Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite

James Guillaume et ses réseaux en 1910

Citation

Temps nouveaux-kotoku-extrait

Illustration : extrait d’un article signé A. Pratelle dans Les Temps Nouveaux du 25 décembre 1910, numérisé sur Gallica.

Ces trois cartes postales de James Guillaume adressées à Max Nettlau sont liées à « l’affaire Kôtoku » du nom d’un dirigeant socialiste et anarchiste japonais qui fut condamné, avec 24 autres prévenus pour crime de lèse-majesté en 1910, ce qui lui valut la peine capitale. Kôtoku Shûsui (1871-1911), fut le fondateur du Parti social-démocrate japonais en 1901 avant de devenir un passeur de la  pensée anarchiste européenne par ses traductions de Kropotkine notamment. À l’occasion d’une campagne internationale en faveur des prévenus, Max Nettlau demande à James Guillaume de mobiliser ses réseaux en France. Voici ses réponses : 

Lire la suite

James Guillaume vu par la police française : un anarchiste sous surveillance

Dossier PP

Archives de la Préfecture de Police. Cote : B A/1111 Guillaume, James Thomas, homme de lettres

Le carton B A/1111 comporte plusieurs chemises dont une consacrée à James Guillaume qui est identifié sur les différents rapports de la Préfecture de police, de la sûreté générale et autres sous la référence « 28.612 ». Elle contient 181 pièces composées entre 1872 et 1916.

Synthèse de la surveillance

Le 14 mars 1872 est votée la loi Dufaure qui punit de 3 mois de prison et d’une amende pouvant atteindre 1000 francs l’appartenance à l’Association internationale des travailleurs. Dès avril 1872 (le premier rapport identifié date du 3 avril) sont régulièrement publiés des rapports de surveillance, écrits par des agents anonymes en Suisse, en Belgique. Ces rapports sont nourris de surveillances directes ou bien d’informations fournis par des indicateurs.

Lire la suite

Les biographies de James Guilllaume

Révolution prolétarienne

L’équipe éditoriale de La Vie Ouvrière lui a consacré un numéro hommage : « Pour les 70 ans de James Guillaume », La Vie Ouvrière. Revue syndicaliste bimensuelle, 6ème année, n°106, 20 février 1914.

Note : Fritz Brupbacher s’est chargé de l’article biographique intitulé « Nos héros. James Guillaume » (p. 193-207). Reproduction de la lettre de Ferdinand Buisson à cette adresse : Hommage de Buisson

James Guillaume a publié le premier tome de L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) en 1905 (Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition). C’est une source majeure de renseignements sur la vie de son auteur mais, comme son titre l’indique, les 4 tomes de cette œuvre monumentale ne concernent que la période « suisse ». Il ne consacre que la dernière page du 4ème tome à celle qui a suivi son arrivée à Paris le 1er mai 1878.

Note : Volumes numérisés sur archive.org : volumes 1 et 2 et volumes 3 et 4

 

Lire la suite

Compte-rendu du Nouveau dictionnaire de pédagogie par Aulard (La Révolution française, 1911)

Citation

Pour la partie historique, j’ai beau chercher une épithète qui ne paraisse pas emphatique, je n’en puis trouver d’autre que celle-ci : admirable. Je n’hésite pas à dire que les articles historiques du Dictionnaire de pédagogie ont renouvelé l’histoire de France depuis 1789, en renouvelant nos connaissances sur ce qu’il y a peut-être de plus important dans cette histoire, c’est-à-dire l’histoire même de l’instruction publique considérée dans le sens le plus large du mot, en tous ses rapports avec le développement politique, et économique, social de notre nation. Comme les autres nations sont étudiées au même point de vue, quoique avec moins de développement, on a, pour la France, d’utiles points de comparaison, et, pour l’humanité civilisée en général, un tableau d’ensemble des principaux faits de son développement intellectuel. Chaque nation, chaque institution, chaque individu ayant quelques rapports avec l’instruction publique a ici son article, avec tous les détails utiles, et un article presque toujours neuf. Je voudrais que tous les étudiants en histoire aient lu l’article France. Tous les articles dont M. J. Guillaume est l’auteur sont excellents. L’article Convention, qu’on lui doit, quand il l’écrivit, il y a près de trente ans, fut une révélation pour les historiens attentifs. Depuis ont paru beaucoup de documents, d’importance capitale, sur la Convention, en particulier le Recueil des actes du Comité d’instruction publique, par M. J. Guillaume lui-même ; il n’y a eu néanmoins que peu de choses à changer dans cet article, dont la nouveauté était si solide. Ces quelques changements, M. Guillaume les a faits avec soin et scrupule.

Lettre de Ferdinand Buisson à James Guillaume (1916)

Citation

Extrait d’une lettre datée du 26 avril 1916 conservée dans le Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel.

« Qu’il y ait des libres penseurs à qui le mot Dieu ou ne dise rien, ou inspire une colère amusante, c’est trop naturel. La métaphysique est comme tous les romans, il y a des esprits qu’elle passionne, d’autres qu’elle laisse froids, d’autres qu’elle irrite véhémentement. Quand on pense que le genre humain a passé des siècles à s’égorger pour des théories de ce genre-là, pour ou contre la trinité, la messe l’iota d’homoousios ou la communion sous les deux espèces, cela fait réfléchir. »

Note: Transcription par Martine Brunet-Giry dans Ferdinand Buisson & les socialistes libertaires, 2014, p. 255.

L’hommage de Ferdinand Buisson dans le Manuel général de l’instruction primaire (09/12/1916)

Manuel général de l’instruction primaire. Journal hebdomadaire des instituteurs et des institutrices. 84e année, n°12, 9 Décembre 1916.

Volume conservé à la Bibliothèque Diderot de Lyon : Volume numérisé

P. 172

« Nécrologie.

M. James Guillaume

Nous venons de rendre les derniers devoirs à un homme qui, malgré sa vie modeste et retirée, n’était pas un inconnu de nos lecteurs. Le nom de James Guillaume leur rappellera surtout le collaborateur principal et le secrétaire de la rédaction du Dictionnaire de pédagogie, qui le fut encore, par une rare fortune, trente ans après, du Nouveau Dictionnaire de Pédagogie. Dans ces deux ouvrages, il avait rédigé, avec une magistrale autorité, tous les articles relatifs à l’instruction publique pendant la Révolution française, tous les articles sur l’étranger d’après des sources originales, plus diverses études, dont celle sur Pestalozzi, qui passe, à bon droit, pour un livre de premier mérite. Pendant une quinzaine d’années, il fut aussi le secrétaire de la rédaction de la Revue pédagogique.

Lire la suite