« L’école doit être indépendante du pouvoir politique » James Guillaume, La Bataille syndicaliste, 1912.

Note : Retranscription à partir de manuscrits conservés à l’IIHS dans les James Guillaume papers : cote ARCH00531.32

« L’école doit être indépendante du pouvoir politique. Lettre adressée au meeting des instituteurs et institutrices de l’Ardèche, réunis au Teil le 7 novembre 1912 », La Bataille syndicaliste et dans l’Émancipation, bulletin des instituteurs de l’Ardèche

P. 1

« Chers camarades,

Les initiateurs de cette réunion m’ont demandé de vous envoyer quelques mots exprimant la sympathie qu’éprouvent tous les amis de la véritable instruction et de la réelle liberté humaine à l’égard de votre admirable mouvement, à la fois mouvement de vérité pour le perfectionnement de l’école populaire, et mouvement de résistance à l’oppression qui menace la liberté et la dignité du personnel enseignant. En vous adressant ce témoignage de cordiale sympathie et de fraternelle solidarité, je tiens à insister particulièrement sur ce point, que c’est vous, vous seuls, qui marchez dans la ligne de la Révolution française et qui représentez l’esprit, tandis que vos adversaires, ceux qui vous frappent et vous persécutent au nom d’une prétendue discipline universitaire, tournent le dos à la Révolution ; ils ont beau se dire républicains, ils sont des continuateurs de l’ancien régime et de l’Université napoléonienne avec sa tyrannie centralisatrice. »

P. 6

« Instituteurs et institutrices, vous êtes bien forts dans votre lutte contre l’arbitraire. Si vous avez contre vous des politiciens, des représentants de la classe dirigeante, des ennemis du peuple, vous avez pour vous ceux-là mêmes qui ont formulé le programme de l’éducation moderne, de l’enseignement de vérité, Condorcet, Lavoisier, Romme, ces hommes qui ont aimé la vérité et la liberté par-dessus tout et qui ont donné leur vie pour elles. Et à ces morts illustres se joignent pour défendre, les masses ouvrières et paysannes, aujourd’hui éveillées et commencent à s’organiser, qui ont compris la signification de votre mouvement, et qui vous crient dans un magnifique élan de fraternité et de solidarité : « Courage, continuez à lutter pour la liberté de l’école et pour l’avenir de nos enfants ; nous sommes avec vous et nous ne vous abandonnerons pas ! » Recevez, chers camarades instituteurs et institutrices, ma cordiale poignée de main. »

« Droits et devoirs. La résistance à l’oppression », La bataille syndicaliste, 8 novembre 1912.

P. 1

« Un citoyen, quel qu’il soit, se grandit plus par l’accomplissement de ses devoirs que par la revendication de ses droits. Cette monumentale bêtise a été dite à Nantes, le 27 octobre 1912, par M. Raymond Poincaré, président du conseil des ministres et avocat-conseil de je ne sais quelle grande compagnie capitaliste. En parlant ainsi, M. Raymond Poincaré s’est mis en contradiction flagrante avec tout ce qu’ont dit et pensé les révolutionnaires de 1789 et de 1793, dont le parti radical se réclame. »

P.7

« Ce fut la réponse du peuple – de ce qui s’appelle aujourd’hui la C.G.T – à la monstrueuse politique des auteurs de la Déclaration des Devoirs et de la constitution bourgeoise qui prétendait instaurer le gouvernement des meilleurs (en grec : aristocratie), c’est-à-dire des propriétaires. Aujourd’hui, la C.G.T – « ce qu’on appelait le peuple il y a soixante ans » (F. Buisson) – répond aux ministres par la voix de l’Union des Syndicats de la Seine :

« Laisserez-vous, camarades, attaquer les instituteurs ? Non, vous les défendrez, ces instituteurs courageux qui sont venus grossir les rangs de la C.G.T dans un désir de justice et dans un élan de fraternité ! Défendez-les, c’est un devoir, un devoir sacré, le devoir de solidarité auquel vous n’avez jamais failli ! »


Une réflexion au sujet de « « L’école doit être indépendante du pouvoir politique » James Guillaume, La Bataille syndicaliste, 1912. »

  1. Ping : James Guillaume et le syndicalisme enseignant | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *