La correspondance entre James Guillaume et Pierre Monatte (1907-1916)

James Guillaume et Pierre Monatte (1881-1960) ont correspondu dans le cadre de leur collaboration lors de la publication deux périodiques : La Vie ouvrière et La Bataille syndicaliste. James Guillaume a soutenu financièrement la création de La Vie ouvrière et faisait partie du « noyau » de ses principaux collaborateurs.

Lire la suite

Le numéro hommage de « La Vie ouvrière » pour les 70 ans de James Guillaume

vo106-couvertureJe remercie Marianne Enckell pour avoir autorisé la mise en ligne de la version numérisée par le CIRA du numéro 106 de La Vie Ouvrière daté du 20 février 1914.

Suivre ce lien pour télécharger l’intégralité du volume : vo-106_guillaume

François Aurigny a produit une version numérique de ce volume à partir de l’exemplaire numérisé par le CIRA et a accepté sa mise en ligne sur le carnet. Qu’il en soit remercié aussi.

Suivre ce lien pour télécharger cette version numérique qui permet une recherche en plein texte : VieOuvriere70ansGuillaumeVersionComplete

Lire la suite

James Guillaume et la Révolution prolétarienne (1925-1939) : entre hommage et critique

RP117-1931Volume conservé au CEDIAS Musée social. Fruit d’un partenariat avec le CODHOS / CEDIAS Musée social, la Bibliothèque nationale de France a mis en ligne sur Gallica 15 années de ce périodique, soit 303 numéros.

Le dépouillement du périodique permet d’identifier un certain nombre d’articles faisant référence à James Guillaume. Ainsi, le numéro 6 daté de juin 1925 comporte un catalogue des « cahiers du travail » incluant une réédition des Idées sur l’organisation sociale de 1921 préfacée par Marie Guillot. Le numéro 19 de juillet 1926 comporte un article de Fritz Brupbacher intitulé « Pour le cinquantenaire de Bakounine » dans lequel l’auteur fait référence à « notre cher ami James Guillaume » (p. 4). Dans le numéro 34 de mai 1927, Roger Hairius fait la recension d’un ouvrage sur Pestalozzi d’A. Ferrière et cite le Pestalozzi de Guillaume. Dans le numéro 80 (mai 1929), Fritz Brupbacher rend hommage à Max Tobler, décédé. C’est l’occasion d’évoquer une nouvelle fois James Guillaume :

« Ensemble, avec notre ami Pierre Monatte, nous fûmes les grands amis de James Guillaume, du père Guillaume, ainsi que nous l’appelions. Aujourd’hui, Monatte continue dans la Révolution prolétarienne les traditions de l’ancienne Vie Ouvrière. Mais notre père Guillaume est mort en 1916, brisé par la guerre. » (p. 3)

Lire la suite