8ème salon du livre libertaire (Paris, 22-23 avril 2017)

Il sera question d’éducation libertaire au Salon du livre libertaire : http://salon-du-livre-libertaire.over-blog.com/

Extrait du programme du samedi 22 avril :
14h30-15h45 :  L’éducation libertaire en question, avec Hugues Lenoir, L’Education libertaire et Commune de Paris ? , Jean-Charles Buttier, l’école révolutionnaire au moment de la mise en place de l’école de la Troisième République (Buisson/Guillaume), Greg Chambat, Les réacs-publicains en France et l’école, Francesco Codello, Les alternatives pédagogiques en Italie.
Ce sera l’occasion d’évoquer l’histoire de l’école de la Révolution française au moment de la mise en place de celle de la Troisième République en nous intéressant en particulier aux convictions et travaux de James Guillaume mais aussi à ses liens avec Ferdinand Buisson.

« La figure de James Guillaume et la question de l’émancipation par les savoirs » par Charles Heimberg, Printemps du Maitron (22/03/2017)

Mise en ligne de l’enregistrement de la communication de Charles Heimberg sur la page du site du Maitron consacrée aux interventions données lors du Printemps du Maitron.

James Guillaume dans « Philémon, vieux de la vieille » de Descaves (1913)

Descaves Philémon 1913

Page de titre de la seconde édition datée de 1913, numérisé sur Archive.org. La première édition du Philémon date de 1913. Un autre exemplaire numérisé par Gallica date de 1922. Dans son étude sur les proscrits et exilés, Sylvie Aprile qualifie l’ouvrage de Lucien Descaves de « mise en fiction d’archives » (Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010, p. 267) et le présente comme « l’un des regards les plus aigus sur la proscription de la Commune » (Ibidem).

Lire la suite

Le mot d’anarchie exprime une idée vieille comme le monde ; il m’a toujours semblé que l’aspiration vers la liberté, le désir de n’avoir point de maître d’aucune sorte, doit exister chez tout homme doté d’un cerveau normal.

Citation

Extraits d’une lettre de James Guillaume à Luigi Fabbri du 11 mai 1914, conservée à l’IISH d’Amsterdam

« Le désir et l’espoir de détruire la forme capitaliste de la société, de substituer au salariat un régime de liberté et de communauté fondé sur l’expropriation de la classe possédante, et d’employer, comme moyen de lutte, d’abord les grèves partielles, puis la grève générale, cette idée est née spontanément, en Angleterre et en France, chez les ouvriers, dès qu’ils se sont associés pour la lutte au cours de la 1re moitié du 19e siècle. […]

Lire la suite

La postérité politique des « Idées sur l’organisation sociale » de James Guillaume

 

Idées sur l'organisation sociale-collège du travail

Exemplaire conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel.

Réédition en 1921 par la Librairie du travail. Cette édition comporte une préface de Marie Guillot (1880-1934) :

« Nous donnons aujourd’hui un travail de notre « père Guillaume », le vieux militant de la Fédération Jurassienne, l’ami de Bakounine, l’adversaire de Marx à la Première Internationale – cette Première Internationale, riche en esprits lucides et en cœurs dévoués. C’est Monatte qui nous a passé le texte, copié de sa main et soigneusement conservé ; nous l’en remercions, pour nous tous. Nos camarades apprécieront la clarté des vues, la justesse des prévisions de James Guillaume. Ces « idées », publiées en 1876, sont d’une actualité saisissante et démontrent que nos « utopistes » sont bien les plus clairvoyants des « réalistes. Marie Guillot. »

Lire la suite

« M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare » Jean Jaurès, 1908

Citation

Revue de l’Enseignement Primaire et Primaire supérieur, n°48, 18e année, 23 août 1908. P. 389-390. Volume numérisé par la Bibliothèque Diderot de Lyon

Un livre de M. James Guillaume

James Guillaume vient de publier en un volume : Etudes révolutionnaires, quelques-unes des études critiques qu’il avait données à divers recueils et périodiques sur des points, obscurs ou incertains, de l’histoire de la Révolution française. M. James Guillaume est un esprit d’une originalité rare. Il a des idées générales très vastes, le sens des grands mouvements historiques. C’est un socialiste, un communiste fédéraliste adversaire résolu de la société bourgeoise, adversaire aussi résolu de la forme autoritaire et centraliste du socialisme, ou du moins de ce qui lui apparaît comme tel. Il a un peu connu et beaucoup admiré Bakounine. Il a gardé de la lutte de Bakounine et de Marx de fortes préventions contre celui-ci. Il a raconté dans des volumes intéressants une partie de la vie de l’Internationale, le mouvement de la fédération jurassienne et de la Suisse romande. C’est par la révolte universelle des opprimés et par leur réunion spontanée en petits groupes reliés par de libres et souples fédérations que s’affranchira, selon lui, la pauvre race humaine.

Lire la suite

« L’école doit être indépendante du pouvoir politique » James Guillaume, La Bataille syndicaliste, 1912.

Citation

Note : Retranscription à partir de manuscrits conservés à l’IIHS dans les James Guillaume papers : cote ARCH00531.32

« L’école doit être indépendante du pouvoir politique. Lettre adressée au meeting des instituteurs et institutrices de l’Ardèche, réunis au Teil le 7 novembre 1912 », La Bataille syndicaliste et dans l’Émancipation, bulletin des instituteurs de l’Ardèche

P. 1

« Chers camarades,

Les initiateurs de cette réunion m’ont demandé de vous envoyer quelques mots exprimant la sympathie qu’éprouvent tous les amis de la véritable instruction et de la réelle liberté humaine à l’égard de votre admirable mouvement, à la fois mouvement de vérité pour le perfectionnement de l’école populaire, et mouvement de résistance à l’oppression qui menace la liberté et la dignité du personnel enseignant. En vous adressant ce témoignage de cordiale sympathie et de fraternelle solidarité, je tiens à insister particulièrement sur ce point, que c’est vous, vous seuls, qui marchez dans la ligne de la Révolution française et qui représentez l’esprit, tandis que vos adversaires, ceux qui vous frappent et vous persécutent au nom d’une prétendue discipline universitaire, tournent le dos à la Révolution ; ils ont beau se dire républicains, ils sont des continuateurs de l’ancien régime et de l’Université napoléonienne avec sa tyrannie centralisatrice. »

Lire la suite

Les objectifs de l’éducation dans les Idées sur l’organisation sociale (1876)

Citation

Idées sur l'organisation sociale

Idées sur l’organisation sociale par James Guillaume, membre de l’Internationale, La Chaux-de-Fonds, imprimerie Courvoisier, 1876. Exemplaire disponible sur Gallica.

P. 39 : « L’enfant n’est la propriété de personne, il s’appartient à lui-même ; et pendant la période dans laquelle il est encore incapable de se protéger lui-même, et où par conséquent il peut être exposé à l’exploitation, c’est à la société à le protéger et à lui assurer la garantie de son libre développement. C’est à la société aussi à se charger de son entretien : en subvenant à sa consommation et aux diverses dépenses que nécessitera son éducation, la société ne fait qu’une avance, que l’enfant lui remboursera par son travail lorsqu’il sera devenu un producteur. »

Lire la suite

Compte-rendu du Nouveau dictionnaire de pédagogie par Aulard (La Révolution française, 1911)

Citation

Pour la partie historique, j’ai beau chercher une épithète qui ne paraisse pas emphatique, je n’en puis trouver d’autre que celle-ci : admirable. Je n’hésite pas à dire que les articles historiques du Dictionnaire de pédagogie ont renouvelé l’histoire de France depuis 1789, en renouvelant nos connaissances sur ce qu’il y a peut-être de plus important dans cette histoire, c’est-à-dire l’histoire même de l’instruction publique considérée dans le sens le plus large du mot, en tous ses rapports avec le développement politique, et économique, social de notre nation. Comme les autres nations sont étudiées au même point de vue, quoique avec moins de développement, on a, pour la France, d’utiles points de comparaison, et, pour l’humanité civilisée en général, un tableau d’ensemble des principaux faits de son développement intellectuel. Chaque nation, chaque institution, chaque individu ayant quelques rapports avec l’instruction publique a ici son article, avec tous les détails utiles, et un article presque toujours neuf. Je voudrais que tous les étudiants en histoire aient lu l’article France. Tous les articles dont M. J. Guillaume est l’auteur sont excellents. L’article Convention, qu’on lui doit, quand il l’écrivit, il y a près de trente ans, fut une révélation pour les historiens attentifs. Depuis ont paru beaucoup de documents, d’importance capitale, sur la Convention, en particulier le Recueil des actes du Comité d’instruction publique, par M. J. Guillaume lui-même ; il n’y a eu néanmoins que peu de choses à changer dans cet article, dont la nouveauté était si solide. Ces quelques changements, M. Guillaume les a faits avec soin et scrupule.

Lettre de Ferdinand Buisson à James Guillaume (1916)

Citation

Extrait d’une lettre datée du 26 avril 1916 conservée dans le Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel.

« Qu’il y ait des libres penseurs à qui le mot Dieu ou ne dise rien, ou inspire une colère amusante, c’est trop naturel. La métaphysique est comme tous les romans, il y a des esprits qu’elle passionne, d’autres qu’elle laisse froids, d’autres qu’elle irrite véhémentement. Quand on pense que le genre humain a passé des siècles à s’égorger pour des théories de ce genre-là, pour ou contre la trinité, la messe l’iota d’homoousios ou la communion sous les deux espèces, cela fait réfléchir. »

Note: Transcription par Martine Brunet-Giry dans Ferdinand Buisson & les socialistes libertaires, 2014, p. 255.

La réforme de l’éducation par James Guillaume (1871)

Citation

almanach du peuple 1871alamanach du peuple 1871-4e couv

Article recopié sur l’exemplaire conservé aux AEN.

Almanach du peuple pour 1871. Saint-Imier, Propagande socialiste.

La réforme de l’éducation (non signé) (p. 22-27)

« Il n’y a pas encore, à l’heure qu’il est, une seule nation dans le monde où l’éducation populaire soit organisée d’une manière satisfaisante. Chez les peuples que l’on regarde comme les plus civilisés, on se glorifie, comme d’un résultat merveilleux, de ce que tout le monde sait lire et écrire. Mais la lecture et l’écriture constituent-elles vraiment une éducation ? suffit-il qu’un peuple sache lire et écrire pour qu’il puisse s’appeler véritablement instruit ? Non certes : car la véritable instruction favorise la liberté ; tandis que, comme l’Allemagne vient de le prouver dans la guerre actuelle, les connaissances acquises à l’école par les jeunes Allemands n’ont servi qu’à en faire des instruments plus dociles et mieux disciplinés du despotisme militaire et monarchique.

Lire la suite

« La Marseillaise de la paix. » Chanson interprétée à l’orphelinat de Cempuis (1892)

Marseillaise

Texte de la Marseillaise de la paix conservé à la BnF et disponible sur Gallica

James Guillaume était proche de Paul Robin et ami de Ferdinand Buisson qui nomma ce dernier à la tête de l’orphelinat de Cempuis (Oise). Le texte original est de Martin paschoud, pasteur pacifiste qui l’aurait écrite en 1882. La chanson est reprise dans l’Almanach de la paix en 1892, date à laquelle elle fut retravaillée et interprétée par les élèves du pédagogue anarchiste.

« De l’universelle patrie

Puisse venir le jour rêvé
De la paix, de la paix chérie
Le rameau sauveur est levé (bis)
On entendra vers les frontières
Les peuples se tendant les bras
Crier : il n’est plus de soldats !
Soyons unis, nous sommes frères.

Lire la suite