La figure de James Guillaume enseignant dans « Notre samedi soir » de T. Combe

Adèle Huguenin, écrivaine sous le nom de T. Combe, a été l’élève de James Guillaume à l’école industrielle du Locle pendant un an. Elle est restée en contact avec celle qu’elle appelle « mon maître », ce dernier intervenant par exemple auprès de Ferdinand Buisson pour l’édition chez Hachette de l’un de ses ouvrages antialcoolique en 1903 (carte postale de Buisson, AEN, fonds James Guillaume, cote 75.27). 60 ans après avoir fréquenté les cours que Guillaume donnait à l’école industrielle, T. Combe lui rend hommage dans plusieurs articles de son hebdomadaire Notre samedi soir, qu’elle destine à un lectorat féminin.

Voici une sélection d’article tirés de la série complète de ce périodique conservée à la Bibliothèque publique et universitaire (BPU) de Neuchâtel (cote CV201).

Le premier article (14-21 septembre 1929), en deux parties, évoque l’agression subie par Guillaume. T. Combe n’était alors pas l’une de ses élèves mais relate l’émoi dans l’école qui comportait aussi bien des classes enfantines qu’industrielles (l’écrivaine y fit toute sa scolarité).

1929-37-11929-37-21929-38-11929-38-2On note l’exagération de T. Combe qui fait de Ferdinand Buisson le ministre de l’Instruction publique et James Guillaume son adjoint, auteur des programmes scolaires français sur le modèle de ceux du canton de Neuchâtel ! Toutefois, le principal intéressé a relaté dans sa correspondance privée l’événement dans les mêmes termes.

L’article suivant (1930) au ton hagiographique est celui qui a été reproduit dans un autre journal, découpé puis conservé par les sœurs de James Guillaume. En voici l’intégralité :

1930-24-11930-24-2Cet article de 1931 évoque James Guillaume qui, en 1914, questionne T. Combe sur ce que sont devenues ses anciennes camarades, les élèves de l’école industrielle :

1931-41-11931-41-2T. Combe a correspondu avec les sœurs et le neveu de James Guillaume, ses lettres étant conservées aux Archives de l’État de Neuchâtel (fonds Georges-Émile Guillaume, cote II/5). Sa lettre de condoléances adressé au neveu de James, après le décès de sa tante Julie est l’occasion d’évoquer l’importance de son ancien maître dans sa vie (27 avril 1932) :

« En lisant dans le Journal de Genève le faire-part mortuaire, j’ai revu beaucoup de figures que j’ai connues un peu, mais aucune qui ait laissé une trace dans ma vie comme celle de votre oncle James Guillaume. Il m’a orientée dès mon temps d’écolière. Toutes les fois que je l’ai vu plus tard, à Paris, en Suisse, ou chez moi, il m’a laissé quelque chose de précieux que je conserve fidèlement. Votre tante qui m’accueillit chez elle plusieurs fois, me laisse aussi un lumineux souvenir. Elle était de ces âmes toute (sic) bonté et support et secours. Je suis heureuse, ce fut un privilège pour moi, de vous avoir connus vous tous qui portez le nom de Guillaume. Je n’ai pas oublié non plus la visite que vous m’avez faite avec votre tante pendant la guerre, et où nous avons lié un début d’amitié. »

 

Voici le numéro annonçant le décès de T. Combe :

1933-1Le numéro-double suivant est un numéro hommage qui retrace sa vie :

1933-20-11933-20-21933-20-31933-20-41933-20-51933-20-61933-20-71933-20-8La biographie que Caroline Calame a consacrée à cette auteure en 2006 dans la Nouvelle Revue neuchâteloise mentionne cet attachement de T. Combe pour Guillaume, son ancien professeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *