Le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire sous la direction de F. Buisson

Sources

Les 4 volumes du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié sous la direction de F. Buisson et dont J. Guillaume était le secrétaire de rédaction, sont consultables sur Gallica (édition en volumes qui a suivi la parution en livraisons qui dura de février 1878 à février 1887).

Le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, paru en 1911 est quant à lui disponible en version électronique sur le site de l’Institut français de l’éducation (Ifé).

Présentation

Le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire est un ouvrage français commandé par Hachette. Il a connu deux éditions. La première (175 livraisons de 1878-1887), tirée à 20’000 exemplaires, se compose de deux parties : une partie théorique (DP1) et une partie pratique (DP2). La seconde édition (NDP) parait en 1911 et est largement moins distribuée (5’500 exemplaires). Elle a été entièrement refondue et se compose d’une seule partie. Un certain nombre d’articles reste cependant inchangé.

Il ne s’agit pas d’un programme, même s’il reprend une partie de la législation scolaire. Il s’agit plutôt d’un recueil d’articles disparates écrits par plus de 300 auteurs, des Inspecteurs de l’Instruction publique, mais aussi des grands noms de la politique de formation française. Différentes conceptions de l’enseignement se retrouvent côte à côte dans ce dictionnaire. On y trouve à la fois des références à une pédagogie catéchistique qui s’appuie sur la mémorisation et l’appris par cœur, mais également à une pédagogie plus moderne. Cette dernière se retrouve notamment dans les références à la méthode intuitive, à la leçon des choses et à une pédagogie fondée sur l’activité des élèves. Ces méthodes sont fortement influencées par les théories de Rousseau et de Pestalozzi.

Le Dictionnaire de pédagogie est en quelque sorte le porte-voix de la réforme scolaire de la IIIème République française, moment où l’école primaire devient laïque, gratuite et obligatoire (lois de 1881 et 1882). Après la Crise du 16 mai 1877, il s’agit pour les républicains d’enraciner la République et ses valeurs. Le Dictionnaire de pédagogie, mais également la Revue Pédagogique et le Musée pédagogique sont autant d’outils mis en place à cette époque pour soutenir une inculcation des valeurs républicaines auprès de la nouvelle génération.

Trois réseaux principaux, incarnés par quelques grandes figures, se retrouvent dans le Dictionnaire de pédagogie : le protestantisme libéral, le républicanisme et enfin un dernier plus inattendu, celui du courant libertaire. Ferdinand Buisson (1841-1932), qui dirige la rédaction du dictionnaire, est une des figures de proue du protestantisme libéral. Influencé par la libre-pensée qui fait primer la raison et l’expérience, il est favorable aux méthodes pédagogiques intuitives et pratiques, sans pour autant rejeter complètement la méthode déductive. Il est également très engagé en politique, à gauche du Parti républicain radical et radical-socialiste. Ferdinand Buisson est le trait d’union entre les républicains et les libertaires. En effet, il engage James Guillaume (1844-1916) comme secrétaire de rédaction. Ce dernier est fréquemment décrit comme la « cheville ouvrière » du dictionnaire. James Guillaume a largement contribué à l’entreprise du Dictionnaire de pédagogie pour lequel il a écrit un grand nombre d’articles qu’il n’a pas toujours signé. Il a notamment écrit un très long article sur Pestalozzi qui deviendra par la suite un livre. Il admire également les pédagogues de la Révolution française (voir article « Convention » DP1). Guillaume, tout en étant favorable aux théories de la pédagogie libertaire, est au cœur de la construction de l’école de la IIIe République. Il n’est pas seulement le secrétaire de rédaction du Dictionnaire de pédagogie, mais également celui de la Revue pédagogique.

Bibliographie

Denis, D. & et Kahn, P. (Ed.). (2003). L’école républicaine et la question des savoirs, Paris : CNRS Edition. http://books.openedition.org/editionscnrs/3043

Denis, D. & et Kahn, P. (Ed.). (2006). L’école de la Troisième République en question : Débats et controverse dans le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, Peter Lang : Berne.

Denis, D. (2006) Du dire au faire dans le Dictionnaire de pédagogie : les arcanes d’une volonté républicaine de réformer l’éducation, Les Sciences de l’éducation. Pour l’ère nouvelle, 4, pp. 11-30.

Dubois, P. (2000). Le Dictionnaire de F. Buisson et ses auteurs, Histoire de l’éducation, 85, p. 25-47.

Dubois, P. (2002). Le Dictionnaire de Ferdinand Buisson : Aux fondations de l’école républicaine (1878-1911), Peter Lang : Berne.

Dubois. P. (établi par). (2002). Le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson : répertoire biographique des auteurs, Paris : Institut national de recherche pédagogique.

Nora, P. (1997) [1984]. Les lieux de mémoire, Paris : Gallimard.

Savoie, P. (2012), Education et démocratie. Retour sur le Nouveau Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson (1991) (sic), Education et didactique, 1, pp. 117-125.

Présentation rédigée par Nora Köhler (Université de Genève).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *