Lettre de Ferdinand Buisson à James Guillaume (1916)

Extrait d’une lettre datée du 26 avril 1916 conservée dans le Fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel.

« Qu’il y ait des libres penseurs à qui le mot Dieu ou ne dise rien, ou inspire une colère amusante, c’est trop naturel. La métaphysique est comme tous les romans, il y a des esprits qu’elle passionne, d’autres qu’elle laisse froids, d’autres qu’elle irrite véhémentement. Quand on pense que le genre humain a passé des siècles à s’égorger pour des théories de ce genre-là, pour ou contre la trinité, la messe l’iota d’homoousios ou la communion sous les deux espèces, cela fait réfléchir. »

Note: Transcription par Martine Brunet-Giry dans Ferdinand Buisson & les socialistes libertaires, 2014, p. 255.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *