James Guillaume « La liberté de l’enseignement. À propos d’un discours d’Albert de Mun », La Révolution française, mai-juin 1901, p. 398.

Citation

« Il y a ici un malentendu qu’il faut dissiper. La Révolution n’a pas voulu, en organisant l’instruction publique, faire œuvre d’éducation. Quelques hommes, il est vrai, politiques imbus sur ce point des anciennes idées, ont pensé, ont dit qu’il fallait par l’éducation s’emparer de la jeunesse, qu’il fallait jeter la génération nouvelle dans le moule républicain ; ils ont cru que l’éducation serait l’instrument propre à façonner l’esprit du peuple. Ils se trompaient. L’instrument qui, entre les mains des jésuites, prépare si bien les hommes à la servitude, ne saurait convenir à des républicains. On n’éduque pas un peuple à la liberté. Écoutons Condorcet dissertant sur les remèdes aux « trois causes générales des maux du genre humain » ; il nous dira que que ce n’est pas d’éducation républicaine ni d’institutions spéciales que les hommes ont besoin pour être libres, mais de savoir. […] »