La Constitution des fonds James Guillaume et Georges-Emile Guillaume aux Archives de l’État de Neuchâtel

 

JG 1951

Pièce contenue dans le fonds James Guillaume des AEN, cote 44.

Démarches de la Bibliothèque de Neuchâtel en 1951 auprès du neveu de James Guillaume

Le fonds James Guillaume des AEN contient un échange de lettres entre la directrice de la Bibliothèque publique de la ville de Neuchâtel et Charles Guillaume, neveu de James Guillaume. Dans une première lettre du 31 août 1951, C. Rosselet, la directrice écrit :

« On nous demande de plusieurs côtés à consulter les papiers laissés par James Guillaume. Votre cousin, Monsieur Guillaume, Directeur de la Neuchâteloise, nous conseiller de nous adresser à vous pour savoir ce qu’ils sont devenus. Nous vous serions très reconnaissant (sic) si vous vouliez bien nous renseigner à ce sujet. Il est très souhaitable que ces papiers soient soigneusement conservés, car ils présentent un grand intérêt pour l’histoire du mouvement anarchiste dans les Montagnes neuchâteloises. »

Lire la suite

1878-1903 : James Guillaume se retire de l’arène politique  

Un exil qui se double d’un retrait de la vie politique

Nous partirons d’un constat fait par Marc Vuilleumier dans l’introduction au reprint de L’Internationale. Documents et souvenirs, (Paris, G. Lebovici, t.1, 1985) (p. XXI) : « En fait, sans avoir rien abandonné de ses idées, James Guillaume avait fait un choix ; il s’était en quelque sorte doublement expatrié, quittant à la fois la Suisse et le mouvement ouvrier. » Comme le fait remarquer l’historien un peu plus loin (p. XXII) : « Nous n’avons que très d’informations sur Guillaume pour les années 1890. Il semble avoir vécu absorbé tout entier par ses travaux et sa vie de famille. »

En effet, contrairement à la période antérieure à 1878, Guillaume n’a pas laissé de témoignage aussi riche que L’Internationale. Documents et souvenirs dont voici la conclusion publiée en 1910 :

Volume IV, sixième partie, chapitre XVI, p. 325 :

« Mon long récit est terminé. Je n’écris pas une histoire de l’Internationale : d’ailleurs je ne connais que très imparfaitement ce qui se passe dans la Suisse française pendant les premiers temps qui suivirent mon départ ; jusqu’à l’amnistie de 1880 et à la rentrée des proscrits de la Commune, une véritable muraille de Chine continua à séparer la France de la Suisse. Les funérailles de Blanqui (5 janvier 1881), auxquelles je pris part, furent la première manifestation publique du prolétariat parisien, se ressaisissant après dix années d’un régime de compression à outrance. »

Lire la suite

Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite

« L’éducation et la Bible » par André Léo dans l’Almanach du peuple pour 1872

1872-couv1872-4e couv

Exemplaire conservé à la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds (Suisse).

Almanach du peuple pour 1872. 2e année. Articles par A. Schwitzguébel, M. Bakounine, André Léo, G. Lefrançais, B. Malon. Deuxième édition. Saint-Imier, Propagande socialiste.

L’éducation et la Bible (p. 22-26)

« Supposons un homme élevé par ses parents dans un lieu désert, avec peu de livres, ayant étudié surtout la nature et les sciences exactes. Il sait comment se fait la pluie, d’où vient le tonnerre, combien de milliers d’années la terre a mis à se former, combien elle a produit déjà de genres de plantes, d’animaux et d’hommes qui ont disparu, remplacés par d’autres. Il sait que les lois de la nature sont invariables dans leur diversité, c’est-à-dire qu’un fait découle toujours naturellement de faits de même ordre, ou d’ordre correspondant. Il sait que deux et deux font quatre, non pas seulement en arithmétique, mais en toutes choses – connaissances moins communes qu’on ne pense.

Lire la suite

James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel

JG léo guerre sociale

Volume numérisé par la BnF sur Gallica.

Extraits d’une lettre à sa femme Élise Golay (Jeudi 27 juillet 1871) Fonds Georges-Émile Guillaume (AEN)

[…] Sois sans inquiétude au sujet de notre lit : mon intention n’a jamais été d’en disposer pour autrui, surtout sans ton consentement. Je t’avoue que je n’aurais pas de répugnance à y mettre Mme André Léo : elle a l’air si bon et si respectable. Elle est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche  [note hors texte : 30 juillet] ; elle va donner des conférences à la Chdfonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras  lorsqu’elle repassera par ici.

Lire la suite

« Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité », B. Malon, 1871.

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant, édite La Troisième défaite du prolétariat français de Benoît Malon. La même année Guillaume avait déjà imprimé le témoignage d’un autre communard, Clémence. Malon, communard exilé à Neuchâtel, date sa préface du 31 octobre 1871 et donne sa vision de l’histoire (p. 5-6) :

« Un bourgeois républicain écrivait avec raison il y a quelques années : « Les vaincus n’ont pas d’histoire ». Brisons avec cette iniquité. Mais que les amis et les ennemis le sachent, les vaincus qui peuvent, au nom de la vérité et de la justice, traîner les vainqueurs aux gémonies, sont bien près de la victoire. »

Lire la suite

Les devoirs d’un proscrit. Adolphe Clémence exilé en Suisse après la Commune (1871)

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant depuis 1869, publie plusieurs témoignages de proscrits écrits immédiatement après la Semaine Sanglante. Parmi ces ouvrages, celui d’Adolphe Clémence est intitulé De l’antagonisme social, ses causes et ses effets et comporte une préface portant sur la proscription et l’exil. L’ouvrage est numérisé sur Galllica.

Lire la suite

Manifeste aux Sections de l’Internationale en faveur de la République française (5 septembre 1870).

JGCommune1870

Exemplaire conservé à la Bibliothèque de Genève.

Supplément au n°22 de la Solidarité

Manifeste aux Sections de l’Internationale.

L’empire français vient de crouler dans la honte et le sang. La République est proclamée ; le peuple français  est redevenu maître de ses destinées.

Le roi de Prusse cependant continue de faire la guerre à la France. Ce n’est plus à l’empereur qu’il en veut, c’est à l’indépendance du peuple français.

Dans des circonstances pareilles, le devoir de tous les socialistes, de tous les hommes de cœur, est tracé.

La France républicaine représente la liberté de l’Europe, l’Allemagne monarchique représente le despotisme et la réaction. Il faut que de toutes parts les républicains se lèvent, et marchent à la défense de la république française.

Lire la suite

James Guillaume, lecteur de Fourier (lettre à sa mère du 25 juin 1867)

Extraits d’une lettre adressée par Guillaume à sa mère du 25 juin 1867 conservée dans le fonds de la famille Georges-Émile Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel (cote I/5 correspondance). James Guillaume se plaint du jugement très négatif de son père sur Constant Meuron.

« Croyez-vous que M. Meuron soit l’inspirateur de mes idées socialistes, ou par exemple, de la correspondance sur la réforme électorale que vous n’avez pas voulu insérer ? Oubliez-vous que j’avais lu Fourier avant d’être intimement lié avec M. Meuron, et qu’à Zurich déjà, comme les lettres que j’ai sous les yeux le prouvent, je me déclarais socialiste ? »

Lire la suite

La rédaction de la Revue pédagogique rend compte de l’article « Pestalozzi » de James Guillaume (1885)

JG1885RP

« Léonard et Gertrude de Pestalozzi », in La Revue pédagogique, tome VI, janvier-juin 1885, disponible sur archive.org.

[Sous ce titre nous publions, en les rapprochant de manière à en former un ensemble, un certain nombre d’extraits de l’article Pestalozzi, qui paraît en ce moment même dans les livraisons 150 et 151 du Dictionnaire de pédagogie (1), sous la signature de M. J. Guillaume. Cet article, dont l’éditeur a bien voulu nous communiquer les bonnes feuilles, est un travail considérable, puisé aux sources : nous nous abstiendrons de le recommander à nos lecteurs : l’auteur est l’un des plus anciens collaborateurs de la Revue, qui lui doit, depuis le début, la rédaction du Courrier de l’Extérieur.

Lire la suite