Le dossier de naturalisation de James Guillaume

Le dossier de naturalisation de James Guillaume (qui concerne aussi sa femme Élise), est conservé sous le numéro 5528 X85 aux Archives nationales de Paris sous la cote BB/11/1866.

La pièce la plus ancienne est une demande d’admission à résidence en date du 11 septembre 1885. James Guillaume avait manifesté cette même année sa volonté de revendiquer la nationalité française en raison de son attachement à la Révolution. Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande alors qu’il se présente comme « publiciste » de profession. Il justifie cette autorisation de résider en France par ses travaux intellectuels :

Lire la suite

James Guillaume, historien de l’Internationale (1903-1916)

internationale-1Couverture du premier volume de l’Internationale numérisée sur Archive.org.

À partir de 1903, le nombre d’articles publiés par James Guillaume dans la revue La Révolution française tend à diminuer. La période encadrée par la parution du tome V des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale en 1904 et celle du sixième et dernier tome en 1907 se caractérise par une réorientation de l’activité historique de Guillaume. Il continua de travailler sur ce qu’il considérait comme son œuvre principale mais il se lance aussi à cette période dans son histoire de l’Internationale. James Guillaume mobilise alors la méthode historique acquise dans ses travaux sur l’histoire de l’école de la Révolution pour rédiger ce qui sera L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) dont le premier tome paraît justement en 1905.

Lire la suite

Guillaume explique à sa sœur son attachement à Paris (1900)

CIMG5072Retranscription d’une lettre adressée à Julie Guillaume le 14 mai 1900 et conservée aux AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6.

« J’avais eu envie d’abord de te répondre à lettre vue, pour te dire que ton projet était chimérique. Puis j’ai pensé qu’il valait mieux prendre le temps de la réflexion, et me bien tâter, afin que ma réponse te donnât ma pensée dûment mûrie. Et après ta nouvelle lettre de ce matin, je prends la plume.

Ma réponse est négative, je te le dis tout de suite. Mais en même temps, je tiens à te dire, pour commencer, que je te suis très reconnaissant de ton idée et de ton initiative ; et je te prie de remercier beaucoup de ma part mon ami David[1], à qui tu pourras communiquer ma lettre si tu veux, pour mieux lui expliquer la chose.

Mes motifs sont de deux sortes : il y a, d’abord, les raisons que j’ai de rester à Paris, et en second lieu, celles que j’ai pour ne pas me lancer dans une pareille tentative.

Lire la suite

James Guillaume et La Sentinelle, journal du parti socialiste (1903-1916)

Titre La Sentinelle 1903Le journal La Sentinelle a été numérisé sur le site des journaux suisses et mis en ligne par la Bibliothèque nationale suisse (BN) et ses partenaires cantonaux. L’interface permet de consulter tous les  numéros qui sont interrogeables en mode texte pour une recherche fine : http://newspaper.archives.rero.ch

Voici la présentation de ce périodique sur la page consacrée à La Sentinelle :

« Le premier numéro de La Sentinelle paraît le 4 janvier 1890. Fondé par l’Union des sociétés ouvrières de La Chaux-de-Fonds avec pour rédacteur en chef Walter Biolley (1866-1905), le journal devient dès 1896 le miroir des idées du Parti Socialiste. Très engagé en faveur de la justice sociale et de la classe ouvrière, il sera marqué par les plumes de personnalités politiques en vue comme Charles Naine (1874-1926) ou Ernest-Paul Graber (1875-1956). Souvent en proie à des problèmes financiers, il fusionne en 1965 avec le quotidien des socialistes vaudois et genevois « Le Peuple » et devient « Le Peuple La Sentinelle ». Ce grand quotidien socialiste romand survivra sous cette forme jusqu’au 19 mai 1971, date de la parution de son dernier numéro. »

Lire la suite

« […] Une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence » James Guillaume, 1906

CIMG5352Alors que sa fille Émilie se trouve en Asie et ignore encore le décès de sa mère survenu le 26 décembre 1901, James Guillaume décrit à sa fille les activités qui lui servent de « dérivatifs ». Extraits d’une lettre du 22 janvier 1902 (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6) :

 » Je ne veux pas m’arrêter sur ces idées, qui m’empêchent d’écrire en me faisant trop cruellement sentir la vanité de tout ce qui me reste de l’existence. Et je vais au contraire te parler de l’emploi de mes journées depuis ma dernière lettre. Tu verras qu’ayant cherché à trouver des dérivatifs, j’en ai trouvé, ces derniers jours, de quoi m’absorber presque tout entier sans me laisser le temps de la réflexion. »

Lire la suite

James Guillaume relate sa dépression (1898)

Lettre de von speyr à julie guillaume

Lettre dactylographiée du docteur Whilhelm von Speyr, directeur de l’hôpital psychiatrique de la Waldau à Berne, destinée à Julie, sœur de James Guillaume. Document conservé dans le fonds de la Famille Georges-Emile Guillaume des AEN (cote II/5).

Lire la suite

James Guillaume, « cheville ouvrière » de la Revue pédagogique (1879-1898)

CIMG4980Lettre envoyée par James Guillaume à son ami David Perret au sujet d’un déplacement en Suisse en relation avec son père. Lettre datée du 27 juin 1893 et conservée aux AEN fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5.

« Mais sur le point spécial dont il s’agit, je ne puis pas répondre autrement que je n’ai déjà fait : il m’est impossible d’aller à Neuchâtel à la date indiquée ; je ne pourrai y aller qu’après avoir donné le bon à tirer de la Revue pédagogique, c’est-à-dire aux environs du 15 juin. Mon numéro est à faire en entier (96 pages) [Note : Les numéros de la Revue pédagogique étaient datés du 15 de chaque mois. Les dates de la lettre sont incohérentes mais le numéro 7 du tome XXII du 15 juillet fait 96 pages] ; je me trouve déjà retardé d’une semaine, parce que mon comité, qui n’a pas pu se réunir lundi dernier, qui était jour férié, ne se réunira qu’après-demain ; en outre, M. Buisson et M Steeg sont absents, je suis complètement seul et ne puis abandonner mon poste. Cela m’est aussi impossible, qu’à toi de ne pas obéir à la consigne militaire qui va te faire aller à St-Chamond. Si je me rendais coupable de cette désertion, le ministre de l’instruction publique, qui m’a nommé de concert avec l’éditeur Delagrave, à cet emploi, serait en droit de me révoquer ; et comme il ne manque pas de gens qui convoitent ma place, je m’empresserais très certainement à la perdre. Ainsi, n’en parlons plus. »

Lire la suite

James Guillaume et le souvenir de Pestalozzi dans les années 1890

CIMG4849Extrait d’une lettre adressée par James Guillaume à ses sœurs le 5 juillet 1890 conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5). Il fait référence à l’inauguration d’une statue de Pestalozzi à Yverdon-les-Bains le 5 juillet 1890.

Lire la suite

Entrer dans l’intimité de James Guillaume (lettre du 7 avril 1889)

CIMG4832Lettre de James Guillaume à sa sœur Émilie, datée du 7 avril 1889 et conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/5).

Le choix d’éditer cette lettre en particulier vise à éclairer la personnalité de James Guillaume en croisant sa vie familiale avec les événements de cette année 1889 si marquante dans l’histoire de la Troisième République et de l’histoire personnelle de James Guillaume.

Lire la suite

James Guillaume décrit sa vie d’homme de lettres à sa soeur Emilie (1891)

Extraits d’une lettre conservée dans le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume des Archives de l’Etat de Neuchâtel (cote I/5). Lettre du 25 octobre 1891 adressée à sa sœur Émilie au sujet d’un séjour de sa sœur Julie à Paris.

« Ta lettre nous met dans un grand embarras. Si Julie est aussi malade que tu le dis, et si son séjour à Paris devait la guérir, il serait certainement de notre devoir de faire tout notre possible pour réaliser la chose. Mais n’y-a-t-il pas exagération dans ton jugement, et le remède que tu as inventé est-il bien le meilleur ? En tout cas, sa mise en pratique se heurte à des difficultés réelles, peut-être insurmontables, que je vais t’exposer. »

Lire la suite

James Guillaume et les distinctions honorifiques (1901-1907)

Gréard JG 1901Pièce conservée aux AEN, fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/6. Ce dossier de correspondance contient pour l’année 1901 un petit dossier nommé par Guillaume lui-même « palmes académiques » et qui est constitué d’une enveloppe, de deux lettres reçues dont une d’Octave Gréard et de deux brouillons de lettres envoyées.

Lire la suite

James Guillaume et la Révolution prolétarienne (1925-1939) : entre hommage et critique

RP117-1931Volume conservé au CEDIAS Musée social. Fruit d’un partenariat avec le CODHOS / CEDIAS Musée social, la Bibliothèque nationale de France a mis en ligne sur Gallica 15 années de ce périodique, soit 303 numéros.

Le dépouillement du périodique permet d’identifier un certain nombre d’articles faisant référence à James Guillaume. Ainsi, le numéro 6 daté de juin 1925 comporte un catalogue des « cahiers du travail » incluant une réédition des Idées sur l’organisation sociale de 1921 préfacée par Marie Guillot. Le numéro 19 de juillet 1926 comporte un article de Fritz Brupbacher intitulé « Pour le cinquantenaire de Bakounine » dans lequel l’auteur fait référence à « notre cher ami James Guillaume » (p. 4). Dans le numéro 34 de mai 1927, Roger Hairius fait la recension d’un ouvrage sur Pestalozzi d’A. Ferrière et cite le Pestalozzi de Guillaume. Dans le numéro 80 (mai 1929), Fritz Brupbacher rend hommage à Max Tobler, décédé. C’est l’occasion d’évoquer une nouvelle fois James Guillaume :

« Ensemble, avec notre ami Pierre Monatte, nous fûmes les grands amis de James Guillaume, du père Guillaume, ainsi que nous l’appelions. Aujourd’hui, Monatte continue dans la Révolution prolétarienne les traditions de l’ancienne Vie Ouvrière. Mais notre père Guillaume est mort en 1916, brisé par la guerre. » (p. 3)

Lire la suite