James Guillaume, vulgarisateur de l’histoire de la Révolution française

capture-decran-2016-11-07-a-23-03-05Page d’introduction d’une manuscrit intitulé Causeries sur la Révolution française, conservé à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam sous la cote ARCH00531.22. James Guillaume y explique qu’il ambitionne d’écrire une « Histoire populaire de la Révolution française ».

Avant même la publication en 1879 de l’article « Convention » du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, son premier travail historique important sur la Révolution française, James Guillaume avait fait œuvre de vulgarisateur de cette période. Dans son autobiographie datée de 1906, il mentionne son goût pour l’histoire de la Révolution française et sa formation à ce sujet alors qu’il est écolier : « Je lus toute la bibliothèque de mon père, me passionnant pour la Révolution française, pour la philosophie […] ». Il précise ensuite : « […] l’histoire de la Révolution française, dès ce moment, me fascinait et mes héros étaient les Montagnards, Marat (un Neuchâtelois), Robespierre, Saint-Just. »

 

Alors qu’il enseigne au Locle, il donne pendant l’hiver 1865-1866 12 leçons sur la Révolution française. En 1875, James Guillaume rédige le Bulletin de la fédération jurassienne (série complète téléchargeable à cette adresse) et y insère 10 articles sur la Révolution française dans la rubrique « variétés. » Le premier de ces articles racontant les premiers mois de la Révolution française débute avec un récit de la prise de la Bastille et est inséré dans le numéro du 6 juin 1875 (IVe année, n°22). Le dernier article, du 14 novembre suivant (IVe année, n°46), relate la fuite de Louis XVI et ses conséquences. James Guillaume adopte une lecture socialiste de l’événement révolutionnaire comme le montre cet extrait :

« En effet, la Révolution qui se préparait devait se faire exclusivement au profit de la bourgeoisie ; celle-ci disait à la noblesse : « Ôte-toi de là que je m’y mette, » mais ne songeait en aucune façon à faire cesser l’esclavage économique des masses. »

Voici un autre extrait de cet article critique :

« Le 26 août, l’Assemblée adopta la célèbre Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qui posait un certain nombre de principes justes, mais qui est loin de pouvoir être regardée comme suffisante au point de vue des revendications du socialisme moderne. »

 

La consultation de la bibliographie élaborée par Michel Antony sur l’anarchisme en Suisse en partenariat avec le CIRA de Lausanne a permis d’isoler un récit sur la conspiration de Babeuf publié en mai-juin 1878 dans la Neue Gesellschaft. Il s’agirait de la reprise de conférences données en janvier 1877.

 

À la fois historien et vulgarisateur, James Guillaume a poursuivi son travail de diffusion de l’histoire révolutionnaire en général, et de l’histoire de l’école révolutionnaire en particulier, après son exil à Paris en 1878. La parution de l’article « Convention » en 1879, rédigé pour le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par Ferdinand Buisson est un jalon historiographique. Il s’était chargé de la partie sur l’histoire scolaire révolutionnaire dans la première édition mais aussi dans la réédition de 1911 sous le titre de Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. En parallèle, il participe à l’élaboration d’un discours sur l’école révolutionnaire à destination des élèves et des futur-e-s enseignant-e-s du primaire. Il rédige ainsi le chapitre historique des Lectures pédagogiques à l’usage des écoles normales primaires (Hachette, 1883, disponible sur Archive.org) et rédige en 1888 une Note sur l’instruction publique de 1789 à 1808 (Delagrave, Hachette) qui reprend un article de la Revue pédagogique qui est l’organe du Musée pédagogique dont le fonds est décrit dans l’article.

 

Très impliqué dans le mouvement des Université populaires, James Guillaume donne au début du XXème siècle de nombreuses « causeries » sur la Révolution française. Le dépouillement des Temps nouveaux (numérisés par la BnF) a permis d’identifier ces causeries :

17 juin 1903 : Intervention à l’Enseignement mutuel, 41 rue de la Chapelle sur « La Révolution et la Raison » (Source : Les Temps Nouveaux, juin 1903).

Vendredi 1er décembre 1905 : Intervention à l’UP du IIIe (La Fraternelle) : Causeries sur la Révolution française. I Préliminaires. Le Déficit et les États généraux. Le serment du Jeu de Paume (20 juin 1789). (Source : Les Temps Nouveaux, 2 décembre 1905). « A partir de décembre, la fraternelle organise des séries de conférences savoir : James Guillaume, Causeries sur la Révolution française. »

 5 janvier 1906 : Intervention à l’UP du IIIe (La Fraternelle) : Causeries sur la Révolution française. I Préliminaires. Le Déficit et les Etats généraux. Le serment du Jeu de Paume (20 juin 1789). (Source : Les Temps Nouveaux, 30 décembre 1905 et janvier 1906). [Note : il s’agit peut-être d’un report de la causerie précédent ?]

 2 mars 1906 : Intervention à l’UP du IIIe (La Fraternelle) : Causeries sur la Révolution française. III. Les journées d’octobre. Travaux de la Constituante. Fête de la Fédération (14 juillet 1790). (Source : Les Temps Nouveaux, mars 1906).

 6 mars 1906 : Intervention à l’UP du IIIe (La Fraternelle) : Causeries sur la Révolution française. IV. Les trahisons de Mirabeau. Travaux de la Constituante. Fuite de Louis XVI (20 juin 1791) et retour de Varennes. (Source : Les Temps Nouveaux, mars 1906).

 4 mai 1906 : Intervention à l’UP du IIIe (La Fraternelle) : Causeries sur la Révolution française. V. Le massacre du Champ de Mars (17 juillet 1791) ; la coalition ; fin de la Constituante (Source : Les Temps Nouveaux, avril 1906)..

 

Enfin, au début du XXème siècle toujours, il reprend ses « Causeries » de 1875 pour tenter d’en faire un livre. Ce sont ces textes qui sont numérisés par l’IIHS qui conserve l’original, une copie qui n’est pas de la main de Guillaume (cote ARCH00531.23) et de la documentation sur le massacre du Champ de Mars (cote ARCH00531.23). La mention de La Grande Révolution de Kropotkine permet de savoir que cette révision est postérieure à sa date de parution, à savoir 1909. D’après le plan, James Guillaume envisageait d’en faire 3 séries pour couvrir la Révolution jusqu’en brumaire an VIII. En voici les cinq premières pages qui en résument le projet et par lesquelles il traite de l’historiographie révolutionnaire, et cite les histoires politiques et socialistes d’Aulard et de Jaurès :

capture-decran-2016-11-07-a-23-34-12capture-decran-2016-11-07-a-23-35-38capture-decran-2016-11-07-a-23-47-27capture-decran-2016-11-07-a-23-48-53capture-decran-2016-11-07-a-23-50-06

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *