James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel

JG léo guerre sociale

Volume numérisé par la BnF sur Gallica.

Extraits d’une lettre à sa femme Élise Golay (Jeudi 27 juillet 1871) Fonds Georges-Émile Guillaume (AEN)

[…] Sois sans inquiétude au sujet de notre lit : mon intention n’a jamais été d’en disposer pour autrui, surtout sans ton consentement. Je t’avoue que je n’aurais pas de répugnance à y mettre Mme André Léo : elle a l’air si bon et si respectable. Elle est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche  [note hors texte : 30 juillet] ; elle va donner des conférences à la Chdfonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras  lorsqu’elle repassera par ici.

Lire la suite

James Guillaume et ses réseaux en 1910

Citation

Temps nouveaux-kotoku-extrait

Illustration : extrait d’un article signé A. Pratelle dans Les Temps Nouveaux du 25 décembre 1910, numérisé sur Gallica.

Ces trois cartes postales de James Guillaume adressées à Max Nettlau sont liées à « l’affaire Kôtoku » du nom d’un dirigeant socialiste et anarchiste japonais qui fut condamné, avec 24 autres prévenus pour crime de lèse-majesté en 1910, ce qui lui valut la peine capitale. Kôtoku Shûsui (1871-1911), fut le fondateur du Parti social-démocrate japonais en 1901 avant de devenir un passeur de la  pensée anarchiste européenne par ses traductions de Kropotkine notamment. À l’occasion d’une campagne internationale en faveur des prévenus, Max Nettlau demande à James Guillaume de mobiliser ses réseaux en France. Voici ses réponses : 

Lire la suite

Les biographies de James Guilllaume

Révolution prolétarienne

L’équipe éditoriale de La Vie Ouvrière lui a consacré un numéro hommage : « Pour les 70 ans de James Guillaume », La Vie Ouvrière. Revue syndicaliste bimensuelle, 6ème année, n°106, 20 février 1914.

Note : Fritz Brupbacher s’est chargé de l’article biographique intitulé « Nos héros. James Guillaume » (p. 193-207). Reproduction de la lettre de Ferdinand Buisson à cette adresse : Hommage de Buisson

James Guillaume a publié le premier tome de L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) en 1905 (Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition). C’est une source majeure de renseignements sur la vie de son auteur mais, comme son titre l’indique, les 4 tomes de cette œuvre monumentale ne concernent que la période « suisse ». Il ne consacre que la dernière page du 4ème tome à celle qui a suivi son arrivée à Paris le 1er mai 1878.

Note : Volumes numérisés sur archive.org : volumes 1 et 2 et volumes 3 et 4

 

Lire la suite