Paul Robin, inspecteur primaire à Blois (1879-1880)

Dans la biographie que Max Nettlau consacra en 1935 à James Guillaume, l’historien autrichien insiste sur le fait que l’internationaliste eut un rôle de premier plan aux côtés de Ferdinand Buisson. Il fait un parallèle entre le fait que Guillaume fut obligé de rester dans l’obscurité et « l’affaire Cempuis » de 1894 qui visait indirectement Buisson à travers Robin. Nettlau en fait un intime de Guillaume et ce serait ce dernier qui l’aurait recommandé auprès de Buisson pour qu’il obtienne son poste d’inspecteur primaire à Blois. L’extrait suivant illustre toutefois les relations conflictuelles entre Guilaume et Robin :

« He was a notable Internationalist too; militant in Belgium, in Geneva, in Bakunin’s time and in Paris and in his London exile was always in the intimate cercle of Guillaume and of Kropotkin. He was a zealous propagandist and when by Guillaume, who recommended him to Buisson, he was employed in the department of public instruction, his somewhat reckless propaganda became Guillaume’s and Buissons nightmare and so they shifted him to the Cempuis Orphanage, a non-governmental institution, where Buisson’s influence was powerful. »

Lire la suite

James Guillaume et Paul Robin

Paul Robin est peu mentionné dans la correspondance privée de James Guillaume conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel.

Le Fonds Georges-Emile Guillaume des AEN comporte toutefois une lettre du 6 septembre 1883, adressée à sa sœur Julie, faisant référence à l’orphelinat de Cempuis (cote I/5). Guillaume raconte ses vacances d’été, mentionne le fait que ses filles soient tombées malade et qu’il ait été obligé d’annuler un séjour sur la côte. Il demande alors à Paul Robin s’il peut les loger à Cempuis :

Lire la suite

Les débats éducatifs au sein de l’AIT et de la Fédération jurassienne (1869-1876)

Bakounine-éducation intégrale1Bakounine-éducation intégrale2

Reproduction d’un article de Bakounine (24 juillet 1869) dans le tome V des Oeuvres de Bakounine éditées par James Guillaume (Paris, Stock, 1911) disponible sur Archive.org.

Lire la suite

« La Marseillaise de la paix. » Chanson interprétée à l’orphelinat de Cempuis (1892)

Marseillaise

Texte de la Marseillaise de la paix conservé à la BnF et disponible sur Gallica

James Guillaume était proche de Paul Robin et ami de Ferdinand Buisson qui nomma ce dernier à la tête de l’orphelinat de Cempuis (Oise). Le texte original est de Martin Paschoud, pasteur pacifiste qui l’aurait écrite en 1882. La chanson est reprise dans l’Almanach de la paix en 1892, date à laquelle elle fut retravaillée et interprétée par les élèves du pédagogue anarchiste.

« De l’universelle patrie

Puisse venir le jour rêvé
De la paix, de la paix chérie
Le rameau sauveur est levé (bis)
On entendra vers les frontières
Les peuples se tendant les bras
Crier : il n’est plus de soldats !
Soyons unis, nous sommes frères.

Lire la suite