Le dossier de naturalisation de James Guillaume

Le dossier de naturalisation de James Guillaume (qui concerne aussi sa femme Élise), est conservé sous le numéro 5528 X85 aux Archives nationales de Paris sous la cote BB/11/1866.

La pièce la plus ancienne est une demande d’admission à résidence en date du 11 septembre 1885. James Guillaume avait manifesté cette même année sa volonté de revendiquer la nationalité française en raison de son attachement à la Révolution. Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande alors qu’il se présente comme « publiciste » de profession. Il justifie cette autorisation de résider en France par ses travaux intellectuels :

« A l’honneur de vous exposer que depuis plus de sept ans qu’il habite la France, il s’est occupé essentiellement de travaux relatifs à l’instruction publique et spécialement à l’enseignement primaire ; qu’il a été pendant tout ce temps un collaborateur actif du Dictionnaire de pédagogie qui depuis 1877 est en cours de publication à la librairie Hachette sous la direction de M. F. Buisson, actuellement directeur de l’Instruction primaire au Ministère de l’instruction publique ; que depuis 1879, il remplit, sur le désir de M. Buisson, l’emploi de secrétaire de la rédaction de cette importante publication ; que depuis 1882, en vertu d’un traité conclu entre M. le ministre de l’instruction publique et M. Ch. Delagrave, éditeur à Paris, il remplit en outre les fonctions de secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique, organe du Musée pédagogique ; qu’il est membre de la commission de statistique et de la commission des textes de compositions pour les examens du brevet de capacité, relevant du ministère de l’instruction publique, enfin, qu’un arrêté de Monsieur le ministre de l’instruction publique, en date du 25 septembre 1885, l’a nommé secrétaire de la commission récemment instituée à l’effet de rechercher et de publier les documents relatifs à l’histoire de l’instruction publique pendant la période de 1789 à 1808 ; – et que tous ces motifs l’engagent à fixer en France son domicile d’une manière stable. »

Le dossier administratif contenant cette demande est daté du 11 novembre 1885. James Guillaume y est qualifié « d’homme de lettres », le rapport indiquant qu’il réside en France depuis 1878 et qu’il bénéficie de « bons renseignements » ce qui aboutit à un avis favorable du préfet de police. La rubrique « conduite et moralité » comporte la mention « renseignements favorables » et les antécédents indiqués sont les suivants : « Il était auparavant professeur à l’Université de Neufchâtel (sic )(Suisse). » Il s’agit sans doute d’une confusion sur une phrase du courrier de Guillaume mentionnant qu’il avait été « professeur de l’enseignement public en Suisse. » L’avis motivé à l’appui des renseignements fournis est le suivant : « La Préfecture de Police ne verrait pas d’inconvénient en ce qui la concerne, à ce que la demande du postulant fut accueillie. » Ce avis favorable date du 3 décembre 1885 ce qui aboutit à son admission à résidence par un décret en date du 15 décembre suivant.

Il existe aux Archives de la Préfecture de police un dossier de surveillance sur James Guillaume. Les renseignements du dossier de demande d’admission à résidence et de ce document ne sont pas exactement identiques puisqu’un rapport du 1er bureau du Cabinet de la Préfecture de police en date du 17/10/1884 mentionne une arrivée à Paris en 1879 et non 1878. Voici alors la description de ses activités :

« Le Né Guillaume, qui est rédacteur au « Révolté » et qui collabore à plusieurs autres feuilles socialistes, est un homme intelligent, érudit, travailleur, ayant une conduite régulière ne pouvant donner lieu à aucun reproche. Il est actuellement employé à la librairie Hachette et demeure rue du Val-de-Grâce, 9. »

Un rapport du 24 février 1883 du 1er bureau, 2e Brigade de Recherches de la Préfecture de police le qualifiait de « socialiste révolutionnaire » tout en précisant : « On n’a recueilli que de bons renseignements sur sa probité et sa moralité. » Ce jugement est conforme à l’avis de la Préfecture de police justifiant son admission à résidence en 1885.

 

James Guillaume a bénéficié dans ses démarches du soutien de Ferdinand Buisson puisqu’une note du 28 décembre 1885 du Bureau du Sceau indique que le directeur de l’instruction primaire a sollicité pour James Guillaume l’exonération des droits de sceau. Cette note précise les conditions pour une telle exonération : « La remise totale des droits ne peut être accordée que pour services publics ou militaires, actes de courage et de dévouement ou encore en considération de distinctions acquises dans les arts, les sciences et les lettres. » La note précise que, malgré sa participation à l’édition du Dictionnaire de pédagogie et de la Revue pédagogique, ainsi que sa nomination en qualité de secrétaire de la commission pour la publication des documents relatifs à l’histoire de l’instruction publique pendant la Révolution, ceci ne lui permet pas de solliciter l’exonération totale. Une remise partielle est envisageable en raison de ses travaux :

« La remise totale ne me semble pas pouvoir être accordée – mais une remise partielle pourrait l’être en raison des publications utiles faites par Guillaume et de sa collaboration à l’œuvre de l’enseignement. Toutefois, je pense qu’il serait préférable que Guillaume nous adressât une demande personnelle tendant à la remise partielle afin que nous puissions, après nouvelle instruction, en déterminer le montant et provoquer une nouvelle mise en décret. »

Ainsi, par une lettre du 30 décembre 1885, Guillaume sollicite directement une exonération des droits de sceau (175 francs 25 centimes) :

« Je viens, par ces lignes, solliciter la dispense de ces droits. M. F. Buisson, directeur de l’instruction primaire au ministère de l’instruction publique, qui veut bien s’intéresser à ma demande, pense que mes travaux depuis sept ans énumérés dans ma lettre du 5 novembre, constituent des titres suffisants pour que je puisse espérer de la voir favorablement accueillie. »

Le 3 février 1886, il fut effectivement exonéré par décret de la moitié de ces droits de sceau. Une note du 25 janvier 1886 en donnait le motif : « En raison des quelques études pédagogiques faites par le sieur Guillaume et de la haute recommandation dont il a été l’objet. »

 

La demande de naturalisation manuscrite de James Guillaume (et de sa femme) est datée du 15 décembre 1888, avec pour justification de l’écoulement du délai légal de 3 ans  depuis l’admission à résidence. Il mentionne la lettre de recommandation adressée en décembre 1885 par Ferdinand  Buisson mais qui est absente du dossier. Il sollicite de nouveau une exonération totale ou partielle du droit de sceau « en considération de mes travaux relatifs à l’instruction publique. » Un décret du 15 mai 1889 l’exonère de nouveau de la moitié de ses droits de sceau et sa femme bénéficie d’une exonération totale. Cette reconnaissance officielle de ses travaux se manifesta de nouveau en 1901 avec la proposition émanant du Ministère de l’instruction publique qu’il obtienne les palmes académiques, ce qu’il refusa.

Le dossier administratif relatif à sa demande de naturalisation est daté du 14 janvier 1889 et concerne « Guillaume, James, né à Londres le 16 février 1844, homme de lettres de profession et résident à Paris » ainsi que sa femme « Golay, Elise, Charlotte, Suzanne, née à Morges (Suisse) le 11 août 1841. » La rubrique « situation de fortune » comporte les renseignements suivants : « M. Guillaume serait publiciste et employé aux archives de l’État. Il gagnerait de 10 à 12.000 f par an. Il paie 1800 f. de loyer par an. Sa femme n’a pas de profession. » Le 2 avril 1889, la Préfecture de police émet un avis favorable concernant cette demande de naturalisation.

Le Conseil d’État, dans sa séance du 1er mai 1889, vu le décret du 15 décembre 1885 qui avait autorisé Guillaume à établir sa résidence en France, et vu l’avis du préfet de police en date du 2 avril 1889, accorde la nationalité à James et Élise Guillaume. Après enregistrement, la naturalisation est officiellement datée du 15 mai 1889.

 

Suite à des renseignements provenant de « la frontière suisse », la Direction de la sûreté générale, 4e bureau, alerte le 8 avril 1892 le Préfet de police sur « un nommé Guillaume, anarchiste demeurant à Paris. » Le 4 juin suivant, le 1er bureau de la 2e brigade des Recherches de la Préfecture de police en dresse le portrait suivant :

« Il a été secrétaire particulier de Mr. Buisson, actuellement directeur de l’Enseignement primaire au Ministère de l’Instruction publique, avec lequel il a conservé des relations suivies qui lui valent certains travaux pour la Direction de l’Enseignement primaire. En outre du produit de ses différents travaux, le sr Guillaume est dans une situation de fortune aisée du chef de sa femme. »

Il n’y pas de mention de sa naturalisation intervenue 3 ans plus tôt seulement alors que ses activités sont bien documentées :

« Sa qualité de secrétaire de la « Revue Pédagogique » et les nombreuses relations qu’il a dans le monde des lettres font qu’il est en relations avec les savants de tous pays. Son érudition est connue ; il est notamment réputé comme faisant autorité en matière d’enseignement. »

Surtout, le rapport le disculpe d’être un anarchiste, ce qui aurait été contradictoire avec son obtention de la nationalité française :

« C’est un matérialiste et ses opinions sont acquises au parti socialiste indépendant éclectique, mais de là aux théories anarchistes il y a loin et ce n’est pas ses relations d’antan avec Bakounine et ses correspondances actuelles avec les Kropotkine et Elisée Reclus qui peuvent faire supposer que c’est un adepte de l’anarchie. »

 

La première mention de sa naturalisation repérée dans le dossier de surveillance de la Préfecture de police date du 9 octobre 1907 (rapport de la Direction générale des recherches, 2e brigade, 1er bureau).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *