Paul Robin, inspecteur primaire à Blois (1879-1880)

Dans la biographie que Max Nettlau consacra en 1935 à James Guillaume, l’historien autrichien insiste sur le fait que l’internationaliste eut un rôle de premier plan aux côtés de Ferdinand Buisson. Il fait un parallèle entre le fait que Guillaume fut obligé de rester dans l’obscurité et « l’affaire Cempuis » de 1894 qui visait indirectement Buisson à travers Robin. Nettlau en fait un intime de Guillaume et ce serait ce dernier qui l’aurait recommandé auprès de Buisson pour qu’il obtienne son poste d’inspecteur primaire à Blois. L’extrait suivant illustre toutefois les relations conflictuelles entre Guilaume et Robin :

« He was a notable Internationalist too; militant in Belgium, in Geneva, in Bakunin’s time and in Paris and in his London exile was always in the intimate cercle of Guillaume and of Kropotkin. He was a zealous propagandist and when by Guillaume, who recommended him to Buisson, he was employed in the department of public instruction, his somewhat reckless propaganda became Guillaume’s and Buissons nightmare and so they shifted him to the Cempuis Orphanage, a non-governmental institution, where Buisson’s influence was powerful. »

Comme Guillaume, Robin collaborait depuis 1877 à la rédaction d’articles pour le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par Buisson. Le premier article de Robin est consacré aux « corps simples » (2e partie du dictionnaire) et parut dans la 30e livraison (le 15 mars 1879 d’après la chronologie établie par Patrick Dubois). Nous avons  cherché à identifier des traces de ces liens entre Buisson, Guillaume et Robin au moment de la nomination de ce dernier comme inspecteur primaire à Blois en 1879.

 

Paul Robin écrit de Bruxelles le 8 septembre 1879 (dossier F17-14312) une lettre au ministre : « Après un exil volontaire de quatorze ans, désirant revenir dans mon pays et contribuer pour ma part aux progrès de l’enseignement, j’ai l’honneur de solliciter une place d’inspecteur primaire. »

Un trait de crayon bleu sur cette lettre indique que ce qui a retenu l’attention du lecteur est le fait qu’il fut « chargé de cours de physique au Lycée de la Roche-sur-Yon d’octobre 1861 à 1862 puis à Brest de 1862 à 1865. Ses activités de professeur libre à Bruxelles et à Londres n’ont pas été mises en avant.

Robin remercie Buisson par une lettre du 30 septembre suivant adressée à « Monsieur le Directeur de l’Enseignement primaire » (dossier F17-14312) :

« Je vous prie d’agréer l’expression de ma plus vive gratitude pour la bienveillance que vous m’avez témoignée. J’accepte avec reconnaissance le poste d’inspecteur de l’enseignement primaire à Blois, et je me promets d’y faire mon devoir de manière que vous n’ayez qu’à vous applaudir de la faveur que vous avez bien voulu m’accorder. »

Les dossiers F17-14312 des Archives nationales (Paris) consacré à « l’affaire Cempuis » de 1894 et le dossier administratif de Robin (AJ/16/233) comportent un arrêté du 2 octobre 1879 signé du ministre Jules Ferry et de Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire :

« M. Robin, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, licencié ès-sciences mathématiques et physiques, est nommé Inspecteur primaire (3e classe) à Blois, en remplacement de Mr Roux, appelé à d’autres fonctions. »

Robin accuse réception de l’arrêté par un courrier du 3 octobre 1879 adressé à Buisson toujours, et annonce qu’il se rendra à Blois dans les plus brefs délais.

 

L’intervention de Buisson est claire, mais il s’agit maintenant de voir quelle a pu être l’influence de Guillaume. Ce dernier ne mentionne pas cette nomination dans ses « Annales » conservées aux Archives de l’État de Neuchâtel, pas plus qu’il n’évoque la démission de Robin en 1894. En revanche, il note la loi d’amnistie partielle des Communards votée le 3 mars 1879 dont il a pu bénéficier, tout comme Robin (la loi d’amnistie générale est votée le 11 juillet 1880 et concerne cette fois les « meneurs »). Ainsi, le dossier F17-14313 (Archives nationales) comporte de nombreux articles publiés de 1892 à 1894 pour accuser, ou soutenir, Paul Robin et Ferdinand Buisson. Un article de la Petite République daté du 18 septembre 1894 et signé d’E. Faillet mentionne James Guillaume dans la biographie de Robin :

« L’exil, comme à nous tous, pesait cruellement à l’éminent professeur. Cet homme accusé d’antipatriotisme par les individus qui prennent le mot d’ordre au Vatican, cet homme souffrait d’être séparé de sa patrie. L’amnistie décrétée, il n’hésita pas à quitter une situation brillante pour revenir en France. Il faut le dire, il n’avait pas cessé de correspondre avec ses nombreux amis. Par l’intermédiaire d’un savant suisse, M. Guillaume, il avait collaboré au Dictionnaire de Pédagogie, dont M. Buisson était le directeur. M. Buisson l’engagea vivement à rentrer dans l’enseignement et le fit nommer inspecteur de l’enseignement primaire dans le département du Loir-et-Cher. »

Point de mention de la « propagande irresponsable » de Robin mentionnée par Nettlau dans la biographie de Guillaume, bien au contraire puisque l’article vise à le défendre face aux attaques dont il fut l’objet en 1894 :

« Le nouveau fonctionnaire prenait son rôle au sérieux ; il se heurta contre les mauvaises volontés de l’administration ; son caractère droit, incapable de mômeries, déplut souverainement. Écoeuré, il vint rue de Grenelle déclarer ne pouvoir continuer. C’est alors que M. Buisson, directeur général de l’enseignement, lui proposa la direction de Cempuis. »

On peut lire dans l’appréciation négative du caractère de Robin par Nettlau, le point de vue de Guillaume qui dénonçait le « manque de tact » de Robin du temps de sa participation à l’AIT. Les fiches individuelles de Paul Robin conservées aux Archives nationales (F17-14312 et AJ/16/233) permettent d’identifier les difficultés que Robin a eues avec l’inspection académique. Ainsi, la fiche de « renseignements confidentiels » signée le 31 mars 1880 par l’inspecteur d’académie de Paris (dont dépend le Loir-et-Cher) comporte une appréciation sur son caractère : « D’une conduite exceptionnelle, M. Robin, ne s’occupe que de sa famille et de ses fonctions – Caractère sympathique, honnête, manque un peu de fermeté – généralement estimé. A besoin d’être connu. » Surtout, à la rubrique « exactitude » sont notées des critiques relatives à son travail d’inspecteur primaire :

« Si le devoir d’un inspecteur était seulement d’inspecter les classes, de donner des conseils à l’instituteur, de le diriger, d’obtenir de lui qu’il se conforme aux recommandations faites dans les conférences, M. Robin serait un inspecteur modèle. Mais il y a toute une partie de ses fonctions que M. Robin parviendra difficilement à remplir. Il ne se fait guère à l’administration. Ses idées sont confuses. Son jugement n’est pas sûr. Il a des idées trop arrêtées, et ne tient pas compte des difficultés locales, quand il s’agit par exemple de constructions. Il connaît peu la législation. Les règlements. Décide de tout et sans hésiter. Dans ses rapports, il perd de vue l’objet essentiel et donne des conclusions qu’on ne lui demande pas, et oublie les autres. En un mot, il ne sait pas instruire les affaires. Du reste, très érudit et s’exprime fort bien. »

La conclusion est que « M. Robin n’a pas les qualités nécessaires à un administrateur. Mais nous croyons qu’il serait très bon inspecteur dans un poste où il n’y aurait qu’à inspecter » ceci alors que Robin lui-même désire obtenir la « Direction d’une grande école d’enseignement intégral. »

Sur le même document, le vice-recteur, Octave Gréard rédige le 21 juillet 1880 le commentaire suivant :

« M. Robin a le goût et l’intelligence des questions pédagogiques. Il s’entend à inspecter une classe. La nouveauté le séduisant ; il est l’ennemi déclaré de la routine. Il a plus de peine à se former à l’administration ; il est souvent en retard dans les travaux qu’il a à produire, et ses conclusions ne sont pas toujours suffisamment étudiées. »

Un deuxième document intitulé « Renseignements confidentiels », non daté et dont la signature est illisible, est encore plus critique dans les observations générales : « Rêveur manquant de sens et de tact. Ayant beaucoup vécu en Angleterre, il voudrait en importer les procédés dans notre pays […] » ou encore « Il manque de sens pratique » et enfin : « Il a ses idées arrêtées sur la construction des maisons d’école, sur la disposition des classes et veut les appliquer envers et contre tout. »

En juillet 1880, il avait bénéficié de la recommandation du député du Loir-et-Cher, Pierre Tassin, pour obtenir la direction de l’école primaire supérieure Arago à Paris, sans succès. Le courrier fait l’éloge de son activité à Blois en contradiction avec les remarques sur son « sens pratique » : « Depuis qu’il est dans notre département, Mr Robin a fait preuve, dans maintes circonstances, d’aptitudes vraiment spéciales et d’un esprit pratique remarquable. »

Ces difficultés expliquent sans doute que le 17 septembre 1880, Robin sollicite un congé de trois mois « pour affaires de famille » ce qu’il obtient par un arrêté du 20 septembre suivant, confirmation de difficultés rencontrées dans l’exercice de ses fonctions d’inspecteur à Blois. Un nouvel arrêté est pris le 20 janvier 1881 pour accorder à Robin un congé d’inactivité. Un document du bureau des pensions du 19 octobre 1894, reprenant ses droits à la retraite, indique que Paul Robin a été inspecteur primaire à Blois du 3 octobre 1879 au 30 septembre 1880, Robin n’ayant pas repris ses fonctions à cette date. Il est nommé le 16 décembre 1880 directeur de l’orphelinat Prévost à Cempuis par Ferdinand Buisson.

 

Nous allons maintenant nous intéresser à la mémoire de ce passage de bref passage de Robin à Blois en partant des témoignages les plus proches de l’événement. Il existe une mention du passage à Blois de Robin dans l’ouvrage écrit par son beau-fils, et ancien élève, Gabriel Giroud. Dans Cempuis. Éducation intégrale, coéducation des sexes paru en 1900 (numérisé sur Archive.org), Giroud mentionne cette expérience en termes élogieux (en particulier la fondation du premier cercle pédagogique de France) :

giroud-robin1giroud-robin2Le texte confirme les difficultés rencontrés par Robin pour mener à bien les tâches administratives liées à ses fonctions.

En mars 1930, dans le numéro 6 du Bulletin de la section départementale de la Seine du SNI (numérisé sur Gallica), Émile Glay consacre un long article à « Cempuis et la coéducation des sexes. » Il mentionne le passage de Robin à Blois en indiquant comme cause de son départ, des tensions avec le préfet du Loir-et-Cher et la « réactionnaire administration locale » :

glay-robin-1930

C’est surtout la biographie de Paul Robin écrite en 1937 (pour le centenaire de la naissance de son beau-père) par Gabriel Giroud qui donne le plus de renseignements sur le passage à Blois. En mentionnant des sources primaires (et à des renseignements fournis par le principal intéressé) et bien qu’adoptant un ton hagiographique, cette biographie est une source précieuse de renseignements sur la vie de Robin. Voici comment le biographe présente l’intervention de Guillaume dans son recrutement (p. 25) :

« Mais en 1878, un mouvement se produisit en France pour le développement de l’enseignement du laïque. M. Ferdinand Buisson, chargé de rajeunir et d’adapter au régime républicain l’organisation, les programmes et les cadres de l’enseignement primaire, recrutait des collaborateurs. Par l’intermédiaire de James Guillaume, il offrit à Paul Robin de prendre part à l’œuvre entreprise. Celui-ci hésita. Il n’avait que peu d’idées conformes à celles que le gouvernement se proposait d’appliquer. Partisan de la liberté de l’enseignement, il ne prisait pas plus l’éducation et l’instruction de l’Etat que celles des églises. »

Giroud reconnaît là encore les difficultés de Robin à s’intégrer dans l’administration de l’instruction publique (p. 26) :

« Au reste, les carrières hiérarchiques réglées d’avance lui faisaient horreur. Son tempérament n’était point celui d’un fonctionnaire. D’autre part il avait des charges. Trois enfants ! Mais ses amis lui affirmaient qu’une grande liberté serait consentie aux hommes d’initiative. Tout bien pesé, il accepta. On lui confia diverses missions pédagogiques et administratives, il collabora au Dictionnaire de pédagogie, fut proposé pour une direction d’école professionnelle à Chambéry, puis pour celle d’une école normale. »

Une note relative au Dictionnaire traduit une certaine rancœur envers Guillaume (note 2 p 26) :

« Le grand artisan de ce dictionnaire était James Guillaume. Mais il ne fut confié à Paul Robin que des articles où son originalité ne pouvait offusquer la majesté officielle de l’œuvre […]. Il ne put être lui-même que dans l’article métiers. »

Dans une autre note (3 p 26), il évoque le soutien de Ferdinand Buisson pour qu’il obtienne un poste à Chambéry :

« Lettre de Ferdinand Buisson, annonçant la visite de Paul Robin au Préfet de la Savoie : « … c’est un professeur de premier mérite qui n’accepte cette place qu’à cause du désir tout particulier qu’il a de s’occuper d’enseignement… Je n’hésite pas à croire que si la ville de Chambéry parvient à s’attacher M. Robin, ce sera une de ces bonnes fortunes dont l’enseignement primaire n’est pas coutumier. » M. Buisson disait à James Guillaume qu’il n’avait jamais écrit une autre lettre pareille. »

Il ne peut obtenir ces postes en raison de son mariage civil et du fait que ses enfants n’étaient pas baptisés. Voici pourquoi il fut nommé à Blois en 1879 (p. 27-29) :

« Il fut nommé inspecteur de l’enseignement primaire à Blois en 1879. La paperasserie administrative le submergea, l’excéda. Son séjour à Blois ne dura qu’un an. Ce fut assez pour qu’il laisse trace de son passage. Les programmes étaient mesquins, les règlements désuets, le poste surchargé. N’importe ! avec sa coutumière ardeur il se mit à la besogne, multiplia les conférences, encouragea ses subordonnés aux initiatives pédagogiques les plus hardies. En janvier 1880, les instituteurs reçurent une circulaire où il n’était question, chose inouïe pour l’époque, ni de religion, ni même de morale « laïque », point davantage d’enseignement civique et patriotique. En revanche la nécessité d’un enseignement concret, vivant, l’importance, l’utilité du dessin, du travail manuel, de la musique, du musée scolaire, de la gymnastique, de l’hygiène, y étaient inscrites, de même que des suggestions très nouvelles comme celle de l’établissement de petits observatoires météorologiques, et même astronomiques, d’une organisation anthropométrique attribuant à chaque enfant une fiche physiologique, médicale de développement physique et mental. Afin d’éveiller la curiosité des élèves, et autant que lui permirent quelques libéralités privées, il pourvut même certaines écoles d’instruments de mesure. Il recommandait les promenades et excursions, les recherches botaniques, géologiques, géologiques, archéologiques, les visites d’ateliers, d’usines, etc… Il demandait aux instituteurs aux instituteurs et institutrices de s’intéresser aux travaux et découvertes scientifiques [note 1 p 28 : Je conserve, comme exemple, des cartes des pluies, pour le Loir-et-Cher, dressées par des instituteurs]. En mai 1880, il organise à Blois une fête scolaire, la première peut-être en son genre. Six cents élèves y prirent part, six mille personnes y assistèrent. Des chants, des jeux, des évolutions en plein air. Et une distribution de prix, – bien qu’il fut hostile aux récompenses – non pas de livres, mais d’objets utiles ou capables d’intéresser les enfants : thermomètres, coupe-verres, boîtes à herborisation, nécessaires de dessin, marteaux de géologue, etc… Enfin le 17 septembre 1880, fut fondé par lui le premier cercle pédagogique de France. Sur un de ses agendas on lit, à la date du 25 septembre : « Constitution définitive du Cercle pédagogique : 52 inscrits, reçu 65 francs. En Avant ! » Tel était son enthousiasme. Dans le local affecté à ce cercle, une exposition permanente fut installée d’objets, donnés ou prêtés, intéressant l’enseignement. C’était à ses yeux un lieu d’échange d’appareils, de spécimens naturels ou industriels convenant aux musées de toutes les écoles de sa circonscription. Au début, le plus grand nombre de ces objets lui appartenaient. Avec l’accroissement rapide des collections, le cercle, installé d’abord dans une salle de l’école de la place Louis XII, à Blois, fut transféré au château. Les autorités cependant, peu enclines au nouveautés, toléraient seulement ses originalités, ses audaces. Lorsqu’il eut la velléité de mêler fillettes et garçons, dans les écoles rurales, où s’effritaient les barrières qui, par sexe, séparaient les élèves, lorsqu’il s’opposa, dans les écoles cléricales, à une différence de traitement entre élèves payants et non payants, lorsqu’il prétendit faire ses tournées d’inspecteur juché sur un bicycle, il scandalisa. L’hostilité administrative s’affirma autour de lui. Dans une lettre à son habituel confident, M. Mascart, après avoir exposé l’incroyable travail d’écritures auquel il devait se livrer, il dit : « … et le jour où une paperasse quelconque destinée à aller moisir dans un carton est en retard, je reçois un poil qu’un palefrenier ne tolérerait pas. » Il ne supportait pas les « poils ». Il chercha autre chose. La dernière notice individuelle qu’il eut à remplir marque son désir d’obtenir la « direction d’une école d’enseignement intégral » (sic). On lui offrait la première place vacante à la tête d’une école primaire supérieure de Paris, lorsque la possibilité d’une application au moins partielle de ses idées pédagogiques se présenta. »

 

Bibliographie sur Robin et Cempuis

Nathalie Brémand, Cempuis : une expérience d’éducation libertaire à l’époque de Jules Ferry (1880-1894), Paris, éditions du Monde libertaire, 1992.

Martine Brunet-Giry, Ferdinand Buisson et les socialistes libertaires, Clamecy, 2014.

Christiane Demeuleanere-Douyère, Paul Robin : 1837-1912, un militant de la paix et du bonheur, Château-Gontier, Publisud, 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *