« La figure de James Guillaume et la question de l’émancipation par les savoirs » par Charles Heimberg, Printemps du Maitron (22/03/2017)

Mise en ligne de l’enregistrement de la communication de Charles Heimberg sur la page du site du Maitron consacrée aux interventions données lors du Printemps du Maitron.

La dernière correspondance entre James Guillaume et Ferdinand Buisson (1916)

Cahier conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel (AEN).

Les AEN possèdent différentes pièces d’archives qu’il est fructueux de croiser pour comprendre la relation entre James Guillaume et Ferdinand Buisson, les deux étant unis par des liens d’amitié ainsi que par des liens professionnels depuis la rédaction du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire.

Lire la suite

Lettre de James Guillaume à Gustave Jeanneret, datée du 4 octobre 1916

Dernière lettre de James Guillaume retrouvée dans les papiers de son ami Gustave Jeanneret (Fonds Gustave Jeanneret de la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel). Ce texte fait partie d’un ensemble de 86 lettres écrites par Guillaume entre 1871 et 1916 (cote 35, personnalités diverses GN-GZ).

Lire la suite

James Guillaume, auteur majeur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire

Ferdinand Buisson a rappelé à plusieurs reprises le rôle central joué par James Guillaume dans l’aventure éditoriale du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (1878-1887). Il fit appel à lui pour en être le secrétaire de rédaction et Guillaume assura l’essentiel de la direction à partir de la nomination de Buisson à la direction de l’instruction primaire en 1879. Buisson rend hommage au travail de Guillaume dans l’avertissement qui conclut le deuxième tome de la première partie du Dictionnaire (février 1887) :

« En terminant, j’ai un autre devoir de gratitude à remplir : c’est de reconnaître publiquement les inappréciables services dont le Dictionnaire est redevable au secrétaire de la rédaction, qui en a secondé d’abord, puis souvent dirigé en fait la publication depuis le jour où j’ai été appelé à des fonctions publiques qui ne laissent guère de loisirs. Tous nos collaborateurs savent avec quel soin scrupuleux, avec quelle étendue et quelle solidité de compétence, avec quelle infatigable vigilance M. J. Guillaume s’est acquitté de la tâche qu’il avait acceptée. Je suis heureux de lui rendre ici un témoignage auquel les éditeurs de cet ouvrage tiennent à s’associer. »

Lire la suite

Le numéro hommage de « La Vie ouvrière » pour les 70 ans de James Guillaume

vo106-couvertureJe remercie Marianne Enckell pour avoir autorisé la mise en ligne de la version numérisée par le CIRA du numéro 106 de La Vie Ouvrière daté du 20 février 1914.

Suivre ce lien pour télécharger l’intégralité du volume : vo-106_guillaume

François Aurigny a produit une version numérique de ce volume à partir de l’exemplaire numérisé par le CIRA et a accepté sa mise en ligne sur le carnet. Qu’il en soit remercié aussi.

Suivre ce lien pour télécharger cette version numérique qui permet une recherche en plein texte : VieOuvriere70ansGuillaumeVersionComplete

Lire la suite

James Guillaume et Marie Goldsmith (1904-1916)

cimg5843Photographie de Marie Goldsmith (1873-1933) conservée aux AEN. Elle accompagnait une de ses lettres du 19 octobre 1916 cotée 55.21 avec la mention manuscrite suivante : « À notre ami James Guillaume. Souvenir affectueux. » Lire la suite

Perpétuer la mémoire de James Guillaume (1916-1931)

Lucien Descaves s’était engagé à publier le troisième volume des Études révolutionnaires, de Guillaume dans l’hommage qu’il lui rendit dans les colonnes de La Bataille syndicaliste, d’où la présence de ces manuscrits dans les Papiers Descaves de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam. 

Fritz Brupbacher s’était quant à lui chargé de la rédaction de la partie biographique du numéro hommage de La Vie ouvrière paru en 1914, pour les 70 ans de James Guillaume. Les papiers Brupbacher de l’IIHS contiennent de très nombreuses lettres de James Guillaume (1905-1916) mais aussi des pièces de correspondance avec des proches de ce dernier, qu’il s’agisse de sa fille Émilie Chaix, sa sœur Julie Guillaume ou encore son neveu Charles Guillaume (cote ARCH00118.249).

Le 24 novembre 1916, Gustave Jeanneret, ami très proche de Guillaume, écrit à Brupbacher une lettre part laquelle il le charge de la mission de perpétuer la mémoire de leur ami commun après la mort de celui-ci :

Lire la suite

La figure de James Guillaume enseignant dans « Notre samedi soir » de T. Combe

Adèle Huguenin, écrivaine sous le nom de T. Combe, a été l’élève de James Guillaume à l’école industrielle du Locle pendant un an. Elle est restée en contact avec celle qu’elle appelle « mon maître », ce dernier intervenant par exemple auprès de Ferdinand Buisson pour l’édition chez Hachette de l’un de ses ouvrages antialcoolique en 1903 (carte postale de Buisson, AEN, fonds James Guillaume, cote 75.27). 60 ans après avoir fréquenté les cours que Guillaume donnait à l’école industrielle, T. Combe lui rend hommage dans plusieurs articles de son hebdomadaire Notre samedi soir, qu’elle destine à un lectorat féminin.

Lire la suite

Paul Robin, inspecteur primaire à Blois (1879-1880)

Dans la biographie que Max Nettlau consacra en 1935 à James Guillaume, l’historien autrichien insiste sur le fait que l’internationaliste eut un rôle de premier plan aux côtés de Ferdinand Buisson. Il fait un parallèle entre le fait que Guillaume fut obligé de rester dans l’obscurité et « l’affaire Cempuis » de 1894 qui visait indirectement Buisson à travers Robin. Nettlau en fait un intime de Guillaume et ce serait ce dernier qui l’aurait recommandé auprès de Buisson pour qu’il obtienne son poste d’inspecteur primaire à Blois. L’extrait suivant illustre toutefois les relations conflictuelles entre Guilaume et Robin :

« He was a notable Internationalist too; militant in Belgium, in Geneva, in Bakunin’s time and in Paris and in his London exile was always in the intimate cercle of Guillaume and of Kropotkin. He was a zealous propagandist and when by Guillaume, who recommended him to Buisson, he was employed in the department of public instruction, his somewhat reckless propaganda became Guillaume’s and Buissons nightmare and so they shifted him to the Cempuis Orphanage, a non-governmental institution, where Buisson’s influence was powerful. »

Lire la suite

James Guillaume et Paul Robin

Paul Robin est peu mentionné dans la correspondance privée de James Guillaume conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel.

Le Fonds Georges-Emile Guillaume des AEN comporte toutefois une lettre du 6 septembre 1883, adressée à sa sœur Julie, faisant référence à l’orphelinat de Cempuis (cote I/5). Guillaume raconte ses vacances d’été, mentionne le fait que ses filles soient tombées malade et qu’il ait été obligé d’annuler un séjour sur la côte. Il demande alors à Paul Robin s’il peut les loger à Cempuis :

Lire la suite

James Guillaume et la Révolution prolétarienne (1925-1939) : entre hommage et critique

RP117-1931Volume conservé au CEDIAS Musée social. Fruit d’un partenariat avec le CODHOS / CEDIAS Musée social, la Bibliothèque nationale de France a mis en ligne sur Gallica 15 années de ce périodique, soit 303 numéros.

Le dépouillement du périodique permet d’identifier un certain nombre d’articles faisant référence à James Guillaume. Ainsi, le numéro 6 daté de juin 1925 comporte un catalogue des « cahiers du travail » incluant une réédition des Idées sur l’organisation sociale de 1921 préfacée par Marie Guillot. Le numéro 19 de juillet 1926 comporte un article de Fritz Brupbacher intitulé « Pour le cinquantenaire de Bakounine » dans lequel l’auteur fait référence à « notre cher ami James Guillaume » (p. 4). Dans le numéro 34 de mai 1927, Roger Hairius fait la recension d’un ouvrage sur Pestalozzi d’A. Ferrière et cite le Pestalozzi de Guillaume. Dans le numéro 80 (mai 1929), Fritz Brupbacher rend hommage à Max Tobler, décédé. C’est l’occasion d’évoquer une nouvelle fois James Guillaume :

« Ensemble, avec notre ami Pierre Monatte, nous fûmes les grands amis de James Guillaume, du père Guillaume, ainsi que nous l’appelions. Aujourd’hui, Monatte continue dans la Révolution prolétarienne les traditions de l’ancienne Vie Ouvrière. Mais notre père Guillaume est mort en 1916, brisé par la guerre. » (p. 3)

Lire la suite

James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel

JG léo guerre sociale

Volume numérisé par la BnF sur Gallica.

Extraits d’une lettre à sa femme Élise Golay (Jeudi 27 juillet 1871) Fonds Georges-Émile Guillaume (AEN)

[…] Sois sans inquiétude au sujet de notre lit : mon intention n’a jamais été d’en disposer pour autrui, surtout sans ton consentement. Je t’avoue que je n’aurais pas de répugnance à y mettre Mme André Léo : elle a l’air si bon et si respectable. Elle est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche  [note hors texte : 30 juillet] ; elle va donner des conférences à la Chdfonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras  lorsqu’elle repassera par ici.

Lire la suite

James Guillaume et ses réseaux en 1910

Citation

Temps nouveaux-kotoku-extrait

Illustration : extrait d’un article signé A. Pratelle dans Les Temps Nouveaux du 25 décembre 1910, numérisé sur Gallica.

Ces trois cartes postales de James Guillaume adressées à Max Nettlau sont liées à « l’affaire Kôtoku » du nom d’un dirigeant socialiste et anarchiste japonais qui fut condamné, avec 24 autres prévenus pour crime de lèse-majesté en 1910, ce qui lui valut la peine capitale. Kôtoku Shûsui (1871-1911), fut le fondateur du Parti social-démocrate japonais en 1901 avant de devenir un passeur de la  pensée anarchiste européenne par ses traductions de Kropotkine notamment. À l’occasion d’une campagne internationale en faveur des prévenus, Max Nettlau demande à James Guillaume de mobiliser ses réseaux en France. Voici ses réponses : 

Lire la suite