Le 14 juillet 1881 vu par James Guillaume, exilé à Paris

JG 1881

Les deux lettres citées sont conservées dans le fonds Georges-Emile Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel, cote I/V.

Lettre à sa femme du 13 juillet 1881

Conclusion de la lettre : « Au diable la fête nationale ! »

Lettre du 15 juillet 1881 :

« Hier, j’étais si excédé de la fête  nationale que je n’ai pas même eu la force de t’écrire. La vue de tous ces gens en liesse m’avait mis d’une mauvaise humeur indicible. Chaleur torride ; dans les rues, une foule qui s’amuse à regarder les drapeaux, des gens qui font partir des pétards entre les jambes des passants, des ivrognes qui demandent à verser un sang impur. De temps en temps, on voyait passer une fille en costume tricolore, et alors les étudiants applaudissaient au délire. Après avoir été obligé d’arpenter deux fois dans la journée le boulevard St Michel pour chercher ma subsistance, je me suis réfugié, le soir, au jardin et j’y ai trouvé Mme Bugeaud, avec qui j’ai un peu parlé politique. Mais ce n’a été qu’un moment de répit. Les voyous de la rue St Jacques, pour mieux s’amuser, avaient imaginé de faire un bal, non dans la salle que tu sais, sous nos fenêtres, mais bien dans la cour à côté, en plein air, et ils dansaient là aux accents mille fois maudits d’une trompette qui ne jouait pas en mesure. La trompette a joué toute la nuit, je crois ; quant à moi, je l’ai entendue jusqu’à 2 h. du matin, sans compter les pétards, les hurlements et autres manifestations de la joie nationale. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *