James Guillaume dans « Philémon, vieux de la vieille » de Descaves (1913)

Descaves Philémon 1913

Page de titre de la seconde édition datée de 1913, numérisé sur Archive.org. La première édition du Philémon date de 1913. Un autre exemplaire numérisé par Gallica date de 1922. Dans son étude sur les proscrits et exilés, Sylvie Aprile qualifie l’ouvrage de Lucien Descaves de « mise en fiction d’archives » (Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010, p. 267) et le présente comme « l’un des regards les plus aigus sur la proscription de la Commune » (Ibidem).

Lire la suite

1878-1903 : James Guillaume se retire de l’arène politique  

Un exil qui se double d’un retrait de la vie politique

Nous partirons d’un constat fait par Marc Vuilleumier dans l’introduction au reprint de L’Internationale. Documents et souvenirs, (Paris, G. Lebovici, t.1, 1985) (p. XXI) : « En fait, sans avoir rien abandonné de ses idées, James Guillaume avait fait un choix ; il s’était en quelque sorte doublement expatrié, quittant à la fois la Suisse et le mouvement ouvrier. » Comme le fait remarquer l’historien un peu plus loin (p. XXII) : « Nous n’avons que très d’informations sur Guillaume pour les années 1890. Il semble avoir vécu absorbé tout entier par ses travaux et sa vie de famille. »

En effet, contrairement à la période antérieure à 1878, Guillaume n’a pas laissé de témoignage aussi riche que L’Internationale. Documents et souvenirs dont voici la conclusion publiée en 1910 :

Volume IV, sixième partie, chapitre XVI, p. 325 :

« Mon long récit est terminé. Je n’écris pas une histoire de l’Internationale : d’ailleurs je ne connais que très imparfaitement ce qui se passe dans la Suisse française pendant les premiers temps qui suivirent mon départ ; jusqu’à l’amnistie de 1880 et à la rentrée des proscrits de la Commune, une véritable muraille de Chine continua à séparer la France de la Suisse. Les funérailles de Blanqui (5 janvier 1881), auxquelles je pris part, furent la première manifestation publique du prolétariat parisien, se ressaisissant après dix années d’un régime de compression à outrance. »

Lire la suite

Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite