Le dossier de naturalisation de James Guillaume

Le dossier de naturalisation de James Guillaume (qui concerne aussi sa femme Élise), est conservé sous le numéro 5528 X85 aux Archives nationales de Paris sous la cote BB/11/1866.

La pièce la plus ancienne est une demande d’admission à résidence en date du 11 septembre 1885. James Guillaume avait manifesté cette même année sa volonté de revendiquer la nationalité française en raison de son attachement à la Révolution. Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande alors qu’il se présente comme « publiciste » de profession. Il justifie cette autorisation de résider en France par ses travaux intellectuels :

Lire la suite

James Guillaume dans « Philémon, vieux de la vieille » de Descaves (1913)

Descaves Philémon 1913

Page de titre de la seconde édition datée de 1913, numérisé sur Archive.org. La première édition du Philémon date de 1913. Un autre exemplaire numérisé par Gallica date de 1922. Dans son étude sur les proscrits et exilés, Sylvie Aprile qualifie l’ouvrage de Lucien Descaves de « mise en fiction d’archives » (Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010, p. 267) et le présente comme « l’un des regards les plus aigus sur la proscription de la Commune » (Ibidem).

Lire la suite

1878-1903 : James Guillaume se retire de l’arène politique  

Un exil qui se double d’un retrait de la vie politique

Nous partirons d’un constat fait par Marc Vuilleumier dans l’introduction au reprint de L’Internationale. Documents et souvenirs, (Paris, G. Lebovici, t.1, 1985) (p. XXI) : « En fait, sans avoir rien abandonné de ses idées, James Guillaume avait fait un choix ; il s’était en quelque sorte doublement expatrié, quittant à la fois la Suisse et le mouvement ouvrier. » Comme le fait remarquer l’historien un peu plus loin (p. XXII) : « Nous n’avons que très d’informations sur Guillaume pour les années 1890. Il semble avoir vécu absorbé tout entier par ses travaux et sa vie de famille. »

En effet, contrairement à la période antérieure à 1878, Guillaume n’a pas laissé de témoignage aussi riche que L’Internationale. Documents et souvenirs dont voici la conclusion publiée en 1910 :

Volume IV, sixième partie, chapitre XVI, p. 325 :

« Mon long récit est terminé. Je n’écris pas une histoire de l’Internationale : d’ailleurs je ne connais que très imparfaitement ce qui se passe dans la Suisse française pendant les premiers temps qui suivirent mon départ ; jusqu’à l’amnistie de 1880 et à la rentrée des proscrits de la Commune, une véritable muraille de Chine continua à séparer la France de la Suisse. Les funérailles de Blanqui (5 janvier 1881), auxquelles je pris part, furent la première manifestation publique du prolétariat parisien, se ressaisissant après dix années d’un régime de compression à outrance. »

Lire la suite

Le 1er mai 1878, James Guillaume s’exile à Paris

La tentation de l’exil (1871)

James Guillaume a envisagé de partir à Paris dès février 1871, ceci à l’invitation de Ferdinand Buisson.

Lettre à sa sœur Emilie du 27 février 1871 (AEN)

« Parlons maintenant d’autre chose. Quand tu seras revenue, je me mettrais avec plaisir à ta disposition pour des exercices de chant ; seulement, il est possible qu’alors je ne sois plus à Neuchâtel. En effet, M. Buisson m’a proposé une place de professeur dans un orphelinat fondé par mes amis de Paris ; et probablement j’irais sous peu à Paris voir par mes yeux de quoi il s’agit. D’après ce que je verrai, il est possible que je me décide à me fixer à Paris pour quelques années. »

Lire la suite

« L’éducation et la Bible » par André Léo dans l’Almanach du peuple pour 1872

1872-couv1872-4e couv

Exemplaire conservé à la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds (Suisse).

Almanach du peuple pour 1872. 2e année. Articles par A. Schwitzguébel, M. Bakounine, André Léo, G. Lefrançais, B. Malon. Deuxième édition. Saint-Imier, Propagande socialiste.

L’éducation et la Bible (p. 22-26)

« Supposons un homme élevé par ses parents dans un lieu désert, avec peu de livres, ayant étudié surtout la nature et les sciences exactes. Il sait comment se fait la pluie, d’où vient le tonnerre, combien de milliers d’années la terre a mis à se former, combien elle a produit déjà de genres de plantes, d’animaux et d’hommes qui ont disparu, remplacés par d’autres. Il sait que les lois de la nature sont invariables dans leur diversité, c’est-à-dire qu’un fait découle toujours naturellement de faits de même ordre, ou d’ordre correspondant. Il sait que deux et deux font quatre, non pas seulement en arithmétique, mais en toutes choses – connaissances moins communes qu’on ne pense.

Lire la suite

James Guillaume, André Léo et les communeux et communeuses réfugiés à Neuchâtel

JG léo guerre sociale

Volume numérisé par la BnF sur Gallica.

Extraits d’une lettre à sa femme Élise Golay (Jeudi 27 juillet 1871) Fonds Georges-Émile Guillaume (AEN)

[…] Sois sans inquiétude au sujet de notre lit : mon intention n’a jamais été d’en disposer pour autrui, surtout sans ton consentement. Je t’avoue que je n’aurais pas de répugnance à y mettre Mme André Léo : elle a l’air si bon et si respectable. Elle est encore à Neuchâtel jusqu’à dimanche  [note hors texte : 30 juillet] ; elle va donner des conférences à la Chdfonds, puis à Genève. J’espère que tu la verras  lorsqu’elle repassera par ici.

Lire la suite

« Les vaincus n’ont pas d’histoire. Brisons avec cette iniquité », B. Malon, 1871.

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant, édite La Troisième défaite du prolétariat français de Benoît Malon. La même année Guillaume avait déjà imprimé le témoignage d’un autre communard, Clémence. Malon, communard exilé à Neuchâtel, date sa préface du 31 octobre 1871 et donne sa vision de l’histoire (p. 5-6) :

« Un bourgeois républicain écrivait avec raison il y a quelques années : « Les vaincus n’ont pas d’histoire ». Brisons avec cette iniquité. Mais que les amis et les ennemis le sachent, les vaincus qui peuvent, au nom de la vérité et de la justice, traîner les vainqueurs aux gémonies, sont bien près de la victoire. »

Lire la suite

Les devoirs d’un proscrit. Adolphe Clémence exilé en Suisse après la Commune (1871)

En 1871, l’imprimerie G. Guillaume fils, dont James Guillaume est le gérant depuis 1869, publie plusieurs témoignages de proscrits écrits immédiatement après la Semaine Sanglante. Parmi ces ouvrages, celui d’Adolphe Clémence est intitulé De l’antagonisme social, ses causes et ses effets et comporte une préface portant sur la proscription et l’exil. L’ouvrage est numérisé sur Galllica.

Lire la suite

James Guillaume par Lucien Descaves dans la Bataille syndicaliste (29 novembre 1916)

Citation

Lucien Descaves, « Aux obsèques de James Guillaume. Les adieux au vieux militant de l’Internationale », La Bataille syndicaliste, 29 novembre 1916

Note : Retranscription de l’article conservé dans les Lucien Descaves papers à l’IISH d’Amsterdam. Cote : ARCH00459.360 Article numérisé

« Je crois bien que j’étais, parmi les personnes réunies hier autour du cercueil de James Guillaume, celle qui la dernière a pu le voir vivant. C’était à Préfargier, près de Neuchâtel. Un de ses vieux amis, Louis Dindy [Note : correction à la main : D barré remplacé par un P], l’un des trois ou quatre anciens membres de la Commune encore existants, m’accompagnait. James Guillaume vint vers nous au bras d’un infirmier et j’eus alors l’impression très nette que je voyais Guillaume pour la dernière fois. Son corps usé n’était qu’une pauvre loque soutenue, traînée, galvanisée par une volonté indomptable, cette volonté d’agir dont Guillaume, au cours de sa vie exemplaire, a donné tant de preuves ! Une ruine : mais dans cette ruine continuait à chanter l’invisible oiseau d’une merveilleuse intelligence !

Lire la suite