James Guillaume, Alphonse Aulard et la revue « La Révolution française »

lrf1881La série complète de la revue « La Révolution française » est numérisée sur Gallica, ce qui représente 94 numéros parus pendant de 1881 à 1936.

La revue paraît depuis le 14 juillet 1881 lorsqu’Étienne Charavay annonce dans le huitième tome (janvier-juin 1885) qu’il souhaite créer une « Société de l’histoire de la Révolution française. » Le tome suivant (janvier-décembre 1885) indique que James Guillaume (homme de lettres) est l’un des adhérents de la Société d’histoire de la Révolution française. C’est dans ce contexte qu’il est associé à l’édition des Procès-verbaux des comités d’instruction publique puisqu’il fut nommé le 25 septembre de cette même année secrétaire de la « Commission des documents inédits de l’histoire de France postérieure à 1789. » Le treizième tome de la revue, paru en 1887, mentionne l’adoption le 18 juillet 1887 par la « commission ministérielle de l’histoire de la Révolution », de la publication des « registres du comité de l’instruction publique » sur une proposition de Ferdinand Buisson et de James Guillaume.

À partir du douzième tome (janvier-juin 1887), Alphonse Aulard alors chargé de cours d’histoire de la Révolution française à la Sorbonne, devint le « directeur-rédacteur en chef » de la revue La Révolution française. Revue historique.

Il faut toutefois attendre 1888 (quatorzième tome daté de janvier-juin) pour que la constitution définitive de la Société pour l’histoire de la Révolution française soit annoncée. La société a formé en même temps un Comité d’étude pour la préparation historique du Centenaire de 1789. Les statuts furent votés lors de l’assemblée générale du 15 mars 1888 et « James Guillaume, secrétaire de la Revue pédagogique«  est membre du comité directeur, lui-même divisé en trois sous-commissions. Guillaume est désigné comme le secrétaire de la sous-commission des publications ce qui montre une fois de plus les liens étroits entre cette société et la revue d’une part, et le ministère de l’Instruction publique d’autre part. Dans le même volume est ainsi reproduit un extrait de la Note sur l’instruction publique de 1789 à 1808, article de la Revue pédagogique qui fut édité en volume dans la collection des « Mémoires et documents scolaires publiés par le Musée pédagogique » et suivi du « Catalogue des documents originaux existant au Musée pédagogique et relatifs à l’histoire de l’instruction publique en France durant cette période » (Delagrave, Hachette, 1888).

À partir de 1895, James Guillaume occupe les fonctions de secrétaire général adjoint de la Société pour l’histoire de la Révolution française, poste qu’il conserve jusqu’en 1912, date à laquelle il passe au comité directeur.

En 1896, il se charge de l’édition de l’un des ouvrages publiés par la société : Les sciences pendant la Terreur d’après les documents du temps et les pièces des Archives nationales par G. Pouchet. Cet ouvrage est numérisé sur Gallica.

Nous avons repéré 35 publications de James Guillaume dans la revue La Révolution française (articles, recensions, publications de lettres par lesquelles il polémique, etc.). Celles-ci s’étalent entre 1893 et 1911 et sont en partie recensées dans la bibliographie de James Guillaume sur l’éducation. Les deux volumes de ses Études révolutionnaires sont essentiellement des recueils de ses articles paru dans la revue historique. Les ouvrages de Guillaume sont régulièrement recensés dans ses colonnes, en particulier ses Procès-verbaux des comités d’instruction publique.

En 1911, Alphonse Aulard fit aussi une recension du Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire sous la direction de Ferdinand Buisson. Il loue non seulement le travail de secrétaire de rédaction de Guillaume mais aussi la qualité de l’article « Convention » (paru en 1879) qu’il qualifie de « révélation pour les historiens attentifs ».

Guillaume participait à la vie de la Société en prononçant des lectures lors des assemblées générales, comme par exemple celle qu’il fit à la Sorbonne le 29 avril 1900 : « Un mot légendaire : « La République n’a pas besoin de savants ». Cette lecture fut reprise en article dans le volume de janvier-juillet 1900 et ensuite réédité dans le premier volume de ses Études révolutionnaires.

Ces liens étroits entre Aulard, Guillaume et la Société de l’histoire de la Révolution expliquent sans doute que ce soit dans les numéros 31-32 de janvier-février 1917 que Ferdinand Buisson publia un long hommage après le décès de Guillaume, accompagné de celui d’Alphonse Aulard et de la reproduction du discours de Camille Bloch, secrétaire général de la Société d’histoire de la Révolution française, lors de l’assemblée annuelle du 18 mars 1917.

Auparavant, Alphonse Aulard avait écrit à la fille de James Guillaume pour lui présenter ses condoléances et s’engager à la publication des tables des PVCIP. Dans une lettre conservée dans le fonds James Guillaume des AEN (cote 57.15), Aulard avait indiqué à Guillaume le 25 septembre 1916 que la parution de ses tables ne pouvaient avoir lieu faute de crédits et que l’impression était repoussée à janvier 1917. Celle-ci n’eut jamais lieu et il fallut attendre 1958 pour que ces tables paraissent enfin :

cimg3167cimg3169

cimg3170

Pièce conservée aux AEN, fonds James Guillaume, cote 10.5.


Une réflexion au sujet de « James Guillaume, Alphonse Aulard et la revue « La Révolution française » »

  1. Ping : L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *