Traces de la réception de « L’Abrégé du Capital » de Cafiero traduit par James Guillaume

Le numéro du Radical du 6 octobre 1910 fait une recension de l’Abrégé en louant son utilité :

Le journal La Croix du 5 novembre 1910 fait une rapide recension de l’Abrégé, non sans critiquer le caractère incompréhensible de l’ouvrage de Marx :

Dans Le Mercure de France, en date du 16 janvier 1911, Henri Mazel fait une recension critique et croisée de l’Abrégé et de l’édition des œuvres de Bakounine par Guillaume en relation avec les travaux de Georges Weill :

Dans La Nouvelle Revue (tome XIX, janvier-février 1911) est intégré un court compte-rendu en reprenant largement l’introduction de James Guillaume :

L’ouvrage paru chez Stock fut réédité en 1924 par le même éditeur ce qui lui valut un article dans le numéro de L’Humanité daté du 10 février 1924 qui pose la question de la vulgarisation et de son efficacité :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *