James Guillaume et la publication des procès-verbaux de la Commune de Paris (1911-1924)

Retranscription d’un article de James Guillaume publié dans La Bataille syndicaliste du mercredi 25 octobre 1911 (n° 182). L’exemplaire original est conservé à la Bibliothèque nationale de France et numérisé sur Gallica.

« Les procès-verbaux de la Commune. On les croyait détruits : c’est à tort

Connaissez-vous la bibliothèque de la Ville de Paris à l’hôtel Lepeletier de Saint-Fargeau, rue de Sévigné ? C’est là que je me suis rendu l’autre jour pour examiner le manuscrit original des procès-verbaux de la Commune de Paris de 1871.

Lire la suite

James Guillaume et Marie Goldsmith (1904-1916)

cimg5843Photographie de Marie Goldsmith (1873-1933) conservée aux AEN. Elle accompagnait une de ses lettres du 19 octobre 1916 cotée 55.21 avec la mention manuscrite suivante : « À notre ami James Guillaume. Souvenir affectueux. » Lire la suite

Biographie de James Guillaume écrite par Max Nettlau et publiée dans la revue Orto (février-mars 1933, n°12-13)

Merci à Marianne Enckell pour avoir fourni une reproduction de cette biographie, à partir des exemplaires conservés au CIRA de Lausanne. Il est intéressant de la comparer avec l’autre biographie de Nettlau, datée de 1935.

Lire la suite

James Guillaume, historien de l’Internationale (1903-1916)

internationale-1Couverture du premier volume de l’Internationale numérisée sur Archive.org.

À partir de 1903, le nombre d’articles publiés par James Guillaume dans la revue La Révolution française tend à diminuer. La période encadrée par la parution du tome V des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale en 1904 et celle du sixième et dernier tome en 1907 se caractérise par une réorientation de l’activité historique de Guillaume. Il continua de travailler sur ce qu’il considérait comme son œuvre principale mais il se lance aussi à cette période dans son histoire de l’Internationale. James Guillaume mobilise alors la méthode historique acquise dans ses travaux sur l’histoire de l’école de la Révolution pour rédiger ce qui sera L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) dont le premier tome paraît justement en 1905.

Lire la suite

James Guillaume oppose sa philosophie de l’histoire à celle de Max Nettlau (1909)

1909-nettlau

Note : Retranscription d’une lettre de James Guillaume conservée à l’IISH d’Amsterdam. Cote : Max Nettlau papers. ARCH01001.558. En italique ont été indiquées les interventions de Nettlau sur la lettre.

Lire la suite

1878-1903 : James Guillaume se retire de l’arène politique  

Un exil qui se double d’un retrait de la vie politique

Nous partirons d’un constat fait par Marc Vuilleumier dans l’introduction au reprint de L’Internationale. Documents et souvenirs, (Paris, G. Lebovici, t.1, 1985) (p. XXI) : « En fait, sans avoir rien abandonné de ses idées, James Guillaume avait fait un choix ; il s’était en quelque sorte doublement expatrié, quittant à la fois la Suisse et le mouvement ouvrier. » Comme le fait remarquer l’historien un peu plus loin (p. XXII) : « Nous n’avons que très d’informations sur Guillaume pour les années 1890. Il semble avoir vécu absorbé tout entier par ses travaux et sa vie de famille. »

En effet, contrairement à la période antérieure à 1878, Guillaume n’a pas laissé de témoignage aussi riche que L’Internationale. Documents et souvenirs dont voici la conclusion publiée en 1910 :

Volume IV, sixième partie, chapitre XVI, p. 325 :

« Mon long récit est terminé. Je n’écris pas une histoire de l’Internationale : d’ailleurs je ne connais que très imparfaitement ce qui se passe dans la Suisse française pendant les premiers temps qui suivirent mon départ ; jusqu’à l’amnistie de 1880 et à la rentrée des proscrits de la Commune, une véritable muraille de Chine continua à séparer la France de la Suisse. Les funérailles de Blanqui (5 janvier 1881), auxquelles je pris part, furent la première manifestation publique du prolétariat parisien, se ressaisissant après dix années d’un régime de compression à outrance. »

Lire la suite

James Guillaume et ses réseaux en 1910

Citation

Temps nouveaux-kotoku-extrait

Illustration : extrait d’un article signé A. Pratelle dans Les Temps Nouveaux du 25 décembre 1910, numérisé sur Gallica.

Ces trois cartes postales de James Guillaume adressées à Max Nettlau sont liées à « l’affaire Kôtoku » du nom d’un dirigeant socialiste et anarchiste japonais qui fut condamné, avec 24 autres prévenus pour crime de lèse-majesté en 1910, ce qui lui valut la peine capitale. Kôtoku Shûsui (1871-1911), fut le fondateur du Parti social-démocrate japonais en 1901 avant de devenir un passeur de la  pensée anarchiste européenne par ses traductions de Kropotkine notamment. À l’occasion d’une campagne internationale en faveur des prévenus, Max Nettlau demande à James Guillaume de mobiliser ses réseaux en France. Voici ses réponses : 

Lire la suite

Les biographies de James Guilllaume

Révolution prolétarienne

L’équipe éditoriale de La Vie Ouvrière lui a consacré un numéro hommage : « Pour les 70 ans de James Guillaume », La Vie Ouvrière. Revue syndicaliste bimensuelle, 6ème année, n°106, 20 février 1914.

Note : Fritz Brupbacher s’est chargé de l’article biographique intitulé « Nos héros. James Guillaume » (p. 193-207). Reproduction de la lettre de Ferdinand Buisson à cette adresse : Hommage de Buisson

James Guillaume a publié le premier tome de L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) en 1905 (Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition). C’est une source majeure de renseignements sur la vie de son auteur mais, comme son titre l’indique, les 4 tomes de cette œuvre monumentale ne concernent que la période « suisse ». Il ne consacre que la dernière page du 4ème tome à celle qui a suivi son arrivée à Paris le 1er mai 1878.

Note : Volumes numérisés sur archive.org : volumes 1 et 2 et volumes 3 et 4

 

Lire la suite