La postérité politique des « Idées sur l’organisation sociale » de James Guillaume

 

Idées sur l'organisation sociale-collège du travail

Exemplaire conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel.

Réédition en 1921 par la Librairie du travail. Cette édition comporte une préface de Marie Guillot (1880-1934) :

« Nous donnons aujourd’hui un travail de notre « père Guillaume », le vieux militant de la Fédération Jurassienne, l’ami de Bakounine, l’adversaire de Marx à la Première Internationale – cette Première Internationale, riche en esprits lucides et en cœurs dévoués. C’est Monatte qui nous a passé le texte, copié de sa main et soigneusement conservé ; nous l’en remercions, pour nous tous. Nos camarades apprécieront la clarté des vues, la justesse des prévisions de James Guillaume. Ces « idées », publiées en 1876, sont d’une actualité saisissante et démontrent que nos « utopistes » sont bien les plus clairvoyants des « réalistes. Marie Guillot. »

Lire la suite

Les hommages de Ferdinand Buisson, Alphonse Aulard et Camille Bloch après la mort de James Guillaume (1917)

RF-1917

Volume conservé à la BnF et disponible sur Gallica

La Révolution française. Revue d’histoire moderne et contemporaine. Paraissant le 14 de chaque mois. Publiée par la Société pour l’histoire de la Révolution. Directeur-rédacteur en chef. A. Aulard35e et 36e années. Nos 31-32. Janvier-Février 1917. Tome soixante-dixième

P. 10-15:

 » James Guillaume

J’avais un peu connu James Guillaume à Neuchâtel, de 1867 à 1870, mais beaucoup moins que son père conseiller d’État, c’est-à-dire membre du gouvernement de la « République-et-canton de Neuchâtel ». Celui-ci, qui était un des chefs du parti radical, avait pris parti très vivement avec le savant naturaliste Desor, avec Eugène Borel et Numa Droz, en faveur du protestantisme libéral, lors de la campagne de conférences où se firent entendre Athanase Coquerel, Réville, Pécaut, Steeg.

Lire la suite