« M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare » Jean Jaurès, 1908

Revue de l’Enseignement Primaire et Primaire supérieur, n°48, 18e année, 23 août 1908. P. 389-390. Volume numérisé par la Bibliothèque Diderot de Lyon

Un livre de M. James Guillaume

James Guillaume vient de publier en un volume : Etudes révolutionnaires, quelques-unes des études critiques qu’il avait données à divers recueils et périodiques sur des points, obscurs ou incertains, de l’histoire de la Révolution française. M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare. Il a des idées générales très vastes, le sens des grands mouvements historiques. C’est un socialiste, un communiste fédéraliste adversaire résolu de la société bourgeoise, adversaire aussi résolu de la forme autoritaire et centraliste du socialisme, ou du moins de ce qui lui apparaît comme tel. Il a un peu connu et beaucoup admiré Bakounine. Il a gardé de la lutte de Bakounine et de Marx de fortes préventions contre celui-ci. Il a raconté dans des volumes intéressants une partie de la vie de l’Internationale, le mouvement de la fédération jurassienne et de la Suisse romande. C’est par la révolte universelle des opprimés et par leur réunion spontanée en petits groupes reliés par de libres et souples fédérations que s’affranchira, selon lui, la pauvre race humaine.

Naturellement, de ce point de vue, il n’a qu’un goût médiocre pour notre action électorale, parlementaire et législative. Mais je ne me propose pas ici de discuter ses vues. Je veux caractériser seulement la tendance générale de son esprit. Ses habitudes intellectuelles sont, si je puis dire, en parfaite harmonie avec son système. De même qu’il conçoit une libération étendue de la race humaine créant un ordre nouveau où disparaîtront toutes les tyrannies politiques et économiques, tous les antagonismes de classes, de races, de nationalités, mais une libération qui s’opérera par la minutie de modeste groupements autonomes, de même en histoire, il saisit et marque avec force les directions essentielles, mais il s’attache en même temps avec une passion d’exactitude méticuleuse à tous les détails douteux, à tous les récits ambigus, à toutes les traditions troubles, à toutes les légendes accréditées par la mauvaise foi, par la légèreté, par l’ignorance routinière qui accepte sans contrôle les récits les moins fondés.

C’est ainsi qu’il explore, en ce volume, le champ de la Révolution pour en arracher, à force d’érudition patiente et sagace, toute la mauvaise herbe pullulante des mensonges et des calomnies. M. James Guillaume a pour la Révolution française, pour ses grands hommes et ses grandes choses, une admiration fervente. Il juge la Révolution française avec beaucoup plus de faveur que Marx, qui, la ramenant trop exclusivement à  une étroite catégorie économique, n’y a vu qu’une révolution « bourgeoise ». M. James Guillaume a senti, au contraire, tout ce qu’il y a eu de généreux, de puissant, d’ardent, dans le mouvement révolutionnaire, la force d’ébranlement qui était en lui et qui dépasse à l’infini les formes politiques et sociales où il s’est pour un temps fixé et rétréci. On sait qu’il publie, pour le ministère de l’instruction publique, les documents, procès-verbaux de comités, etc., relatifs à l’histoire de l’instruction publique sous la Révolution. Il a accompagné ces documents d’un commentaire merveilleusement précis et sûr, et ainsi, en même temps qu’il se pénétrait de la grandeur des pensées qui visitèrent, dans la lueur de l’orage, l’esprit révolutionnaire, il est devenu si familier avec le détail même des faits qu’il n’est plus un recoin obscur où puissent désormais s’abriter les légendes.

James Guillaume ne cède jamais à l’esprit de système. La rigueur de son esprit critique ne cède ni à la sympathie ni à la haine. Il ne veut s’inscrire dans aucun des partis, dans aucune des coteries, dans aucune des sectes qui divisèrent la Révolution. Il croit qu’en chacun de ces groupements il y eut des partis pris étroits, des ambitions jalouses. Sa préférence va au peuple anonyme, de conscience plus large et plus haute. C’est ainsi qu’il proteste contre ceux qui pour quelques paroles de justice envers Robespierre calomnié, l’ont pris pour un robespierriste. Mais précisément parce qu’il n’a d’autre passion que celle du vrai, il est conduit par presque toutes ses études à réhabiliter la Révolution, car jamais mouvement ne fut plus calomnié, et dans ses œuvres et dans ses hommes. Après le 9 Thermidor, un effroyable linceul de calomnies fut si épais, si lourd, si compliqué de plis et replis innombrables, que nul n’a pu encore le soulever tout entier ou le déchirer. Même les historiens favorables à la Révolution ont accueilli comme vraies plusieurs des inventions de l’adversaire, trompés par l’audace et la persévérance du mensonge, par la multiplication des faux témoins se soutenant et se répétant les uns les autres.

James Guillaume semble avoir pris tâche d’effilocher, de rompre fil à fil ce tissu de calomnies. Et ses démonstrations sont irréfragables. Quand il ne peut aboutir qu’à une hypothèse, il le sait et il le dit. Mais il lui arrive plus d’une fois d’opposer à des mensonges accrédités des documents si décisifs que la certitude mathématique est atteinte.

Il était entendu que Chaumette avait poussé le vandalisme, le faux zèle populaire, stérile et grossier, jusqu’à faire arracher les arbres des parcs, notamment des Tuileries, pour les remplacer par des pommes de terre. M. Guillaume démontre qu’au contraire Chaumette s’est opposé à quelques tentatives ineptes en ce sens. La preuve est péremptoire ; et voilà détruite une des légendes contre-révolutionnaires qui pesaient sur la Commune de Paris.

La condamnation de Lavoisier fut une triste chose. D’autant plus triste qu’en frappant Lavoisier la Révolution ne frappa pas seulement un génie créateur admirable, un des plus féconds, un des plus lucides de la lignée française, mais encore un homme qui était bien à elle, un révolutionnaire à l’esprit hardi, tout grand ouvert sur un avenir de science, de liberté, de lumière et de justice. M. Guillaume a fait la preuve, par la publication d’une lettre inédite de Lavoisier, qu’il avait le libre et vivant esprit de l’Encyclopédie. Mais il ne suffisait pas à la contre-révolution de déplorer, de dénoncer ce grand malheur et ce grand crime. Il a fallu qu’elle y ajoutât des détails de mensonge. Il est faux que Lavoisier ait demandé au tribunal révolutionnaire un sursis pour achever quelques expériences de chimie. Il est faux qu’un des juges ait répondu ce mot de brute : « La République n’a pas besoin de chimistes. » Quiconque, après l’étude de M. Guillaume, reproduira cette légende sera un ignorant ou un calomniateur.

Je trouve moins décisif ce que dit M. James Guillaume des rapports de Marie-Joseph Chénier et de Robespierre. Il paraît bien que Robespierre n’a pas persécuté, comme on l’a dit, Marie-Joseph Chénier. Mais je ne comprends pas bien, même après l’étude de M. James Guillaume, pourquoi il a rejeté l’hymne composé par le poète avec musique de Gossec pour la fête de l’Etre suprême. Si la musique a paru trop compliqué à Robespierre qui voulait, avec raison d’ailleurs, qu’elle pût être apprise et chantée par le peuple tout entier comme le sont certains chants liturgiques, pourquoi changer les paroles ? Pourquoi ne pas adapter aux paroles de Chénier une musique plus simple ? En fait, l’hymne de Desorgues, qui remplaça celui de Chénier et pour lequel Gossec fournit une musique plus populaire, semble fait sur la même coupe que celui de Chénier. Il y a là pour moi un petit mystère qui n’est pas éclairci.

Mais, dans l’ensemble, le livre de M. James Guillaume est comme un bain pour l’esprit. Il en sort nettoyé des sottes calomnies, des odieuses légendes que l’infâme littérature contre-révolutionnaire des thermidoriens de toute couleur a accumulées sur l’époque révolutionnaire. C’est un livre de vérité et où tout est presque neuf.

Jean-Jaurès


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *