Le mot d’anarchie exprime une idée vieille comme le monde ; il m’a toujours semblé que l’aspiration vers la liberté, le désir de n’avoir point de maître d’aucune sorte, doit exister chez tout homme doté d’un cerveau normal.

Citation

Extraits d’une lettre de James Guillaume à Luigi Fabbri du 11 mai 1914, conservée à l’IISH d’Amsterdam

« Le désir et l’espoir de détruire la forme capitaliste de la société, de substituer au salariat un régime de liberté et de communauté fondé sur l’expropriation de la classe possédante, et d’employer, comme moyen de lutte, d’abord les grèves partielles, puis la grève générale, cette idée est née spontanément, en Angleterre et en France, chez les ouvriers, dès qu’ils se sont associés pour la lutte au cours de la 1re moitié du 19e siècle. […]

Lire la suite

James Guillaume et ses réseaux en 1910

Citation

Temps nouveaux-kotoku-extrait

Illustration : extrait d’un article signé A. Pratelle dans Les Temps Nouveaux du 25 décembre 1910, numérisé sur Gallica.

Ces trois cartes postales de James Guillaume adressées à Max Nettlau sont liées à « l’affaire Kôtoku » du nom d’un dirigeant socialiste et anarchiste japonais qui fut condamné, avec 24 autres prévenus pour crime de lèse-majesté en 1910, ce qui lui valut la peine capitale. Kôtoku Shûsui (1871-1911), fut le fondateur du Parti social-démocrate japonais en 1901 avant de devenir un passeur de la  pensée anarchiste européenne par ses traductions de Kropotkine notamment. À l’occasion d’une campagne internationale en faveur des prévenus, Max Nettlau demande à James Guillaume de mobiliser ses réseaux en France. Voici ses réponses : 

Lire la suite

La postérité politique des « Idées sur l’organisation sociale » de James Guillaume

 

Idées sur l'organisation sociale-collège du travail

Exemplaire conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel.

Réédition en 1921 par la Librairie du travail. Cette édition comporte une préface de Marie Guillot (1880-1934) :

« Nous donnons aujourd’hui un travail de notre « père Guillaume », le vieux militant de la Fédération Jurassienne, l’ami de Bakounine, l’adversaire de Marx à la Première Internationale – cette Première Internationale, riche en esprits lucides et en cœurs dévoués. C’est Monatte qui nous a passé le texte, copié de sa main et soigneusement conservé ; nous l’en remercions, pour nous tous. Nos camarades apprécieront la clarté des vues, la justesse des prévisions de James Guillaume. Ces « idées », publiées en 1876, sont d’une actualité saisissante et démontrent que nos « utopistes » sont bien les plus clairvoyants des « réalistes ». Marie Guillot. »

Lire la suite

James Guillaume vu par la police française : un anarchiste sous surveillance

Dossier PP

Archives de la Préfecture de Police. Cote : B A/1111 Guillaume, James Thomas, homme de lettres

Le carton B A/1111 comporte plusieurs chemises dont une consacrée à James Guillaume qui est identifié sur les différents rapports de la Préfecture de police, de la sûreté générale et autres sous la référence « 28.612 ». Elle contient 181 pièces composées entre 1872 et 1916.

Synthèse de la surveillance

Le 14 mars 1872 est votée la loi Dufaure qui punit de 3 mois de prison et d’une amende pouvant atteindre 1000 francs l’appartenance à l’Association internationale des travailleurs. Dès avril 1872 (le premier rapport identifié date du 3 avril) sont régulièrement publiés des rapports de surveillance, écrits par des agents anonymes en Suisse, en Belgique. Ces rapports sont nourris de surveillances directes ou bien d’informations fournis par des indicateurs.

Lire la suite