James Guillaume, professeur à l’École industrielle du Locle (1864-1869)

EDT1864

Emploi du temps (tabelle) de James Guillaume, communiqué à ses parents dans une lettre du 15 août 1864. Pièce conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel dans le fonds Georges-Émile Guillaume, cote I-5.

Lire la suite

Les Études révolutionnaires de James Guillaume

études révolutionnaires1

Page de couverture de la première série des Études révolutionnaires parue en 1908 et téléchargeable sur Archive.org. Il s’agit d’un recueil d’articles sur la Révolution française parus principalement dans la revue La Révolution française.

Lire la suite

Le Dictionnaire, Pestalozzi et le Boulangisme (lettre de James Guillaume du 28 avril 1888)

Pestalozzi-portraitPestalozzi-couv

Lettre conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds de la famille George-Émile Guillaume, cote I/5. La page de couverture du Pestalozzi de Guillaume provient de l’exemplaire numérisé sur Archive.org. Le Dictionnaire de pédagogie est disponible en ligne.

Lire la suite

James Guillaume oppose sa philosophie de l’histoire à celle de Max Nettlau (1909)

1909-nettlau

Note : Retranscription d’une lettre de James Guillaume conservée à l’IISH d’Amsterdam. Cote : Max Nettlau papers. ARCH01001.558. En italique ont été indiquées les interventions de Nettlau sur la lettre.

Lire la suite

La Constitution des fonds James Guillaume et Georges-Emile Guillaume aux Archives de l’État de Neuchâtel

 

JG 1951

Pièce contenue dans le fonds James Guillaume des AEN, cote 44.

Démarches de la Bibliothèque de Neuchâtel en 1951 auprès du neveu de James Guillaume

Le fonds James Guillaume des AEN contient un échange de lettres entre la directrice de la Bibliothèque publique de la ville de Neuchâtel et Charles Guillaume, neveu de James Guillaume. Dans une première lettre du 31 août 1951, C. Rosselet, la directrice écrit :

« On nous demande de plusieurs côtés à consulter les papiers laissés par James Guillaume. Votre cousin, Monsieur Guillaume, Directeur de la Neuchâteloise, nous conseiller de nous adresser à vous pour savoir ce qu’ils sont devenus. Nous vous serions très reconnaissant (sic) si vous vouliez bien nous renseigner à ce sujet. Il est très souhaitable que ces papiers soient soigneusement conservés, car ils présentent un grand intérêt pour l’histoire du mouvement anarchiste dans les Montagnes neuchâteloises. »

Lire la suite

Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite

James Guillaume, lecteur de Fourier (lettre à sa mère du 25 juin 1867)

Extraits d’une lettre adressée par Guillaume à sa mère du 25 juin 1867 conservée dans le fonds de la famille Georges-Émile Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel (cote I/5 correspondance). James Guillaume se plaint du jugement très négatif de son père sur Constant Meuron.

« Croyez-vous que M. Meuron soit l’inspirateur de mes idées socialistes, ou par exemple, de la correspondance sur la réforme électorale que vous n’avez pas voulu insérer ? Oubliez-vous que j’avais lu Fourier avant d’être intimement lié avec M. Meuron, et qu’à Zurich déjà, comme les lettres que j’ai sous les yeux le prouvent, je me déclarais socialiste ? »

Lire la suite

Portraits de James Guillaume des années 1860 à 1913

CIMG4160-famille

James Guillaume (en haut à gauche) entouré de ses parents et de ses 7 frères et soeurs. Photographie conservée aux AEN (fonds de la famille Georges Guillaume). Pièce non datée. Compte-tenu de l’âge des enfants, Guillaume a alors sans doute une quinzaine d’années, le document datant de la fin des années 1850, début des années 1860.

Lire la suite

Le jugement de James Guillaume sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris

CIMG4273

Les échos de la Guerre de 1870 et de la Commune de Paris de 1871 dans la correspondance privée de James Guillaume. Fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/V (Extraits)

Lettre à sa femme Elise du 10 août 1870

« De la guerre, pas de nouvelles. A Paris, cela va bien. Le ministère Ollivier est renversé et remplacé on ne sait trop par qui. Le député Kératry a osé demander la déchéance de l’empereur… C’est le premier acte de la révolution. A Neuchâtel, tout est parfaitement calme. Je suis bien fâché de ne pas pouvoir t’écrire une lettre à tête reposée. »

Lire la suite

James Guillaume vu par la police française : un anarchiste sous surveillance

Dossier PP

Archives de la Préfecture de Police. Cote : B A/1111 Guillaume, James Thomas, homme de lettres

Le carton B A/1111 comporte plusieurs chemises dont une consacrée à James Guillaume qui est identifié sur les différents rapports de la Préfecture de police, de la sûreté générale et autres sous la référence « 28.612 ». Elle contient 181 pièces composées entre 1872 et 1916.

Synthèse de la surveillance

Le 14 mars 1872 est votée la loi Dufaure qui punit de 3 mois de prison et d’une amende pouvant atteindre 1000 francs l’appartenance à l’Association internationale des travailleurs. Dès avril 1872 (le premier rapport identifié date du 3 avril) sont régulièrement publiés des rapports de surveillance, écrits par des agents anonymes en Suisse, en Belgique. Ces rapports sont nourris de surveillances directes ou bien d’informations fournis par des indicateurs.

Lire la suite

Les biographies de James Guilllaume

Révolution prolétarienne

L’équipe éditoriale de La Vie Ouvrière lui a consacré un numéro hommage : « Pour les 70 ans de James Guillaume », La Vie Ouvrière. Revue syndicaliste bimensuelle, 6ème année, n°106, 20 février 1914.

Note : Fritz Brupbacher s’est chargé de l’article biographique intitulé « Nos héros. James Guillaume » (p. 193-207). Reproduction de la lettre de Ferdinand Buisson à cette adresse : Hommage de Buisson

James Guillaume a publié le premier tome de L’Internationale. Documents et souvenirs (1864-1878) en 1905 (Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition). C’est une source majeure de renseignements sur la vie de son auteur mais, comme son titre l’indique, les 4 tomes de cette œuvre monumentale ne concernent que la période « suisse ». Il ne consacre que la dernière page du 4ème tome à celle qui a suivi son arrivée à Paris le 1er mai 1878.

Note : Volumes numérisés sur archive.org : volumes 1 et 2 et volumes 3 et 4

 

Lire la suite

La Jurassienne. Paroles de Charles Keller, musique de Jacques Glady alias James Guillaume (1874)

jurassienne01 jurassienne02

Partitions présentées sur le site Jacques Turbin (Charles Keller) ou la révolution en chanson

Ouvrier, la faim te tord les entrailles
Et te fait le regard creux,
Toi qui, sans repos ni trêve, travailles
Pour le ventre des heureux.
Ta femme s’échine, et tes enfants maigres
Sont des vieillards à douze ans ;
Ton sort est plus dur que celui des nègres
Sous les fouets abrutissants.

Lire la suite