James Guillaume et la publication des procès-verbaux de la Commune de Paris (1911-1924)

Retranscription d’un article de James Guillaume publié dans La Bataille syndicaliste du mercredi 25 octobre 1911 (n° 182). L’exemplaire original est conservé à la Bibliothèque nationale de France et numérisé sur Gallica.

« Les procès-verbaux de la Commune. On les croyait détruits : c’est à tort

Connaissez-vous la bibliothèque de la Ville de Paris à l’hôtel Lepeletier de Saint-Fargeau, rue de Sévigné ? C’est là que je me suis rendu l’autre jour pour examiner le manuscrit original des procès-verbaux de la Commune de Paris de 1871.

J’avais entendu dire que ce manuscrit s’y trouvait déposé, et je désirais en vérifier l’authenticité par un examen attentif. Car, d’après un récit que m’avait fait Max Nettlau, le membre de la Commune Amouroux qui se trouvait au moment de l’irruption des Versaillais, chargé des papiers du secrétariat, les avait brûlés ; et, disait cette mauvaise langue de Vésinier (l’un des secrétaires de la Commune, de qui Nettlau tenait cette histoire), il avait rendu un fier service aux communards en détruisant un monceau d’inepties dont la divulgation eût considérablement nui à la mémoire des combattants de 1871.

Reçu par un obligeant et érudit bibliothécaire, M. Edmond Beaurepaire, je me fais apporter l’intéressant document. Les procès-verbaux vont du 28 mars au 19 mai inclusivement, et forment trois gros volumes, qui renferment, outre le compte rendu analytique des séances, le compte rendu sténographique à partir du moment où la Commune employa des sténographes.

Les comptes rendus sont écrits de la main de divers secrétaires-rédacteurs ; mais les membres de la Commune avaient l’habitude de relire et de corriger ce texte, et parmi les corrections faites par les intéressés, je reconnais des écritures qui me sont familières, celles de Varlin, de Lefrançois, de Malon, de Pindy, etc. Pas le moindre doute n’est possible : ce sont bien là les procès-verbaux que Vésinier croyait brûlés !

Ces procès-verbaux sont-ils inédits ? C’est la seconde question que je me pose. On sait que l’Officiel de la Commune publiait tous les jours un compte rendu des séances de l’assemblée de l’Hôtel de Ville. « Avez-vous, ici, l’Officiel ? » dis-je à M. Beaurepaire. On l’apporte ; je l’ouvre au numéro du 26 avril, et je prie le bibliothécaire d’y suivre des yeux le compte rendu de la séance du 25, pendant que je lis à haute voix, dans le second des trois volumes manuscrits, le procès-verbal de cette séance. Les deux textes sont identiques, mot pour mot. Nous répétons l’épreuve pour deux ou trois autres séances : même résultat. Les procès-verbaux ne sont plus inédits : ils sont imprimés à l’Officiel de la Commune.

Mais cette publication a-t-elle été intégrale ? Nous constatons que le procès-verbal manuscrit de la séance du 25 avril contient un long passage qui manque à l’Officiel : c’est le récit d’une altercation, à la porte de Neuilly, entre Rastoul et le colonel Henri, avec d’interminables commentaires et de puérils débats ; en marge du feuillet sur lequel commence la sténographie de cet épisode, on lit cette note au crayon rouge : L’incident Rastoul ne doit pas figurer. Nous remarquons, en divers autres endroits, plusieurs suppressions du même genre.

De la séance du 26 avril, l’Officiel ne donne pas de compte rendu, parce que, dit le journal, « la Commune s’était formée en comité secret« . Mais le procès-verbal manuscrit, lui, n’a-t-il pas gardé la trace de ce qui s’est dit dans le « Comité secret » ? Oui, tout est là ; les débats de la séance tenue à huis clos, où l’on a discuté sur le Comité central, remplissent plus de quatre-vingt feuillets. À diverses reprises nous remarquons à l’Officiel des lacunes de même nature; que comble le procès-verbal manuscrit.

« Mais comment, et à quelle date – demandai-je à M. Marcel Poête (sic), l’inspecteur des travaux historiques, qui survient comme j’achevais mon examen – les procès-verbaux de la Commune sont-ils entrés à la Bibliothèque de la Ville de Paris ? »

M. Poête m’explique que, pendant la bataille des rues dans les dernières semaines de mai, Amouroux chargea un de ses camarades, E. Mayer, d’aller chercher à l’Hôtel de Ville les papiers du secrétariat pour les mettre en sûreté. Mayer, muni d’un laisser-passer d’Amouroux, pénétra à l’Hôtel de Ville, emporta les papiers, et les cacha chez lui. C’est là qu’ils demeurèrent ignorés pendant plus de vingt ans; Après la mort d’Amouroux, Mayer, qui était devenu conseiller municipal de Paris, voulut donner ces papiers au Conseil dont il était membre ; mais le Conseil municipal refusa le cadeau qu’on voulait lui faire. Alors Mayer se décida, en 1894, à remettre le précieux dépôt entre les mains de Lucien Faucou, alors conservateur du Musée Carnavalet. Et, lorsque la Bibliothèque de la Ville de Paris fut séparée de ce Musée, en 1898, les procès-verbaux de la Commune prirent le chemin de l’hôtel Lepeletier de Saint-Fargeau.

Bien que les comptes rendus analytiques des séances de la Commune aient été publiés à l’Officiel, et qu’une réimpression de ce journal ait été faite en 1872, y aurait-il lieu de publier, aujourd’hui, dans leur intégralité, les procès-verbaux conservés à la Bibliothèque de la Ville, avec tous les passages supprimés et les comptes rendus des « Comités secrets » ?

La chose, pour moi, ne fait pas de doute. La publication d’un semblable document historique s’impose. Les documents de la Révolution française, si longtemps tenus sous le boisseau – actes relatifs à la convocation des États-Généraux, actes du Comité de Salut Public et correspondance des représentants en mission, procès-verbaux du Comité d’instruction publique, etc., – ont été imprimés ou sont en cours d’impression à l’Imprimerie Nationale. C’est grâce à cette publication, on le sait, qu’une impulsion considérable a été donnée à l’étude du grand mouvement révolutionnaire de la fin du dix-huitième siècle, et l’histoire de ce mouvement s’en est trouvée complètement renouvelée. La Commune de 1871, a été le principal épisode, jusqu’à présent, d’un autre mouvement qui ne le cède pas en importance à la Révolution de 1789-1799, et qui en est la continuation et l’achèvement : une édition critique des procès-verbaux de la Commune, faite également à l’Imprimerie Nationale, dans les mêmes conditions de sincérité et avec la même méthode objective, ne pourra manquer d’être réclamée et obtenue par les historiens.

Nous objectera-t-on que tout n’est pas également recommandable dans ce qu’ont fait et dit les élus du Paris insurgé de 1871 ? Que, si les hommes qui représentaient les revendications du prolétariat, les membres de l’Internationale, se montrèrent clairvoyants et parlèrent toujours le langage de la raison, il y eut, à côté d’eux, des ignorants et aussi des hommes politiques de la vieille école républicaine, de ceux qu’on appelait les Jacobins ? Qu’importe ! Avec ses fautes, avec ses lacunes, la Commune de 1871 reste un des grands événements, le plus grand sans doute, de l’histoire du dix-neuvième siècle ; et s’il est vrai que sa force et son originalité lui vinrent des idées élaborées au sein de l’Internationale, il faut, pour être juste, rendre hommage aussi, comme l’a fait Bakounine, au dévouement et à l’héroïsme de ceux des Jacobins qui se rallièrent à elle, – « ces Jacobins magnanimes, à la tête desquels se place naturellement Delescluze, une grande âme et un grand caractère ; ils ont prouvé leur sincérité en se faisant tuer pour la Commune : qui osera leur demande davantage ? »

James Guillaume »

 

Cet article fut reproduit intégralement dans la revue La Révolution française de son ami Aulard dans les notes de lectures du numéro du 14 novembre 1911,  témoignant ainsi de son intérêt historique (pages 459-462). Après le titre « Procès-verbaux de la Commune de Paris de 1871 », l’article est introduit par la phrase suivante « Dans la Bataille syndicaliste du 25 octobre 1911, M. J. Guillaume a publié l’intéressant article qu’on va lire » (p. 459). À la suite de la reproduction in extenso de l’article ci-dessus a été ajoutée la note suivante pour expliciter la citation de Bakounine qui conclut l’article :

« Préambule pour la seconde livraison de L’Empire knouto-germanique (juin 1871), dans les Œuvres de Michel Bakounine, t. IV, p. 256-257 (Paris, Stock, 1910). »

 

Un brouillon de lettre de James Guillaume conservé aux AEN sous la cote 57.16 du fonds James Guillaume (uniquement datée du 13 janvier malheureusement) apporte les informations suivantes sur les liens entre ce dernier et Alphonse Aulard avec l’édition des PV de la Commune de Paris :

« Vous êtes membre (comme moi-même aussi, d’ailleurs) d’une Commission de l’histoire de Paris dont j’ai oublié le nom exact – celle de laquelle j’ai obtenu le vote de la publication des Procès-verbaux de la Commune de Paris de 1871″.

Guillaume sollicite d’Aulard son soutien pour la publication d’un volume sur les « trois Procès de l’Internationale » dans « la collection des documents historiques que la commission publie. » D’après l’introduction de l’ouvrage « Karl Marx pangermaniste » (1915) qui est l’aboutissement de ce projet, l’introduction a été écrite entre juin et juillet 1914. Cela permettrait de dater la lettre de Guillaume de janvier 1915 car il fait référence à l’écriture de cette introduction dans sa lettre : « Il y a quelques mois, j’ai préparé une réimpression avec notes, des comptes-rendus sténographiques des trois Procès de l’Internationale […] ».

 

Malgré cette décision de publier les procès-verbaux, il fallut attendre 1924 pour que paraisse le premier volume des Procès-verbaux de la Commune de 1871 édité par Georges Bourgin, archiviste aux Archives nationales et Gabriel Henriot, archiviste-paléographe, conservateur de la Bibliothèque Forney chez Leroux (et non à l’Imprimerie nationale comme le souhaitait Guillaume). Le second volume ne parut qu’en 1945 chez Lahure cette fois-ci.

Ces deux volumes sont intégralement numérisés et téléchargeables sur le site Internet Fragments d’histoire de la gauche radicale. Ce qui est très précieux car l’ouvrage n’est présent ni sur Gallica, ni sur Archive.org.

L’ouvrage est édité en 1924 dans la collection « Bibliothèque de l’Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaines de la ville de Paris« , nom donné à l’actuelle Bibliothèque historique de la ville de Paris en février 1917 sous l’influence de Marcel Poëte ce dernier étant cité en 1911 par Guillaume comme étant « l’inspecteur des travaux historiques » (c’est-à-dire le directeur de la bibliothèque) qui lui relate l’entrée des manuscrits dans son fonds.

L’introduction de Bourgin et Henriot datée de 1924 apporte quelques éclairages sur l’histoire de cette édition des procès-verbaux par la publication de lettres reliées avec ces manuscrits et dont Poëte en avait déjà évoqué le contenu avec Guillaume.

Ainsi une lettre de Gustave Mayer du 7 mars 1894 indique l’envoi d’un « ballot contenant les procès-verbaux originaux de la Commune de Paris, 1871 » (p. 1). Ensuite une lettre du fils de M. Mayer en date du 11 juin 1911 concerne l’envoi de documents complémentaires :

« Après avoir fait remise du registre original des décrets de la Commune de Paris; document sauvé par mon père en 1871, et qu’il conserva en dépôt sur l’invitation d’Amouroux, secrétaire de la Commune; document qui, par conséquent, appartenait moralement à la Ville de Paris, je suis heureux de vous offrir d’autres pièces relatives à la Commune… » (p. 2).

La concordance des dates permet de déduire que ce nouvel envoi est à l’origine de l’intérêt de James Guillaume pour les procès-verbaux. D’ailleurs les deux éditeurs des font référence à l’article de La Bataille syndicaliste :

« L’existence de ces procès-verbaux était connue par diverses personnes, qui ignoraient d’ailleurs leur destinée. Certains les croyaient restés en la possession d’Amouroux ; d’autres affirmaient qu’ils avaient été détruits. Dans un article publié dans la Bataille syndicaliste (n° du 14 novembre 1911), M. James Guillaume s’exprime ainsi […] » (p. 3-4).

On notera ici une confusion entre l’article original et sa réédition dans La Révolution française, confusion qui réapparait plus loin dans l’introduction :

« On comprendra, dès lors, que l’idée de la présente publication ait été favorablement accueillie par la Commission des recherches sur l’histoire de la Révolution française et de l’époque contemporaine. Un des membres de cette Commission, M. James Guillaume, avait déjà, à la suite de l’examen du manuscrit, conclu en ces termes à la publication : […] ». Suit une autre citation de l’article de Guillaume avec une note renvoyant à sa réimpression dans La Révolution française suivie de la date correcte.

Note : Merci à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris pour m’avoir indiqué le lien Ccfr de la notice des procès-verbaux de la Commune. Ces manuscrits de 1871 ont été récemment déreliés, recatalogués et recotés par jour de séance (MS-RES-001 à MS-RES-089) et feront l’objet de la rédaction de notices plus précises.

Jean-Charles BUTTIER (25 juillet 2017)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *