Perpétuer la mémoire de James Guillaume (1916-1931)

Lucien Descaves s’était engagé à publier le troisième volume des Études révolutionnaires, de Guillaume dans l’hommage qu’il lui rendit dans les colonnes de La Bataille syndicaliste, d’où la présence de ces manuscrits dans les Papiers Descaves de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam. 

Fritz Brupbacher s’était quant à lui chargé de la rédaction de la partie biographique du numéro hommage de La Vie ouvrière paru en 1914, pour les 70 ans de James Guillaume. Les papiers Brupbacher de l’IIHS contiennent de très nombreuses lettres de James Guillaume (1905-1916) mais aussi des pièces de correspondance avec des proches de ce dernier, qu’il s’agisse de sa fille Émilie Chaix, sa sœur Julie Guillaume ou encore son neveu Charles Guillaume (cote ARCH00118.249).

Le 24 novembre 1916, Gustave Jeanneret, ami très proche de Guillaume, écrit à Brupbacher une lettre part laquelle il le charge de la mission de perpétuer la mémoire de leur ami commun après la mort de celui-ci :

Lire la suite

La figure de James Guillaume enseignant dans « Notre samedi soir » de T. Combe

Adèle Huguenin, écrivaine sous le nom de T. Combe, a été l’élève de James Guillaume à l’école industrielle du Locle pendant un an. Elle est restée en contact avec celle qu’elle appelle « mon maître », ce dernier intervenant par exemple auprès de Ferdinand Buisson pour l’édition chez Hachette de l’un de ses ouvrages antialcoolique en 1903 (carte postale de Buisson, AEN, fonds James Guillaume, cote 75.27). 60 ans après avoir fréquenté les cours que Guillaume donnait à l’école industrielle, T. Combe lui rend hommage dans plusieurs articles de son hebdomadaire Notre samedi soir, qu’elle destine à un lectorat féminin.

Lire la suite

James Guillaume et la Révolution prolétarienne (1925-1939) : entre hommage et critique

RP117-1931Volume conservé au CEDIAS Musée social. Fruit d’un partenariat avec le CODHOS / CEDIAS Musée social, la Bibliothèque nationale de France a mis en ligne sur Gallica 15 années de ce périodique, soit 303 numéros.

Le dépouillement du périodique permet d’identifier un certain nombre d’articles faisant référence à James Guillaume. Ainsi, le numéro 6 daté de juin 1925 comporte un catalogue des « cahiers du travail » incluant une réédition des Idées sur l’organisation sociale de 1921 préfacée par Marie Guillot. Le numéro 19 de juillet 1926 comporte un article de Fritz Brupbacher intitulé « Pour le cinquantenaire de Bakounine » dans lequel l’auteur fait référence à « notre cher ami James Guillaume » (p. 4). Dans le numéro 34 de mai 1927, Roger Hairius fait la recension d’un ouvrage sur Pestalozzi d’A. Ferrière et cite le Pestalozzi de Guillaume. Dans le numéro 80 (mai 1929), Fritz Brupbacher rend hommage à Max Tobler, décédé. C’est l’occasion d’évoquer une nouvelle fois James Guillaume :

« Ensemble, avec notre ami Pierre Monatte, nous fûmes les grands amis de James Guillaume, du père Guillaume, ainsi que nous l’appelions. Aujourd’hui, Monatte continue dans la Révolution prolétarienne les traditions de l’ancienne Vie Ouvrière. Mais notre père Guillaume est mort en 1916, brisé par la guerre. » (p. 3)

Lire la suite