« […] Une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence » James Guillaume, 1906

CIMG5352Alors que sa fille Émilie se trouve en Asie et ignore encore le décès de sa mère survenu le 26 décembre 1901, James Guillaume décrit à sa fille les activités qui lui servent de « dérivatifs ». Extraits d’une lettre du 22 janvier 1902 (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6) :

 » Je ne veux pas m’arrêter sur ces idées, qui m’empêchent d’écrire en me faisant trop cruellement sentir la vanité de tout ce qui me reste de l’existence. Et je vais au contraire te parler de l’emploi de mes journées depuis ma dernière lettre. Tu verras qu’ayant cherché à trouver des dérivatifs, j’en ai trouvé, ces derniers jours, de quoi m’absorber presque tout entier sans me laisser le temps de la réflexion. »

Lire la suite

James Guillaume relate sa dépression (1898)

Lettre de von speyr à julie guillaume

Lettre dactylographiée du docteur Whilhelm von Speyr, directeur de l’hôpital psychiatrique de la Waldau à Berne, destinée à Julie, sœur de James Guillaume. Document conservé dans le fonds de la Famille Georges-Emile Guillaume des AEN (cote II/5).

Lire la suite

James Guillaume, « cheville ouvrière » de la Revue pédagogique (1879-1898)

CIMG4980Lettre envoyée par James Guillaume à son ami David Perret au sujet d’un déplacement en Suisse en relation avec son père. Lettre datée du 27 juin 1893 et conservée aux AEN fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5.

« Mais sur le point spécial dont il s’agit, je ne puis pas répondre autrement que je n’ai déjà fait : il m’est impossible d’aller à Neuchâtel à la date indiquée ; je ne pourrai y aller qu’après avoir donné le bon à tirer de la Revue pédagogique, c’est-à-dire aux environs du 15 juin. Mon numéro est à faire en entier (96 pages) [Note : Les numéros de la Revue pédagogique étaient datés du 15 de chaque mois. Les dates de la lettre sont incohérentes mais le numéro 7 du tome XXII du 15 juillet fait 96 pages] ; je me trouve déjà retardé d’une semaine, parce que mon comité, qui n’a pas pu se réunir lundi dernier, qui était jour férié, ne se réunira qu’après-demain ; en outre, M. Buisson et M Steeg sont absents, je suis complètement seul et ne puis abandonner mon poste. Cela m’est aussi impossible, qu’à toi de ne pas obéir à la consigne militaire qui va te faire aller à St-Chamond. Si je me rendais coupable de cette désertion, le ministre de l’instruction publique, qui m’a nommé de concert avec l’éditeur Delagrave, à cet emploi, serait en droit de me révoquer ; et comme il ne manque pas de gens qui convoitent ma place, je m’empresserais très certainement à la perdre. Ainsi, n’en parlons plus. »

Lire la suite

James Guillaume et le souvenir de Pestalozzi dans les années 1890

CIMG4849Extrait d’une lettre adressée par James Guillaume à ses sœurs le 5 juillet 1890 conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5). Il fait référence à l’inauguration d’une statue de Pestalozzi à Yverdon-les-Bains le 5 juillet 1890.

Lire la suite