour but et pour intérêt de faire apparaître des cartographies dissemblables de la façon dont la Révolution a pensé l’instruction publique, cartographies où sont tracées entre Condorcet et ses « voisins » des frontières mouvantes et où s’organisent différemment les affinités et les dissensus.

On s’apercevra alors que dans la carte « James Guillaume », l’opposition paradigmatique n’est pas entre Condorcet, le Girondin libéral, et Lepelletier, le Montagnard étatiste, mais entre Condorcet et le « revirement thermidorien » qui, en reprenant du rapport d’avril 1792 quelques éléments, et en paraissant lui ressembler le plus, trahit ce qu’il a de cohérent, de complet et de systématique.

 

« L’école pendant la Révolution française : une expérience fondatrice. »

J.-C. Buttier

En 1879 parut l’article « Convention » dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire sous la direction de Ferdinand Buisson. Il s’agit d’un épisode fondateur dans la vie de son auteur, James Guillaume, qui est alors exilé en France depuis 1878. Son étude de la politique scolaire révolutionnaire excède largement le cadre d’un simple article de dictionnaire (51 pages sur deux colonnes). Guillaume s’était déjà fait vulgarisateur de la Révolution française avant même son départ de Suisse, par exemple dans le Bulletin de la fédération jurassienne en 1875. Il s’agissait alors de simples causeries tirées de ses lectures. L’auteur adopte cependant pour cet article une méthode historique qu’il mobilisa ensuite pour éditer les Procès-verbaux des comités d’instruction publique dans le contexte du Centenaire de 1889 et plus tard pour composer L’Internationale. Documents et souvenirs (même s’il se défend alors d’en faire l’histoire). Cela fit de lui un historien reconnu et cité de l’école révolutionnaire. Épisode fondateur aussi car Guillaume admire les pédagogues et penseurs de l’éducation pendant la Révolution française, qu’il mobilise dans ses propres combats politiques et pédagogiques pour l’émancipation par l’instruction. Guillaume fut saisi par ce que François Hincker a désigné comme « l’effet d’utopie de la Révolution française » (1987). Cet attachement à la pensée (et à l’expérience) pédagogique révolutionnaire nous paraît central pour comprendre l’engagement de Guillaume aux côtés de Ferdinand Buisson dans le processus d’élaboration des outils théoriques nécessaire à la formation des enseignant-e-s de la Troisième République.

Mots-clés : Utopie pédagogique révolutionnaire – Dictionnaire de pédagogie – Ferdinand Buisson – Centenaire de 1889 – Procès-verbaux du comité d’instruction publique.


« Guillaume, Kropotkine et la Révolution Française. »

G. Manfredonia

Emportés par leurs élans iconoclastes, les militants anarchistes ont souvent eu tendance à présenter leurs activités comme l’expression d’une doctrine radicalement nouvelle, seule en mesure d’éviter les écueils autoritaires sur lesquels s’étaient brisées les révolutions du passé, à commencer par la Révolution Française. En dépit de leurs critiques, toutefois, l’interprétation de cet épisode majeur du monde contemporain est loin d’être unanimement négative. Proudhon place explicitement son œuvre sous le signe des principes de 1789 dont il veut tirer toutes les conséquences non seulement politiques mais également économiques et sociales. Tout aussi significatives apparaissent les références à la Révolution Française présentes chez Pierre Kropotkine et James Guillaume qui, tout en se réservant un nécessaire droit d’inventaire, en feront le point de départ des luttes engagées par les masses populaires en vue de leur émancipation intégrale au XIXe siècle. Pour l’un comme pour l’autre, il s’agit de valoriser l’action autonome des masses mais chacun aura tendance à interpréter les événements de 1789-1793 à travers le prisme de sa propre conception de la révolution sociale. Leurs lectures de la Révolution Française constituent, de ce fait, une des occasions de poursuivre sur le terrain historique leur confrontation théorique et militante.

Mots-clés : Révolution économique et sociale – tradition sans-culotte – action autonome des masses – luttes émancipatrices.

 

Enseignements et disciplines

Présidente de séance : Anne Sgard

 

« James Guillaume géographe »

F. Ferretti

Le titre de cette communication est délibérément hyperbolique, car James Guillaume (1844-1916) n’a jamais été un « géographe » dans le sens de professionnel de la recherche géographique qu’on donne aujourd’hui à cette définition. Néanmoins, une définition étroite de « géographe » ne collerait non plus avec des personnages qui sont pourtant considérées comme des « pères fondateurs » de la géographie moderne tels qu’Élisée Reclus (1830-1905) et Pierre Kropotkine (1842-1921), travaillant à une époque où la géographie était encore en train de construire son identité disciplinaire, n’étant pas encore « institutionnalisée ». Cette communication vise à analyser l’engagement de Guillaume dans la construction de savoirs proches de l’idée de géographie finalisée à l’émancipation par les savoirs qui caractérisait le circuit des géographes anarchistes, en contact suivi avec Guillaume pendant la période de la Fédération jurassienne et par la suite.

Dans la première partie de ma communication, j’analyse la collaboration entre Guillaume, Reclus et Kropotkine dans les années 1870 pour un projet non-réalisé de publication d’Esquisses Géographiques, qui auraient dû être la suite des Esquisses Historiques de Guillaume lui-même, ainsi que leur collaboration commune au Gazetteer du géographe anglais John Scott Keltie (1840-1927). Dans la deuxième partie j’analyse la contribution de Guillaume avec l’ « Agence géographique Hachette » pendant son séjour à Paris. Dans la troisième partie, j’analyse les matériaux, en partie inédits, de son projet de publication d’une histoire des « explorations » alpines d’Agassiz, Desor et d’autres scientifiques suisses au 19e siècle.

Finalement, les idées d’émancipation à travers la connaissance et de lutte contre la religion à travers la science et les savoirs laïques, permettent de voir des éléments de continuité plutôt que de schizophrénie dans la trajectoire intellectuelle de Guillaume, ainsi que de réévaluer ses liens avec le circuit des géographes anarchistes.

Mots-clés : James Guillaume – Géographes Anarchistes – Laïcité – Émancipation par le savoir

 

« L’Allemagne en discussion chez James Guillaume, Michel Bakounine, Élisée Reclus et Pierre Kropotkine : histoire, géographie et politique. »

P. Pelletier

Le mouvement anti-autoritaire de la seconde du XIXe siècle fut confronté à une situation difficile. La politique agressive du nouvel État allemand lança un défi à son internationalisme prolétarien et à son cosmopolitisme. Non que l’État français fût alors pacifiste, mais ses coups belliqueux étaient moins visibles car portés outremer avec la colonisation. En outre, les manœuvres de Marx et de ses partisans au sein de la première Internationale pouvaient être interprétées comme relevant d’un camp allemand. Enfin, la politique ultérieure de la social-démocratie allemande, soumise en réalité à Bismarck et finalement nationaliste, se traduisit par le vote des crédits de guerre au Reichstag. Les tensions qui en résultent, au sein de la première Internationale et par la suite, revêtent plusieurs dimensions, souvent dramatiques : politico-personnelles (Marx contre Guillaume et Bakounine), théoriques (la vraie ou fausse querelle entre pangermanisme et panslavisme) et historiques (le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le Manifeste dit des Seize avec le ralliement de Kropotkine et de certains anarchistes au camp allié). James Guillaume les incarne par son parcours et ses positions, de son exclusion au congrès de La Haye en 1872 jusqu’à son pamphlet contre la politique allemande à la fin de sa vie.

Mots-clés : Anarchisme – internationalisme – cosmopolitisme – pangermanisme – guerre.

 

« James Guillaume et la question religieuse : aux origines de l’éducation laïque. »

Q. Hardy

Bien que la rencontre à la fin des années 1860 entre James Guillaume et Ferdinand Buisson – prélude à une longue et fructueuse collaboration – s’opère comme on le sait dans le domaine éducatif, la question religieuse n’en est pourtant pas absente. Ainsi, opposer Guillaume l’athée internationaliste à Buisson le protestant réformiste n’a à cette époque pas grand sens, puisque les options philosophiques du premier ne sont pas encore précisées. A ce titre, il ne faut pas oublier l’attrait de Guillaume pour le réformisme protestant, tant européen qu’américain, dont il a pu côtoyer certaines figures dans son milieu familial, fortement marqué par les idées du radicalisme suisse. Si Guillaume et Buisson luttent prioritairement pour l’établissement d’un système éducatif indépendant de la tutelle religieuse, aussi bien catholique que protestante, le réformisme religieux du second fait également écho aux préoccupations de Guillaume. Ce n’est qu’après sa rencontre avec Bakounine en 1869 que Guillaume s’orientera vers un athéisme de plus en plus militant, ce qui l’éloignera un temps de Buisson. La question religieuse, si elle constitue in fine un ferment de séparation entre Guillaume et Buisson, fut aussi ce qui leur permit de se rencontrer et de penser en commun l’idée d’une éducation laïque.

Mots-clés : James Guillaume – Ferdinand Buisson – Bakounine – réformisme protestant – éducation laïque – Theodore Parker – Première Internationale – Félix Pécaut – Jules Steeg.

 

Vendredi 25 novembre 2016

Un libertaire au service de l’école de la Troisième République

Président de séance : Federico Ferretti

 

« De l’école de la Commune à l’école de Jules Ferry : deux projets pédagogiques, deux projets politiques. »

G. Chambat

« Il ne s’agit pas d’améliorer certaines institutions du passé pour les adapter à une société nouvelle, mais de les supprimer. Ainsi, suppression radicale du gouvernement, de l’armée, des tribunaux, de l’Église, de l’école*, de la banque et de tout ce qui s’y rattache. »

« Avant-propos », Idées sur l’organisation sociale, James Guillaume, 1877.

« Clore l’ère des révolutions » : c’est ainsi que Jules Ferry présente et pense le rôle de l’école de la République qu’il entend instaurer à travers ses fameuses lois scolaires, dix ans après celles élaborées par la Commune de Paris.

Une référence incontournable pour celui qui fut le maire de la capitale au moment de l’insurrection. Le père de l’école de la République décrit d’ailleurs son projet comme le meilleur rempart de l’ordre établi contre les dangers de la subversion sociale : « Dans les écoles confessionnelles, les jeunes reçoivent un enseignement dirigé tout entier contre les institutions modernes. On y exalte l’Ancien Régime et les anciennes structures sociales. Si cet état de choses se perpétue, il est à craindre que d’autres écoles se constituent, ouvertes aux fils d’ouvriers et de paysans, où l’on enseignera des principes diamétralement opposés, inspirés peut-être d’un idéal socialiste ou communiste emprunté à des temps plus récents, par exemple à cette époque violente et sinistre comprise entre le 18 mars et le 28 mai 18711. »

Si les mots employés pour définir ces deux écoles se ressemblent, leur réalité n’est pas la même. Quand l’école « publique, gratuite et laïque » de la IIIe République se veut « obligatoire », les communards l’imaginaient, eux, « intégrale »…

En partant de l’opposition radicale entre le projet éducatif et pédagogique des communards et celui de la IIIe République – entre la pédagogie rouge et la « pédagogie noire » – il s’agira de comprendre comment l’institution scolaire s’est construite en France, de quels héritages (politiques et pédagogiques) elle se revendique, mais aussi comment, traversée par ses contradictions, elle a permis à des pédagogues militants de se saisir de ses ambiguïtés pour tenter de la subvertir de l’intérieur et mettre en œuvre une « pédagogie d’action directe ».

* C’est nous qui soulignons.

1 Discours de Jules Ferry (1879) devant le Conseil général des Vosges cité par Foucambert Jean, L’École de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure, AFL, réd. 2004, p. 72.

Mots-clés : Commune de Paris – Jules Ferry – Ecole de la IIIe République – Syndicalisme ouvrier -Syndicalisme enseignant – Pédagogie socialiste – Pédagogie officielle

 

« L’éducation et le changement social chez James Guillaume et Paul Robin. »

N. Brémand

Les parcours de James Guillaume et de Paul Robin présentent un parallèle : après des années de luttes radicales au sein de la Première Internationale, ils acceptent de prendre part à l’œuvre scolaire de la Troisième République : James Guillaume en travaillant, entre autres, pour le dictionnaire pédagogique de Buisson, Paul Robin en dirigeant l’orphelinat de Cempuis. Si ces choix les opposent tous les deux à la stratégie de Bakounine et des autres anarchistes qui considèrent alors que l’éducation intégrale n’est pas réalisable avant le changement social, les stratégies qu’ils adoptent sont cependant différentes. Les activités de Guillaume mettent en avant sa volonté de réformer l’éducation pour préparer le peuple à son émancipation, dans la lignée des pédagogues de la Révolution française et dans une démarche qui augure son investissement au sein du syndicalisme révolutionnaire. En revanche, l’essai d’éducation intégrale que Robin réalise est une véritable expérimentation sociale dont de nombreux caractères rattachent sa démarche à celle des premiers socialistes.

Mots-clés : Éducation – Changement social – Expérimentation sociale – Orphelinat de Cempuis

 

« Robin, Guillaume, Buisson : de la Première Internationale à l’éducation intégrale. »

C. Demeulenaere-Douyère

Robin, Guillaume, Buisson… Paul Robin, « inventeur » du concept d’éducation intégrale, rencontre James Guillaume en Suisse, en 1869, alors qu’il vient d’être expulsé de Belgique pour participation trop active à la création de la section belge de la Première Internationale. C’est James Guillaume qui le fait participer (modestement) à l’entreprise du Dictionnaire de pédagogie, qu’il coordonne pour Ferdinand Buisson, en lui donnant ainsi une des premières occasions d’exposer ses idées sur la « coéducation des sexes ». C’est Ferdinand Buisson qui, l’ayant remarqué, le rapatrie comme inspecteur primaire à Blois (1880), puis lui confie la direction de l’Orphelinat Prévost, à Cempuis (Oise), fin 1880, et lui donne carte blanche pour y développer ce qu’on peut considérer comme la première expérience d’éducation libertaire réalisée à une grande échelle. Ces trois hommes sont très étroitement liés et cette communication se propose d’étudier la rencontre à la fois personnelle, amicale et idéologique de ces trois destins croisés.

Mots-clés : Guillaume (James) – Robin (Paul) – Buisson (Ferdinand) – Dictionnaire de pédagogie – éducation intégrale – co-éducation des sexes.

 

Les formes de l’éducation populaire et ouvrière

Président de séance : Charles Heimberg

 

« James Guillaume et la naissance du mouvement des universités populaires. »

O. Sigaut

James Guillaume (1844-1916) a été actif dans de nombreux réseaux politiques et pédagogiques en particulier celui des universités populaires (UP). Nous étudierons le rôle qu’a pu jouer ce dernier dans l’organisation des universités populaires parisiennes (du XII° et XIV° arrondissement) au début du XX° siècle.

A ce titre, nous nous intéresserons à la place de la pensée libertaire dans la constitution de ce vaste mouvement d’émancipation intellectuelle à destination du monde ouvrier. On constatera au préalable que les UP ont été essentiellement organisées à l’initiative du monde intellectuel, et des classes dominantes. Un singulier (para) doxe pour un mouvement à vocation populaire, ce qui expliquera les nombreuses tensions qui ont agité les UP tout au long du début du XX° siècle jusqu’à leur disparation brutale avec la guerre de 14/18.

La bonne compréhension du mouvement des universités populaires en France s’avère à la fois complexe et labile. Elles sont le produit de plusieurs mouvements d’éducation populaire qui sont apparus tout au long du XIX° siècle. Si les UP n´auraient pu naître sans les progrès de l´éducation populaire, elles s´en distinguent. On trouve dans la préhistoire des UP : les Saint- simoniens qui souhaitaient encadrer les ouvriers afin d’éviter les révolutions, la Ligue de l’enseignement créée par Jean Macé et Ferdinand Buisson en réaction à l’Etat autoritaire du III° empire. Il faut noter que la Ligue était elle-même issue d’un vaste mouvement d’émancipation de la classe ouvrière, apparu avant 1850 avec les débuts du socialisme (décrit par Jacques Rancière dans La nuit les prolétaires). A cela s’ajoute des conditions socio-historiques qui ont généré un désir de formation chez les adultes qui n’avaient pas bénéficié de la démocratisation scolaire issue des lois de la III° République.

Tout ceci donnera lieu en 1899, sous l’impulsion de Georges Deherme (un ouvrier typographe anarchiste)  à la création de la société des universités populaires et de la coopérative des idées. Avec toutes les controverses politiques qui vont en découler notamment au moment de l’affaire Dreyfus. La question pour nous étant de comprendre la place réelle de Guillaume et de sa pensée dans la constitution de ce mouvement à la fois singulier et méconnu qu’est celui des universités populaires.

 

« Les instituteurs syndicalistes, James Guillaume et les conceptions libertaires de l’école du peuple.  »

F. Mole

Dans les années 1900-1910, les réformateurs esquissent les premiers projets d’une école unique qui, ouvrant l’enseignement secondaire aux meilleurs, assurerait une sélection démocratique des aptitudes. Redoutant un système qui n’aurait pour effet que d’offrir une ascension sociale aux meilleurs élèves de la classe des producteurs, les instituteurs syndicalistes, les socialistes révolutionnaires et les libertaires réaffirment leur attachement à une école du peuple qu’ils inscrivent dans un projet politique d’émancipation collective. James Guillaume s’oppose alors, comme les instituteurs syndicalistes, aux projets de Ferdinand Buisson. La communication précisera la position de Guillaume parmi les analyses révolutionnaires sur la question.

Mots-clés : École du peuple – émancipation – instituteurs – syndicalisme – pensée libertaire.

 

« Passeur de révolution et d’éducation : James Guillaume et la CGT. »

D. Hamelin

La figure de James Guillaume au sein de la CGT est paradoxale à plus d’un titre : personnage discret ne participant pas aux organes décisionnelles de la jeune confédération syndicale, il n’en demeure pas moins influent, de par sa dimension de figure tutélaire du mouvement anarchiste, en contribuant activement à la presse syndicale de l’époque (un des co-fondateurs de Vie ouvrière notamment) et en entretenant des relations fortes et régulières avec de nombreux leaders de la CGT et plus largement avec des militants de la sphère syndicaliste révolutionnaire et anarchiste en Europe. C’est aussi un soutien important à la cause des anarchistes et des syndicalistes révolutionnaires au sein de la CGT tout en demeurant critique, distant parfois ambivalent par exemple sur l’opportunité de créer des écoles par les travailleurs eux-mêmes. Reste que dans l’effervescence de la Belle époque, la voix de James Guillaume notamment sur les questions éducatives, qu’il a pourtant approfondi au cours de son parcours intellectuel et militant, ne portent pas autant qu’elle ne le devrait, certaines figures émergentes dominant alors cet espace de la réflexion, à l’instar d’Albert Thierry. Cette contribution interrogera le rôle, l’influence et le cheminement de James Guillaume, militant atypique de la CGT mettant ses réseaux et ses compétences au profit de l’organisation à ses yeux continuatrice de l’idéal porté par l’AIT. Il s’agira ensuite d’interroger la manière dont l’héritage intellectuel de James Guillaume, notamment sur les questions d’éducation a pu irriguer les réflexions en matière d’éducation (syndicale ou non) au sein des animateurs ou théoriciens des Bourses du travail. Elle mettra enfin en perspective la place faite par les historiens « militants » et/ou libertaires de l’éducation qui n’ont pas saisi ou essayer de le faire, laissant James Guillaume dans un oubli relatif et dommageable.

Mots-clés : CGT – syndicalisme révolutionnaire – éducation – mémoire

 

Actualité de James Guillaume

Présidente de séance : Anne Sgard

« James Guillaume, pédagogie, savoirs et émancipation. Une lecture historico-didactique »

C. Heimberg

Les réflexions issues du monde libertaire sur la pédagogie et l’éducation intégrale sont à la fois singulières et porteuses de sens pour le présent. Leur examen vient ainsi nourrir une approche historico-didactique des savoirs, des disciplines scolaires et des pratiques enseignantes par laquelle les défis contemporains de l’éducation et de l’émancipation par les savoirs peuvent être affrontés sous l’éclairage de réflexions précédentes reliées au présent par des continuités et des différences. Dans cette perspective, à l’instar d’autres personnalités comme Robin ou Ferrer, mais avec la posture spécifique d’un théoricien situé à la fois dans les institutions de l’École républicaine en construction et au sein du mouvement social, le parcours de James Guillaume est particulièrement intéressant. Pour l’évoquer, trois pistes de réflexion seront développées. La première consiste à mettre à jour les raisons et les dynamiques, en termes d’horizon d’attente, qui ont mené le mouvement ouvrier, et en particulier libertaire, à s’engager dans la question de l’éducation, celle de ses enfants comme celle des adultes. La deuxième porte sur les contenus des savoirs privilégiés en sciences sociales, histoire et géographie, en relation avec l’émergence de l’État-nation et de l’idéologie républicaine, ainsi qu’avec l’évolution des disciplines de référence. Enfin, la troisième concerne la prescription et l’autorité, c’est-à-dire la question de savoir si la finalité première de l’éducation consiste à form(at)er des individus critiques inscrits dans les pratiques militantes de leurs éducateurs ou à former des personnalités autonomes, capables de mettre à distance les injonctions d’où qu’elles viennent, mais préparés aussi à pouvoir exercer une forme de responsabilité sociale dans la vie collective.

Mots-clés : éducation, savoirs, émancipation, horizon d’attente, finalités, histoire, géographie

 

« La formation du futur citoyen à l’école entre hier et aujourd’hui : présentation d’une recherche en cours »

N. Köhler

James Guillaume s’est beaucoup intéressé à l’éducation des enfants. Il y consacre un chapitre dans ses Idée sur l’organisation sociale (1876), un ouvrage conçu comme une synthèse des débats au sein de l’Association internationale des travailleurs. La société doit garantir le libre développement de l’enfant qui apprend grâce à l’observation, à l’expérimentation et aux discussions avec ses camarades. Plus tard, Guillaume participe en tant que secrétaire de rédaction à l’entreprise du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par Ferdinand Buisson et paru à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle en France.

Cette communication s’inscrit dans une démarche de va-et-vient entre le passé ­ – à partir des réflexions de James Guillaume sur l’enseignement et plus largement du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire – et le présent – à partir d’entretiens avec des enseignant-e-s d’histoire des cantons de Genève et de Vaud. Il s’agit de voir s’il reste encore aujourd’hui des échos des enjeux autour de la formation des futur-e-s citoyen-ne-s à l’école. Ces enjeux touchent également à la question de la neutralité scolaire et de ses limites. L’éducation a-t-elle pour but d’émanciper les élèves, leur laissant ainsi la possibilité de remettre en question les modèles qui leur sont transmis ? Ou au contraire s’agit-il de former des citoyen-ne-s conformes qui adhèrent pleinement à ces mêmes modèles ? Sous la Troisième République, par exemple, la neutralité politique de l’école n’était pas concevable, car il s’agissait de former des citoyens patriotes et républicains. Qu’en est-il actuellement en Suisse romande ?

Mots-clés : Démarche historico-didactique – Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire – citoyenneté – Genève – Vaud

 

« Quelle laïcité pour quelle école aujourd’hui ? »

L. De Cock

Il semblerait que la laïcité soit elle-même entrée en campagne. Il est devenu bien complexe de s’y retrouver entre toutes ces captations, confiscations, détournements à des fins politiques. Ces tensions autour de la laïcité scolaire ne sont pas nouvelles, on peut même  voir dans cette instabilité un trait constitutif de la laïcité condamnée à entrer en tension au rythme des débats sur la république et ses capacités intégratrices ; mais semblent avoir récemment franchi un palier dans le brouillage politique dont nous essaierons de démêler les ressorts.

S’il est illusoire d’imaginer une école imperméable aux débats du dehors, il est toutefois possible de réfléchir à des perspectives qui protègent l’ensemble des élèves scolarisés, quels que soient leurs héritages culturels et sociaux, des affres des logiques politiciennes et qui perpétuent autrement que par l’exclusion l’idéal démocratique.

Parce que la laïcité est sans aucun doute un principe d’organisation incontournable d’une école publique et pleinement républicaine, quelle laïcité imaginer pour quelle école aujourd’hui ?

Mots-clés : Laïcité – intégration – égalité – mixité – démocratisation.


 

Biographies des participant-e-s

Nathalie Brémand

Conservatrice des bibliothèques, Nathalie Brémand est docteure en histoire et chercheuse associée de l’Université de Poitiers. Elle est membre de l’Association d’études fouriéristes et auteure de Cempuis : une expérience d’éducation libertaire à l’époque de Jules Ferry, 1880-1894 (Editions du ML) et de Les socialismes et l’enfance : expérimentation et utopie (1830-1870) (Presses universitaires de Rennes).

Jean-Charles Buttier

Jean-Charles Buttier est professeur certifié d’histoire géographie. Son doctorat d’histoire soutenu à Paris 1 en 2013 portait sur les catéchismes politiques français (1789-1914) et s’est donc fondé en partie sur l’utilisation des sources éditées par James Guillaume au moment du Centenaire de 1889. Il est actuellement collaborateur scientifique à l’Université de Genève dans le cadre du projet FNS «Géographie, éducation publique, pédagogie libertaire en Suisse et en Europe (XIXe-XXe siècles). »

Grégory Chambat

Grégory Chambat est enseignant en collège dans un dispositif d’accueil pour élèves non-francophones, membre du comité d’animation du collectif Questions de classe(s) et de sa revue N’Autre école et auteur de différents ouvrages sur les liens entre la pédagogie et le mouvement social.

Dernier titre paru : L’école des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Libertalia, 2016.

Laurence De Cock

Laurence De Cock est professeure agrégée en lycée, Docteure en sciences de l’éducation et fondatrice du collectif Aggiornamento histoire-géographie. Ses travaux portent sur l’articulation entre la diversité culturelle et l’universalisme républicain dans les problématiques scolaires ; c’est à ce titre qu’elle a pu être amenée à travailler sur la laïcité.

Christiane Demeulenaere-Douyère

Conservateur général du patrimoine (h), docteur en histoire de l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre correspondant du Centre Alexandre Koyré, UMR 8560 / CNRS-EHESS-MNHN (Paris). Elle a consacré sa thèse de doctorat à Paul Robin et à ses engagements et a publié, notamment, Paul Robin (1837-1912). Un militant de la liberté et du bonheur, Paris, Publisud, 1994.

CV : http://koyre.ehess.fr/index.php?374.

Publications : https://ehess.academia.edu/ChristianeDemeulenaeredouyere.

Patrick Dubois

Patrick Dubois a été professeur agrégé de philosophie, puis maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Bourgogne. Sa thèse et une partie de ses travaux ont porté sur le Dictionnaire de pédagogie de F.Buisson et la pédagogie française des années 1880.

Marianne Enckell

Marianne Enckell est collaboratrice du CIRA (Centre international de recherches sur l’anarchisme) à Lausanne, auteure de La Fédération jurassienne (Lausanne, 1971, rééd. Genève, 2012) et rédactrice du Dictionnaire Maitron des anarchistes.

Federico Ferretti

Docteur en géographie et enseignant chercheur à l’University College Dublin, Federico Ferretti a travaillé quatre ans à Genève sur des projets FNS portant sur les réseaux suisses et transnationaux des géographes anarchistes entre le 19e et le 20e siècle. Intéressé également au thème des stratégies déployées par les anarchistes dans l’émancipation á travers le savoir, il a été l’un des premiers animateurs du projet « Géographie éducation publique et pédagogie libertaire ».

Pierre Kahn

Pierre Kahn est professeur émérite des universités à l’université de Caen, membre du laboratoire CIRNEF et président de l’ATRHE (Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’Éducation). Ses recherches portent sur les enjeux sociaux, culturels, épistémologiques et pédagogiques de l’histoire de l’enseignement. Il a notamment travaillé dans ce cadre sur le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson (D. Denis et Pierre Kahn (dir.). L’École républicaine et la question des savoirs. Enquête au cœur du Dictionnaire de pédagogie de F. Buisson, CNRS éditions, 2003 ; D. Denis et Pierre Kahn (dir.). L’École de la IIIe République en questions. Débats et controverses dans le Dictionnaire de pédagogie de F. Buisson, Peter Lang, 2006) et sur Condorcet (Condorcet. L’école de la Raison, Hachette, 2001). Ses travaux récents portent sur le plan Langevin-Wallon (Laurent Gutierrez et Pierre Kahn. Le Plan Langevin-Wallon. Histoire et actualité d’une réforme de l’enseignement, PUN, 2016).

Nora Köhler

Doctorante en didactique de l’histoire à l’Université de Genève dans le cadre du projet FNS « Géographie, éducation publique et pédagogie libertaire en Suisse et en Europe entre le XIXe et le XXe siècle », Nora Köhler examine l’actualité des enjeux passés autour de la neutralité scolaire pour des enseignants d’aujourd’hui. Elle enseigne également l’allemand au Gymnase du Soir à Lausanne.

David Hamelin

Directeur d’association, chargé de cours en histoire contemporaine à l’Université de Poitiers, David Hamelin travaille depuis une quinzaine d’année sur l’histoire du syndicalisme et de la CGT en particulier. Ses recherches l’ont également amené à travailler sur l’histoire de la justice du travail, la formation syndicale, l’histoire des Bourses du travail ou encore du syndicalisme révolutionnaire. Il est par ailleurs membre de plusieurs comités de rédactions (Agone, Dissidences, Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, Images du travail, travail des images).

Quentin Hardy

Quentin Hardy a intégré l’Ecole Normale Supérieure sur dossier en 2014. Sur les conseils de Philippe Savoie, il s’est intéressé à James Guillaume auquel il a consacré son mémoire de Master 1. Passionné par l’histoire du cinéma japonais, il a décidé pour son Master 2 de travailler sur la censure et la propagande cinématographique américaine pendant l’occupation du Japon (1945-1952) sous la direction de Michael Lucken (INALCO). Parallèlement, il étudie l’œuvre de deux cinéastes japonais, Kiju Yoshida (auteur d’Eros Plus Massacre, film de 1969 racontant sur un mode onirique l’histoire de l’anarchiste Sakae Osugi, assassiné en 1923 par un militaire) et Hayao Miyazaki (autour de la thématique de l’écologie et de la mémoire de la Seconde Guerre Mondiale).

Charles Heimberg

Charles Heimberg est professeur de didactique de l’histoire et de la citoyenneté à l’Université de Genève. Il a travaillé sur l’éducation intégrale, notamment à l’École Ferrrer de Lausanne, dans le cadre notamment de sa thèse d’histoire soutenue dans les années 1990. Il s’intéresse aujourd’hui à la manière dont le mouvement ouvrier a investi la question éducative dans une perspective historico-didactique, en particulier pour ce qui concerne la transmission de l’histoire.

Hugues Lenoir

Hugues Lenoir est enseignant-chercheur à l’université Paris-Nanterre, membre du LISEC (EA-2310), animateur de l’Université populaire et libertaire du 11e arrondissement de Paris, auteur de nombreux textes et ouvrages sur l’éducation libertaire et co-rédacteur du dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone « Les anarchistes », http://www.hugueslenoir.fr

Gaetano Manfredonia

Gaetano Manfredonia est historien des idées et des mouvements anarchistes et conservateur de bibliothèque.

Frédéric Mole

Frédéric Mole est maître de conférences à l’Université Jean­‐Monnet de Saint-­Étienne, membre du Laboratoire Éducation, Cultures, Politiques, et collaborateur scientifique aux Archives Institut J.-J. Rousseau, à l’Université de Genève, membre de l’Équipe de recherche en histoire sociale de l’éducation.
Il s’intéresse aux controverses politiques et syndicales sur l’institution scolaire dans la 1ère moitié du 20e, notamment sur la démocratisation scolaire.

Philippe Pelletetier

Philippe Pelletier est géographe et professeur à l’Université Lyon 2. Son intérêt pour le Japon lui a permis de contextualiser les problématiques sociales, culturelles et mésologiques, et de comprendre, sans pour autant tomber dans le relativisme ou l’anti-universalisme, comment une société pouvait vivre sur des bases à la fois différentes et communes. Sa découverte d’un courant anarchiste important avant 1945 dans ce pays pourtant réputé comme grégaire et conformiste l’a conforté dans ses convictions. Depuis une quinzaine d’années, il oriente sa recherche sur l’apport contemporain des géographes anarchistes comme Elisée Reclus, Pierre Kropotkine ou Léon Metchnikoff, qui sont tous des connaissances de James Guillaume.

Olivier Sigaut

Olivier Sigaut est professeur en gestion de l’environnement et sciences sociales au Ministère de l’Agriculture, un lieu où l’éducation populaire et les méthodes d’éducations nouvelles restent encore bien présentes. Il enseigne la sociologie et les politiques publiques de l’environnement à l’Institut polytechnique de Bordeaux/Enseirb. Il s’est spécialisé dans les questions de médiation, et de représentations sociales de l’environnement et de la nature. Notamment dans le domaine des problématiques hybrides qui se trouvent situées à l’interface des sciences sociales et des sciences de la nature. Il travaille actuellement sur les questions d’éducation à l’environnement et au développement soutenable au sein du laboratoire MICA de l’université Michel de Montaigne à Bordeaux. Il s’intéresse à ce titre à l’éducation libertaire et aux différentes innovations pédagogiques dans le domaine de la connaissance de la nature et a écrit un ouvrage à paraitre (à l’école buissonnière). Il est aussi réalisateur de documentaires engagés dans les domaines de l’écologie politique et de l’éducation populaire : « l’angélique et les ragondins »,  « MachineS », et « SubmersionS ». Il est aussi formateur aux CEMEA, un lieu emblématique de l’éducation populaire et de l’émancipation intellectuelle par la connaissance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *