James Guillaume collégien

Le CIRA de Lausanne conserve dans son fonds « James Guillaume » quelques pièces d’archives dont un cahier manuscrit au titre suivant : « Poésies James Guillaume ».

Ce cahier comporte un poème daté du 14 septembre 1858 alors que Guillaume, âgé de 14 ans, est au collège :

Description de la 1ere classe

Dans une triste salle où règne le silence

s’élèvent fièrement quatre bancs vermoulus.

En entrant dans ce lieu, l’effroi de notre enfance,

L’ennui s’attache à vous et ne vous quitte plus.

Là, quelques écoliers à face pâle et blême,

Penchés sur leurs cahiers, languissent endormis ;

Là, tout est noir et morne, et le maître lui-même

Considère en baîllant (sic) ses écoliers soumis.

Près d’un antique mur s’élève une tribune ;

De noms entrelacés tous les bancs sont sculptés.

Quel plaisir d’écouter la leçon importune,

Quand le soleil dehors resplendit de clartés.

 

Le poème recopié à la suite traduit là-encore la mélancolie et l’ennui de Guillaume. Notons que celui-ci a donné l’indication suivante à la fin de son texte : « 14 septembre 1858, en classe » !

Souvenirs

Quand, assis sur les bancs de l’ennuyeux collège,

Laissant là mon latin, je rêve doucement,

Souvent devant mes yeux passe un riant cortège,

Et mon esprit se plaît en cet enchantement.

D’abord c’est l’Angleterre et ses cités antiques,

C’est Londres aux mille tours, au profil vaporeux,

Aux jardins enchantés, aux palais magnifiques,

Témoin de ma naissance et de mes premiers jeux.

Puis c’est la vaste mer à l’horizon immense,

Au rivage riant et parsemé de fleurs,

Où sur le sable fin le flot qui se balance

Apporte la coquille aux brillantes couleurs.

Voilà bientôt la France et ses vastes prairies,

Et Paris aux cent voix, aux clochers élancés ;

Puis de nouveau des champs, des campagnes fleuries,

Fuyant à l’horizon et bientôt dépassés.

Et puis c’est Fleurier et sa riche vallée,

Et ses sapins noircis croissant sur les rochers,

Et le grave Môtiers, assis sous la feuillée,

Qui dort environné d’un cercle de vergers.

Je me revois bientôt sur le haut pâturage

Où paissait en automne un tranquille troupeau,

Assis près d’un sillon, à l’ombre du feuillage,

Et regardant rouler un limpide ruisseau.

Enfin c’est Neuchâtel, et son lac, et ses rêves,

Et les Alpes, où règne un hiver éternel,

Mes parents, mes amis, mes rimes fugitives,

Et mes frères jouant sous le toit paternel.

Alors cessent les jeux et s’offre le collège,

Où, laissant mon latin, je rêve doucement,

Et là devant mes yeux passe ce doux cortège,

Et mon esprit se plaît en cet enchantement.

En janvier 1859, James Guillaume exprime de nouveau sa mélancolie dans un troisième poème, cette fois sans titre :

« – Quel est donc cet enfant qui rêve près des flots,

Tandis qu’auprès de lui mugit la blanche vague ?

Sur son front sont empreints le calme et le repos ;

Ses yeux semblent errer sur quelque forme vague. »

« – C’est un jeune écolier qui perd là tout son temps,

Du matin jusqu’au soir, sans songer à l’étude,

Vous le verrez ainsi, c’est dans son habitude,

Il passe en cet état les plus beaux de ses ans.

S’il s’interrompt parfois, ce n’est que pour écrire.

Et qu’écrit-il ? Encor si c’étaient ses leçons :

Mais il ne sait parler que du vent qui soupire,

Ou des harpes des bois, et mille autres choses ! »

« – Laissez, dit l’étranger, cet enfant à lui-même,

Car vous ne pouvez pas comprendre ce qu’il fait ;

Laissez-lui contempler la nature qu’il aime,

Et ne l’arrachez pas à ce qui lui plait. »

On laissa donc l’enfant, et le jeune poète

Put rester désormais entier à son bonheur…

Dix ans après, c’était dans une grande fête,

Sous la foule de fleurs qui tombaient sur sa tête

Un poète passait… c’était l’enfant rêveur.

Dans son « curriculum vitae« , James Guillaume donne des renseignements sur ce passage au collège de Neuchâtel :

« J’entrais au collège latin de Neuchâtel à l’âge de neuf ans et demi ; à seize ans, je passais dans les classes qu’on appelait les Auditoires (aujourd’hui l’Académie) et j’y fit trois ans comme étudiant, jusqu’en 1862. »

Il raconte aussi son ennui en classe et le fait qu’il « n’écoutait pas ses maîtres » avant d’évoquer ses poèmes :

« […] la poésie était pour moi une passion (j’ai écrit des milliers de vers, lyriques et autres, composé des drames, des romans comme écolier et étudiant) […] ».

L’Institut International d’histoire sociale d’Amsterdam possède un très riche fonds Fritz Brupbacher, papiers qui contiennent 3 cahiers de poèmes que James Guillaume a recopiés en 1916 pour son ami. Il inclut une introduction qui éclaire sa production poétique précoce :

« À Neuchâtel, je composai des vers en 3e latine [Note de Guillaume : L’année scolaire commençait à la fin de l’été (août) ; la fête des Promotions était dans la première semaine de juillet.] (1855-1856) […].

En 2e latine (j’y restai deux ans 1856-1858) […] je composai diverses pièces que j’avais écrites sur un petit cahier, qui se perdit ; il me reste dans la mémoire quelques bribes ; dans une de ces pièces, je passais en revue les périodes de mon enfance, l’Angleterre, le voyage de Londres en Suisse, le Val-de-Travers, Neuchâtel ; je disais que je me rappelais, comme autant de tableaux poétiques, les différentes scènes qui s’étaient déroulées devant moi. »

Suivent trois vers du poème recopié sur le cahier conservé au CIRA, le « petit cahier perdu » dont parle Guillaume en 1916.

8ème salon du livre libertaire (Paris, 22-23 avril 2017)

Il sera question d’éducation libertaire au Salon du livre libertaire : http://salon-du-livre-libertaire.over-blog.com/

Extrait du programme du samedi 22 avril :
14h30-15h45 :  L’éducation libertaire en question, avec Hugues Lenoir, L’Education libertaire et Commune de Paris ? , Jean-Charles Buttier, l’école révolutionnaire au moment de la mise en place de l’école de la Troisième République (Buisson/Guillaume), Greg Chambat, Les réacs-publicains en France et l’école, Francesco Codello, Les alternatives pédagogiques en Italie.
Ce sera l’occasion d’évoquer l’histoire de l’école de la Révolution française au moment de la mise en place de celle de la Troisième République en nous intéressant en particulier aux convictions et travaux de James Guillaume mais aussi à ses liens avec Ferdinand Buisson.