Georges Weill, Alphonse Aulard et la « probité historique » de James Guillaume

cimg6139Document conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds James Guillaume.

La Revue de synthèse historique est une revue généraliste qui parut de 1900 à 1913 puis de 1919 à 1930. Cette publication dont le directeur était Henri Berr est numérisée par la Bibliothèque nationale de France. La recension retrouvée dans les papiers James Guillaume date de février 1906 (T. XII-1, n°34). À cette date, Georges Weill (1865-1944) est professeur à la faculté de lettres de Caen (1906-1935). En 1900, il avait publié son Histoire du parti républicain en France de 1814 à 1870 (Paris, Alcan).

Ce compte-rendu de L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878), avec une erreur sur le titre d’ailleurs, montre la réception des travaux d’histoire de l’éducation révolutionnaire de James Guillaume : « L’auteur de ce livre, bien connu pour ses travaux sur l’instruction publique pendant la Révolution […] ». Guillaume a alors acquis une notoriété d’historien, en particulier par la publication des Procès-verbaux du comité d’instruction publique et ses nombreux articles parus dans La Révolution française,  revue dirigée par Alphonse Aulard. Mais c’est en tant qu’acteur et témoin de l’Internationale que Guillaume écrit et G. Weill insiste sur la rigueur historique de celui qui fut « l’un des fondateurs de la section de l’Internationale du Locle en 1866 » :

« M. James Guillaume a compris que des souvenirs vieux de quarante ans pouvaient l’induire en erreur ; journaux, brochures, lettres personnelles du temps, il  n’a rien négligé pour apporter un témoignage parfaitement sûr. »

La conclusion est élogieuse :

« L’ouvrage dont nous parlons sera donc indispensable à ceux qui voudront porter un jugement définitif sur la grande association prolétarienne. »

Le fonds James Guillaume des AEN comporte deux documents non datés de la main de Georges Weill. Le premier est sans doute du 1er février 1906 puisque l’historien indique qu’il vient de finir  la lecture de l’ouvrage de Guillaume dont il fait là-aussi l’éloge :

cimg5152-copiecimg5153-copie

G. Weill remercie Guillaume pour la lecture de son propre livre sans le nommer. Il s’agit sans doute de son Histoire du mouvement social en France (1852-1902) parue en 1904 et dont la deuxième édition date de 1911. La carte suivante fait en effet référence à une conférence sur « Le Mouvement ouvrier sous l’Empire ». Guillaume l’avait certainement sollicité pour donner cette conférence à l’Université populaire du XIVe dont il faisait fonction de secrétaire.

cimg5154-copieDans le tome XIV-1 (n°40) de la Revue de synthèse historique daté de février 1907, G. Weill rend compte de la parution du tome II de L’Internationale (p. 115). Tout en louant la rigueur historique de Guillaume, l’historien émet des critiques sur son travail :

« La lecture de cet ouvrage est un peu fatigante : les détails trop minutieux de ces luttes souvent mesquines laissent une impression qui n’est favorable ni à Marx, ni à Bakounine. Et puis l’auteur transcrit in extenso, dans le texte, nombre de documents d’importance secondaire qu’il aurait pu placer dans les notes. Mais les défauts de la forme sont compensés par l’exactitude du fonds ; partout on sent, malgré la passion politique du vieux lutteur, une parfaite probité historique, une recherche scrupuleuse du vrai. Ce volume sera désormais indispensable pour l’histoire de l’Internationale. » 

Dans l’hommage publié par Alphonse Aulard dans La Révolution française en 1917 après la mort de James Guillaume, l’historien de la Révolution emploie les mêmes termes que son collègue G. Weill pour qualifier le travail de celui avec qui il avait travaillé sur l’édition des procès-verbaux. Il emploie lui aussi l’expression de « probité » pour décrire la méthode de travail de Guillaume :

« Buisson a parlé de son amour de la vérité, de sa passion de l’exactitude. Cet amour et cette passion ont donné comme un cachet de perfection à ce travail. S’il y a des erreurs, elles ont été, jusqu’ici, invisibles, et je suis convaincu que celles qui paraîtront peut-être ne seront que de détail et insignifiantes. Commissaire responsable pour les derniers volumes (on sait que c’est une publication du ministère de l’Instruction publique), j’ai suivi de près l’élaboration de la dernière partie, j’ai vu à l’œuvre ce maître ouvrier, sa méthode, son application, sa probité vigilante, ses scrupules, que je trouvais infinis, mais qui, en réalité, amélioraient sans retarder. »

Aulard reconnaît que ce souci de l’exactitude conduisait à une propension à citer ses sources de façon extensive, relevant là aussi une lecture « fatigante » :

« Ce brûlant désir de montrer la vérité, de n’en cacher aucune face ou facette (aurait dit Renan) est la cause du seul défaut que l’on puisse relever dans son recueil des procès-verbaux du Comité d’instruction publique. Tous les documents y sont donnés en entier,  même en leur partie un peu inutile ou languissante. C’est fatigant, non seulement pour une lecture suivie, mais pour les recherches. Allégé, le recueil serait plus utile encore. Mais Guillaume ne voulait rien retrancher par crainte de paraître faire des suppressions tendancieuses. »

Les deux grandes œuvres historiques de James Guillaume, l’édition des projets éducatifs révolutionnaires et son histoire de l’Internationale souffrent donc aux yeux des deux historiens des mêmes défauts qui, en retour, en font une source documentaire d’une valeur inestimable. Ainsi, en 1911, dans la seconde édition de son Histoire du mouvement social en France (numérisée sur Archive.org), Georges Weill a tenu compte des remarques de Guillaume et le cite abondamment. Il qualifie L’Internationale dans sa bibliographie d’ouvrage « très riche en documents ».

 

Par une carte adressée à ses sœurs après la parution du premier volume de L’Internationale, Guillaume répond d’ailleurs de façon assez méprisante à la critique sur le caractère « assommant » de son texte (AEN, fonds James Guillaume, cote 25,18) :

« Si d’autres l’achètent, tant mieux pour l’éditeur : mais qu’ils trouvent le livre assommant, je n’en ai cure et leur concède. »

cimg6107-copie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *