La réception de l’hommage de « La vie ouvrière » par James Guillaume (février-mars 1914)

En 1914, Pierre Monatte a consacré un numéro spécial de la revue La vie Ouvrière pour rendre hommage à James Guillaume à l’occasion des 70 ans de celui-ci. Le fonds Pierre Monatte conservé par l’Institut français d’histoire sociale (IFHS) et hébergé par les Archives nationales de France contient deux lettres de James Guillaume à Monatte qui en éclaire la réception par le principal intéressé.

La première lettre est datée du 2 mars 1914 et est conservée sous la cote 14/AS/246/A1(29) . Après avoir relevé des fautes d’impression et des erreurs de dates et avoir proposé à Monatte un errata, Guillaume remercie Monatte en ces termes :

« Et maintenant, que je vous dise combien j’ai été touché du soin, du tact, et de la parfaite entente des choses, avec lesquels vous avez composé ce numéro, où votre nom ne parait que comme signature de gérant, et qui est votre œuvre. En me plaçant à un point de vue purement « objectif », à celui du critique désintéressé, je constate que vous avez très bien réussi à montrer les divers aspects de la figure qu’il s’agissait d’esquisser, et que vos lecteurs seront renseignés autant qu’on peut l’être. Seulement, mes amis, en écrivant ces pages, ont mis dans leurs appréciations, une bienveillance si excessive, qu’elle me couvre de confusion. Je dis cela plus particulièrement pour F. Buisson et L. Descaves , quant à Spichiger et à Kropotkine, s’ils ont parlé surtout en bons camarades et en vieux amis, ils m’ont, eux aussi, imputé à (sic) mérite des choses toutes simples, oubliant qu’eux-mêmes en ont fait bien d’autres, et celles-là vraiment peu communes et vraiment admirables. Notre amis Dubois a pris la peine d’étudier consciencieusement mes quelques volumes historiques, et il en a parlé avec une réelle compétence ; je lui suis très obligé d’avoir assumé la tâche d’écrire ce chapitre là, et d’avoir parlé, à la suite d’Aulard et de Buisson, de ma probité et de mon impartialité. L’ami Thierry me paraît avoir très heureusement réussi sa transposition de Brupbacher ; et quant à notre excellent Fritz, qui m’avait annoncé que son article était bien sec, je me demande comment il a pu m’écrire pareille chose : je le trouve au contraire lyrique en plus d’un endroit ; et c’est à cause de cette veine poétique à laquelle il s’est abandonné, que ses exagérations pourront lui être pardonnées.

La photographie, très bien reproduite, que j’avais fait faire pour ma fiancée, me représente non pas à vingt-deux ans comme vous l’avez cru, mais à vingt-cinq environ.

Et voilà. Soyez remercié encore, mon cher ami, quoique, comme dit Spichiger, vous avez « mis ma modestie à une cruelle épreuve ». A vos bon procédés, je répondrais, bien malgré moi, par un mauvais vouloir qui vous était pénible, – mais il ne venait pas d’un mauvais cœur, au contraire.

Une bien cordiale poignée de main, ainsi qu’à Madame Monatte. James Guillaume. »

Une lettre de James Guillaume à Fritz Brupbacher du 22 février 1914 (IIHS, Fritz Brupbacher papers, cote ARCH00118.244) éclaire ce « mauvais vouloir » dont il fait mention dans la lettre citée plus haut. Après avoir évoqué un diner surprise organisé par Monatte, Guillaume écrit la chose suivante :

« Il m’a révélé, depuis, qu’il y a encore autre chose en préparation, un numéro de la V.O. avec des contributions de vous et de Kropotkine (vous venez de me l’écrire), et aussi de Spichiger, de Descaves, de F. Buisson, que sais-je ? Et il s’est vanté qu’il avait obtenu de Gustave Jeanneret une photographie. – Tout cela est extrêmement gentil de leur part ; mais en même temps cela excite les autres – nos aimables adversaires – à redoubler d’injures  et de sarcasmes ; et on s’en apercevra sans doute la semaine prochaine. »

 

Le 6 mars, Guillaume envoie une nouvelle lettre à Monatte qui est conservée dans le même fonds de l’IFHS et par laquelle il indique que c’est sans doute sa sœur, Julie Guillaume, qui a fourni la photographie de 1868. Il en profite pour donner les précisions suivantes :

« A propos de la photo de 1868, un détail. Une dame, les femmes voient tout – s’est écriée, en voyant cette photographie et ayant lu d’abord l’article de Brupbacher : « Mais M. Guillaume a une alliance au doigt, et l’article Brupbacher dit qu’il s’est marié en 1868 ; la photo ne peut pas être de 1866« . La photo est de 1868, et mon mariage est du 14 octobre 1869 (lorsque déjà j’étais typographe à Neuchâtel). Mais comment se fait-il que, marié en 1869, j’avais déjà une alliance au doigt en 1868 ? C’est qu’en Suisse les alliances s’échangent non au mariage, mais aux fiançailles.

Je vous propose de publier dans le numéro du 5 mars un Errata. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *