Le Dictionnaire, Pestalozzi et le Boulangisme (lettre de James Guillaume du 28 avril 1888)

Pestalozzi-portraitPestalozzi-couv

Lettre conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds de la famille George-Émile Guillaume, cote I/5. La page de couverture du Pestalozzi de Guillaume provient de l’exemplaire numérisé sur Archive.org. Le Dictionnaire de pédagogie est disponible en ligne.

Paris, 28 avril 1888

 

Mes chères sœurs,

 

J’ai trouvé la carte d’Emilie en rentrant à midi et demi pour déjeûner (sic), et je vais répondre d’abord à l’objet de sa demande – Dans les 2 volumes que je vous ai envoyés, il n’y a pas d’article Pestalozzi ou d’article Pédagogie, pour la raison que voici : le Dictionnaire comprend deux parties, la première (en 2 volumes) est le Dictionnaire de pédagogie proprement, la partie originale et nouvelle de l’ouvrage, celle à laquelle j’ai le plus travaillé ; et cette partie-là, vous ne l’avez pas ; – la deuxième, celle que vous avez (en 2 volumes également) est tout autre chose ; c’est une sorte d’encyclopédie à l’usage des instituteurs.

Mon article Pestalozzi se trouve dans le tome II de la Ire partie (c’est-à-dire de la partie spécialement pédagogique). Il est certain que le Dictionnaire de pédagogie doit se trouver à la bibliothèque de Neuchâtel ; si on ne l’avait pas, ce serait une honte. Toutefois, voici ce que je ferai pour vous obliger : je n’ai pas encore fait relier les livraisons du tome II ; je puis donc en détacher les feuilles où se trouve Pestalozzi ; je vous les expédie sous une enveloppe spéciale ; mais je vous demande de me les renvoyer en bon état et sans lacune, aussitôt que vous n’en aurez plus besoin.

J’ajoute ceci : c’est que votre pensionnaire ne pourra pas du tout, je crois, se servir de mon article pour sa composition. En effet, cet article est un travail de longue haleine ; il contient la matière d’un volume ordinaire ; il est écrit pour les savants, des spécialistes qui veulent étudier la matière à fond ; il a pour but de passer au crible toutes les légendes, toutes les appréciations inexactes, et de rétablir la vérité. Je doute donc fort que cette jeune fille ait le courage de lire cette longue dissertation. – Mais si papa veut profiter de l’occasion, si ses yeux lui permettent encore de lire du sept, il trouvera là des choses qui l’intéresseront peut-être ; je crois avoir mis en lumière un Pestalozzi – le véritable – que personne ne connaissait encore dans les pays de langue française. » […]

« Quant à la situation politique, elle m’a donné de vives inquiétudes pendant quelque temps. Mais je commence à reprendre espoir : la France m’a l’air de se ressaisir, elle n’est pas disposée à se laisser enfourcher par Boulanger avec la docilité que celui-ci espérait. La résistance s’organise ; à Paris, on se groupe autour des conseillers municipaux du parti ouvrier, Brousse, Joffrin, etc. ; ils ont fondé un journal quotidien, le Parti ouvrier, qui prêche l’union des républicains, de toute nuance, et qui fait beaucoup de bien. L’union parait devoir se réaliser effectivement ; grâce aux menaces de Boulanger, je vois les opportunistes les plus endurcis convenir maintenant que les socialistes sont de bons républicains, et leur tendre la main. Mais quelle canaille que ce Rochefort (je l’ai toujours dit) et les ignobles journalistes de la Lanterne, et autres organes boulangistes ! – Il est probable qu’en Suisse vous vous faites une idée assez peu exacte de la situation – à Paris, tout ce qui est républicain est anti-boulangiste ; le brave général a pour lui les bonapartistes, les curés, les cochers, les filles publiques, et un certain nombre de malheureux ignares qui vendent ou lisent l’Intransigeant et la Lanterne ; puis des intrigants qui se démasquent. Le résultat final sera peut-être avantageux à la République, en forçant les républicains-sabots à faire quelque chose. » […]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *