La correspondance entre James Guillaume et Pierre Monatte (1907-1916)

James Guillaume et Pierre Monatte (1881-1960) ont correspondu dans le cadre de leur collaboration lors de la publication deux périodiques : La Vie ouvrière et La Bataille syndicaliste. James Guillaume a soutenu financièrement la création de La Vie ouvrière et faisait partie du « noyau » de ses principaux collaborateurs.

Lire la suite

L’amitié entre James Guillaume et Lucien Descaves (1902-1916)

cimg6147cimg6148Cette carte de Lucien Descaves est la plus ancienne pièce retrouvée de sa correspondance avec James Guillaume (Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel, cote 76.1). La cote 76 rassemblent 9 pièces écrites par Descaves et datées de 1902 à 1914.

Lire la suite

La Constitution des fonds James Guillaume et Georges-Emile Guillaume aux Archives de l’État de Neuchâtel

 

JG 1951

Pièce contenue dans le fonds James Guillaume des AEN, cote 44.

Démarches de la Bibliothèque de Neuchâtel en 1951 auprès du neveu de James Guillaume

Le fonds James Guillaume des AEN contient un échange de lettres entre la directrice de la Bibliothèque publique de la ville de Neuchâtel et Charles Guillaume, neveu de James Guillaume. Dans une première lettre du 31 août 1951, C. Rosselet, la directrice écrit :

« On nous demande de plusieurs côtés à consulter les papiers laissés par James Guillaume. Votre cousin, Monsieur Guillaume, Directeur de la Neuchâteloise, nous conseiller de nous adresser à vous pour savoir ce qu’ils sont devenus. Nous vous serions très reconnaissant (sic) si vous vouliez bien nous renseigner à ce sujet. Il est très souhaitable que ces papiers soient soigneusement conservés, car ils présentent un grand intérêt pour l’histoire du mouvement anarchiste dans les Montagnes neuchâteloises. »

Lire la suite

1878-1903 : James Guillaume se retire de l’arène politique  

Un exil qui se double d’un retrait de la vie politique

Nous partirons d’un constat fait par Marc Vuilleumier dans l’introduction au reprint de L’Internationale. Documents et souvenirs, (Paris, G. Lebovici, t.1, 1985) (p. XXI) : « En fait, sans avoir rien abandonné de ses idées, James Guillaume avait fait un choix ; il s’était en quelque sorte doublement expatrié, quittant à la fois la Suisse et le mouvement ouvrier. » Comme le fait remarquer l’historien un peu plus loin (p. XXII) : « Nous n’avons que très d’informations sur Guillaume pour les années 1890. Il semble avoir vécu absorbé tout entier par ses travaux et sa vie de famille. »

En effet, contrairement à la période antérieure à 1878, Guillaume n’a pas laissé de témoignage aussi riche que L’Internationale. Documents et souvenirs dont voici la conclusion publiée en 1910 :

Volume IV, sixième partie, chapitre XVI, p. 325 :

« Mon long récit est terminé. Je n’écris pas une histoire de l’Internationale : d’ailleurs je ne connais que très imparfaitement ce qui se passe dans la Suisse française pendant les premiers temps qui suivirent mon départ ; jusqu’à l’amnistie de 1880 et à la rentrée des proscrits de la Commune, une véritable muraille de Chine continua à séparer la France de la Suisse. Les funérailles de Blanqui (5 janvier 1881), auxquelles je pris part, furent la première manifestation publique du prolétariat parisien, se ressaisissant après dix années d’un régime de compression à outrance. »

Lire la suite

« L’éducation et la Bible » par André Léo dans l’Almanach du peuple pour 1872

1872-couv1872-4e couv

Exemplaire conservé à la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds (Suisse).

Almanach du peuple pour 1872. 2e année. Articles par A. Schwitzguébel, M. Bakounine, André Léo, G. Lefrançais, B. Malon. Deuxième édition. Saint-Imier, Propagande socialiste.

L’éducation et la Bible (p. 22-26)

« Supposons un homme élevé par ses parents dans un lieu désert, avec peu de livres, ayant étudié surtout la nature et les sciences exactes. Il sait comment se fait la pluie, d’où vient le tonnerre, combien de milliers d’années la terre a mis à se former, combien elle a produit déjà de genres de plantes, d’animaux et d’hommes qui ont disparu, remplacés par d’autres. Il sait que les lois de la nature sont invariables dans leur diversité, c’est-à-dire qu’un fait découle toujours naturellement de faits de même ordre, ou d’ordre correspondant. Il sait que deux et deux font quatre, non pas seulement en arithmétique, mais en toutes choses – connaissances moins communes qu’on ne pense.

Lire la suite

« Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité », B. Malon, 1871.

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant, édite La Troisième défaite du prolétariat français de Benoît Malon. La même année Guillaume avait déjà imprimé le témoignage d’un autre communard, Clémence. Malon, communard exilé à Neuchâtel, date sa préface du 31 octobre 1871 et donne sa vision de l’histoire (p. 5-6) :

« Un bourgeois républicain écrivait avec raison il y a quelques années : « Les vaincus n’ont pas d’histoire ». Brisons avec cette iniquité. Mais que les amis et les ennemis le sachent, les vaincus qui peuvent, au nom de la vérité et de la justice, traîner les vainqueurs aux gémonies, sont bien près de la victoire. »

Lire la suite

Les devoirs d’un proscrit. Adolphe Clémence exilé en Suisse après la Commune (1871)

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant depuis 1869, publie plusieurs témoignages de proscrits écrits immédiatement après la Semaine Sanglante. Parmi ces ouvrages, celui d’Adolphe Clémence est intitulé De l’antagonisme social, ses causes et ses effets et comporte une préface portant sur la proscription et l’exil. L’ouvrage est numérisé sur Galllica.

Lire la suite

La rédaction de la Revue pédagogique rend compte de l’article « Pestalozzi » de James Guillaume (1885)

JG1885RP

« Léonard et Gertrude de Pestalozzi », in La Revue pédagogique, tome VI, janvier-juin 1885, disponible sur archive.org.

[Sous ce titre nous publions, en les rapprochant de manière à en former un ensemble, un certain nombre d’extraits de l’article Pestalozzi, qui paraît en ce moment même dans les livraisons 150 et 151 du Dictionnaire de pédagogie (1), sous la signature de M. J. Guillaume. Cet article, dont l’éditeur a bien voulu nous communiquer les bonnes feuilles, est un travail considérable, puisé aux sources : nous nous abstiendrons de le recommander à nos lecteurs : l’auteur est l’un des plus anciens collaborateurs de la Revue, qui lui doit, depuis le début, la rédaction du Courrier de l’Extérieur.

Lire la suite

James Guillaume par Lucien Descaves dans la Bataille syndicaliste (29 novembre 1916)

Citation

Lucien Descaves, « Aux obsèques de James Guillaume. Les adieux au vieux militant de l’Internationale », La Bataille syndicaliste, 29 novembre 1916

Note : Retranscription de l’article conservé dans les Lucien Descaves papers à l’IISH d’Amsterdam. Cote : ARCH00459.360 Article numérisé

« Je crois bien que j’étais, parmi les personnes réunies hier autour du cercueil de James Guillaume, celle qui la dernière a pu le voir vivant. C’était à Préfargier, près de Neuchâtel. Un de ses vieux amis, Louis Dindy [Note : correction à la main : D barré remplacé par un P], l’un des trois ou quatre anciens membres de la Commune encore existants, m’accompagnait. James Guillaume vint vers nous au bras d’un infirmier et j’eus alors l’impression très nette que je voyais Guillaume pour la dernière fois. Son corps usé n’était qu’une pauvre loque soutenue, traînée, galvanisée par une volonté indomptable, cette volonté d’agir dont Guillaume, au cours de sa vie exemplaire, a donné tant de preuves ! Une ruine : mais dans cette ruine continuait à chanter l’invisible oiseau d’une merveilleuse intelligence !

Lire la suite

James Guillaume

Ce carnet présente les recherches menées sur James Guillaume dans le cadre d’un projet interdisciplinaire financé par le Fonds national suisse pour la recherche scientifique (FNS) intitulé « Géographie, école républicaine, éducation publique, pédagogie libertaire ». Celui-ci, conçu à l’origine avec Federico Ferretti, est mené sous la responsabilité de Charles Heimberg, professeur de didactique de l’histoire, en collaboration avec Anne Sgard, professeure de didactique de la géographie. Nora Köhler, assistante candoc, dont la recherche est financée par le FNS, prépare un doctorat en sciences de l’éducation. Jean-Charles Buttier a été recruté comme collaborateur scientifique pour poursuivre les travaux entamés en 2014-2015 par Federico Ferretti. Mené au sein de l’Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté (Édhice) de l’Université de Genève (Unige), ce projet concerne la pédagogie libertaire et les transferts internationaux qui s’opèrent autour de celle-ci au tournant des XIXème et XXème siècle. L’approche historico-didactique est centrale dans la mesure où se rencontrent une histoire de la pensée pédagogique libertaire et une étude de son héritage dans l’enseignement contemporain. Ce carnet croise donc deux recherches disciplinaires : une histoire de l’engagement politico-pédagogique de James Guillaume au service d’une émancipation populaire par l’éducation et la comparaison, dans une perspective didactique, de la pensée pédagogique libertaire et républicaine en France avec les pratiques pédagogiques contemporaines et les problèmes affrontés par des enseignants de Suisse romande.