La dernière correspondance entre James Guillaume et Ferdinand Buisson (1916)

Cahier conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel (AEN).

Les AEN possèdent différentes pièces d’archives qu’il est fructueux de croiser pour comprendre la relation entre James Guillaume et Ferdinand Buisson, les deux étant unis par des liens d’amitié ainsi que par des liens professionnels depuis la rédaction du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire.

Lire la suite

Le caractère de James Guillaume enfant (document non daté)

cimg3175Document conservé au AEN dans le fonds James Guillaume, sous la cote 10.7.

Il s’agit d’un bilan phrénologique, rédigé en anglais et donc antérieur à son départ de Londres en 1848 alors qu’il était âgé de 3 ans comme l’a rappelé Marc Vuilleumier dans l’introduction biographique de L’Internationale. Documents et souvenirs.

Lire la suite

L’édition des procès-verbaux des comités d’instruction publique de la Révolution française, le grand œuvre de James Guillaume

cimg3234

Pièce conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds James Guillaume, cote 30, celle-ci étant composée de 6 pièces liées à ses activités de secrétaire de la commission chargée de publier les documents relatifs à l’instruction publique pendant la Révolution française. Les documents officiels relatifs à cette commission sont conservés aux Archives nationales de France sous la cote F17-2922. Le dossier relatif à la publication proprement dite des procès-verbaux est le F17-17176, qu’il s’agisse de ceux de l’Assemblée législative, de la Convention nationale ou bien des tables analytiques restées inachevées.

Lire la suite

Gustave Jeanneret commente « L’Internationale » dans une lettre à James Guillaume (1905)

cimg5848Lettre conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds James Guillaume, cote 81.3. La cote 81 contient douze pièces de correspondance que Gustave Jeanneret a adressées à James Guillaume entre 1905 et 1916.

Lire la suite

Le dossier de naturalisation de James Guillaume

Le dossier de naturalisation de James Guillaume (qui concerne aussi sa femme Élise), est conservé sous le numéro 5528 X85 aux Archives nationales de Paris sous la cote BB/11/1866.

La pièce la plus ancienne est une demande d’admission à résidence en date du 11 septembre 1885. James Guillaume avait manifesté cette même année sa volonté de revendiquer la nationalité française en raison de son attachement à la Révolution. Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande alors qu’il se présente comme « publiciste » de profession. Il justifie cette autorisation de résider en France par ses travaux intellectuels :

Lire la suite

Les revenus de James Guillaume (1904-1916)

cimg4806Document conservé aux AEN dans le fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote II/7 consacrée aux testaments. Celui de Jams Guillaume en est toutefois absent. Nous avons choisi de publier cet état des biens (liste des obligations qu’il possédait) pour le croiser avec deux lettres de 1904 dans lesquelles il décrit à sa sœur Julie sa situation financière.

Lire la suite

Guillaume explique à sa sœur son attachement à Paris (1900)

CIMG5072Retranscription d’une lettre adressée à Julie Guillaume le 14 mai 1900 et conservée aux AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6.

« J’avais eu envie d’abord de te répondre à lettre vue, pour te dire que ton projet était chimérique. Puis j’ai pensé qu’il valait mieux prendre le temps de la réflexion, et me bien tâter, afin que ma réponse te donnât ma pensée dûment mûrie. Et après ta nouvelle lettre de ce matin, je prends la plume.

Ma réponse est négative, je te le dis tout de suite. Mais en même temps, je tiens à te dire, pour commencer, que je te suis très reconnaissant de ton idée et de ton initiative ; et je te prie de remercier beaucoup de ma part mon ami David[1], à qui tu pourras communiquer ma lettre si tu veux, pour mieux lui expliquer la chose.

Mes motifs sont de deux sortes : il y a, d’abord, les raisons que j’ai de rester à Paris, et en second lieu, celles que j’ai pour ne pas me lancer dans une pareille tentative.

Lire la suite

« […] Une activité fiévreuse me permet seule d’échapper au vide de mon existence » James Guillaume, 1906

CIMG5352Alors que sa fille Émilie se trouve en Asie et ignore encore le décès de sa mère survenu le 26 décembre 1901, James Guillaume décrit à sa fille les activités qui lui servent de « dérivatifs ». Extraits d’une lettre du 22 janvier 1902 (AEN, fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/6) :

 » Je ne veux pas m’arrêter sur ces idées, qui m’empêchent d’écrire en me faisant trop cruellement sentir la vanité de tout ce qui me reste de l’existence. Et je vais au contraire te parler de l’emploi de mes journées depuis ma dernière lettre. Tu verras qu’ayant cherché à trouver des dérivatifs, j’en ai trouvé, ces derniers jours, de quoi m’absorber presque tout entier sans me laisser le temps de la réflexion. »

Lire la suite

James Guillaume relate sa dépression (1898)

Lettre de von speyr à julie guillaume

Lettre dactylographiée du docteur Whilhelm von Speyr, directeur de l’hôpital psychiatrique de la Waldau à Berne, destinée à Julie, sœur de James Guillaume. Document conservé dans le fonds de la Famille Georges-Emile Guillaume des AEN (cote II/5).

Lire la suite

James Guillaume, « cheville ouvrière » de la Revue pédagogique (1879-1898)

CIMG4980Lettre envoyée par James Guillaume à son ami David Perret au sujet d’un déplacement en Suisse en relation avec son père. Lettre datée du 27 juin 1893 et conservée aux AEN fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5.

« Mais sur le point spécial dont il s’agit, je ne puis pas répondre autrement que je n’ai déjà fait : il m’est impossible d’aller à Neuchâtel à la date indiquée ; je ne pourrai y aller qu’après avoir donné le bon à tirer de la Revue pédagogique, c’est-à-dire aux environs du 15 juin. Mon numéro est à faire en entier (96 pages) [Note : Les numéros de la Revue pédagogique étaient datés du 15 de chaque mois. Les dates de la lettre sont incohérentes mais le numéro 7 du tome XXII du 15 juillet fait 96 pages] ; je me trouve déjà retardé d’une semaine, parce que mon comité, qui n’a pas pu se réunir lundi dernier, qui était jour férié, ne se réunira qu’après-demain ; en outre, M. Buisson et M Steeg sont absents, je suis complètement seul et ne puis abandonner mon poste. Cela m’est aussi impossible, qu’à toi de ne pas obéir à la consigne militaire qui va te faire aller à St-Chamond. Si je me rendais coupable de cette désertion, le ministre de l’instruction publique, qui m’a nommé de concert avec l’éditeur Delagrave, à cet emploi, serait en droit de me révoquer ; et comme il ne manque pas de gens qui convoitent ma place, je m’empresserais très certainement à la perdre. Ainsi, n’en parlons plus. »

Lire la suite

Entrer dans l’intimité de James Guillaume (lettre du 7 avril 1889)

CIMG4832Lettre de James Guillaume à sa sœur Émilie, datée du 7 avril 1889 et conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel (fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/5).

Le choix d’éditer cette lettre en particulier vise à éclairer la personnalité de James Guillaume en croisant sa vie familiale avec les événements de cette année 1889 si marquante dans l’histoire de la Troisième République et de l’histoire personnelle de James Guillaume.

Lire la suite

James Guillaume et les distinctions honorifiques (1901-1907)

Gréard JG 1901Pièce conservée aux AEN, fonds Georges-Emile Guillaume, cote I/6. Ce dossier de correspondance contient pour l’année 1901 un petit dossier nommé par Guillaume lui-même « palmes académiques » et qui est constitué d’une enveloppe, de deux lettres reçues dont une d’Octave Gréard et de deux brouillons de lettres envoyées.

Lire la suite

James Guillaume, professeur à l’École industrielle du Locle (1864-1869)

EDT1864

Emploi du temps (tabelle) de James Guillaume, communiqué à ses parents dans une lettre du 15 août 1864. Pièce conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel dans le fonds Georges-Émile Guillaume, cote I-5.

Lire la suite