La dernière correspondance entre James Guillaume et Ferdinand Buisson (1916)

Cahier conservé aux Archives de l’État de Neuchâtel (AEN).

Les AEN possèdent différentes pièces d’archives qu’il est fructueux de croiser pour comprendre la relation entre James Guillaume et Ferdinand Buisson, les deux étant unis par des liens d’amitié ainsi que par des liens professionnels depuis la rédaction du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire.

Sous la cote 75 du fonds James Guillaume sont rassemblées des lettres envoyées par Ferdinand Buisson sans toutefois que celles-ci ne soient toujours datées ce qui complique leur analyse. La lettre cotée 75.3 fait ainsi référence au projet de départ de Guillaume pour Paris en mai 1878. Cette correspondance s’étend donc du printemps 1878 à l’automne 1916 (Guillaume meurt le 20 novembre 1916) mais ne compte que 29 pièces.

Nous nous intéresserons ici aux lettres les plus tardives qui furent adressées à Guillaume lors de son hospitalisation à Préfargier. En l’absence de dates (de la main de Buisson), il faut analyser les cachets postaux d’une part, et la numérotation portée sur son courrier par Guillaume à partir d’avril 1916 d’autre part et enfin des références à ces lettres dans la correspondance de Guillaume. Cette correspondance représente 12 lettres écrites entre avril et septembre 1916.

À partir du 15 avril 1916, et ce jusqu’à sa mort, James Guillaume recopie dans des cahiers bleus les lettres qu’il envoie à ses correspondant.e.s. Ces cahiers sont conservés dans le Fonds de la Famille Georges-Édouard Guillaume des AEN sous la cote I/7. Ces 21 cahiers comportent des tables qui permettent de retrouver la trace des lettres envoyées par Guillaume à Buisson. Parmi les 200 lettres environ qu’il a recopiées dans ces cahiers, 14 furent adressées à son ami entre le 21 avril 1916 (lettre numéro 8 de ces cahiers) jusqu’à son dernier courrier daté du 30 octobre (lettre numéro 199).

Cette correspondance mérite d’être analysée car les originaux de Guillaume n’ont pas été conservés alors que dans ces derniers mois de sa vie, ses échanges avec son vieil ami permet d’éclairer son rapport à la religion, à la maladie, à la guerre, à la mort mais aussi à un passé commun qui remonte à la fin des années 1860.

 

La toute première lettre de Buisson est écrite sur un papier à en-tête du Manuel général de l’instruction primaire datée par Buisson du vendredi 26 avril 1916 (fait suffisamment rare pour le noter). Un document dactylographié coté 75.12 est aussi numéroté « 141 (annexe) » de la main de Guillaume. Cette longue lettre est liée au fait que dans les derniers mois de sa vie, James Guillaume a mené un travail de traduction pour son ami. Il s’agit en fait d’une réponse à la lettre que James Guillaume a envoyée le 21 avril 1916 (numérotée 8 dans ses cahiers de copies de lettres). Il écrit pour lui faire part de ses commentaires sur la conférence de Buisson à l’université de Neuchâtel qui fut publiée en 1916 sous le titre suivant : Souvenirs (1866-1916) :

« Cher ami, j’ai fait acheter votre conférence faite à l’Aula de l’Université de Neuchâtel le 10 janvier dernier ; ma sœur me l’a apportée hier, et je l’ai lue avec beaucoup d’intérêt, car ces Souvenirs d’il y a 50 ans (presque), je les ais vécus, moi aussi, et j’en ai consigné quelques-uns au tome Ier de mon livre, L’Internationale. Documents et Souvenirs. Ce n’est pas sans quelque étonnement que je vous vois présenté au public de Neuchâtel par un pasteur ; et que je vois ce pasteur facétieux vous dire que « si vous étiez venus à Neuchâtel trois siècles plus tôt, vous eussiez peut-être subi le sort de Michel Servet à genève? »

Guillaume fait ensuite référence à la venue de Buisson au Locle le 16 décembre 1868 et c’est l’occasion pour Guillaume de revenir sur ses divergences avec Ferdinand Buisson lorsque celui-ci publia son Manifeste du christianisme libéral (février 1869). Guillaume rappelle son opposition à la constitution de ce courant en Église :

« Ici nos voies se sont séparées. A l’occasion d’une conférence faite au Locle, au Cercle international, par Bakounine, le 21 février, j’écrivais dans le n°6 du Progrès (1er mars) : « Que les hommes qui ont inauguré le mouvement qu’on baptise du nom de christianisme libéral y réfléchissent… S’ils veulent être entendus des ouvriers, qu’ils laissent là leur tisane chrétienne : pour les hommes, il faut du vin pur. » Je reconnais (et je l’ai dit dans mon livre), que tisane chrétienne manquait de courtoisie. »

Concluant cette discussion sur le projet de Buisson de fonder une Église du christianisme libéral, il remet en cause l’affirmation par le premier d’une parenté entre « la piété catholique, la foi en l’idéal social, le simple culte de la patrie, l’amour de dieu, l’amour de l’humanité, la foi en la vie future, la foi dans la loi du progrès », Guillaume parlant de « syncrétisme terriblement abscons et contradictoire ».

Voici le passage de la conférence de Buisson qui a fait réagir Guillaume (p. 36) :

« L’union sacrée, c’est l’union sous un principe sacré. Ce principe, tous consentiront à l’appeler d’un nom commun : le devoir. Mais ce n’est pas à dire que tous l’entendent et le définissent de même. Chacun, l’honore à sa manière, chacun en donne l’explication qui répond à ses croyances. Tous savent vivre et, au besoin, mourir en héros : l’un puise sa force dans ses pratiques cultuelles, celles par exemple de la piété catholique, l’autre dans sa foi à un idéal social, un autre dans le simple culte de la patrie, celui-ci dans l’amour de Dieu, celui-là, dans l’amour de l’humanité, tel dans la foi à la vie future, tel dans la loi du progrès. Mais notons le propre de l’union sacrée, telle que nous la montre depuis dix-huit mois « l’admirable amitié des tranchées. » C’est que tous les croyants n’hésitent ni à manifester librement leur croyance, ni à respecter celle d’autrui. »

Réfutant la parenté entre ces différentes manifestations de la croyance, Guillaume fait aussi la liste de tous les les libre-penseurs qui l’entourent, notamment sa fille, ses sœurs, etc. Il conclut enfin sa longue lettre par une description de son état :

« Pardonnez-moi de vous avoir écrit si longuement. Ma tête malade cherche une occupation, une distraction : noircir du papier est celle qui me convient le moins mal, – car la lecture ne me dit rien, elle ne suffit pas à fixer mes idées, elle ne m’intéresse pas. »

Ferdinand Buisson lui répondit donc 5 jours plus tard par une lettre de 4 pages, alors que ses courriers et cartes postales seront ensuite plus laconiques. Il fait explicitement référence à la posture intellectuelle de Guillaume non sans une certaine ironie :

« Et je vois que vous avez appliqué à ce papier d’antiquité vos habitudes de précision et d’exactitude, érudition prodiguée pour bien de peu chose, mais n’importe, les érudits et les hommes de précision trouvent du plaisir à retrouver dates, choses, noms, faits avec une sorte de rigueur historique qui leur fait oublier même l’insignifiance du prétexte. »

Il nuance ensuite l’opposition entre leurs conceptions quant au sacré tout en insistant sur la parenté de leurs vues :

« Ce sont deux méthodes, non pas deux doctrines qui nous séparent. Vous êtes un pur intellectualiste, un pur cerveau à qui la raison et le raisonnement donnent pleine satisfaction, [illisible] moi pas. »

Dans sa conclusion, Ferdinand Buisson évoque un travail qu’il souhaite confier à Guillaume car « vous me dites que vous aimez à noircir du papier comme distraction. » Il lui propose de lire la lettre dactylographiée envoyée aux universités américaines le 20 octobre 1915 au sujet d’un recueil franco-américain de textes pédagogiques :

« Si par hasard, vous aviez la patience de faire quelques bouts de traduction, soit traduire du Pécaut ou du Gréard en anglais (américain) soit plutôt traduire qqs pages de Stanley Hall, Eliot, John Dewey, [illisible] Thorndike en français, je me ferais un grand plaisir de vous en fournir. »

Guillaume lui répond par une lettre du 1er mai 1916 :

« Cher ami, l’amicale proposition de votre lettre du 26 avril me touche. Mais je ne crois pas que les traductions que je tenterais de faire puissent vous être de quelque utilité ! A moi, elles procureront cet avantage de donne une tâche à ma plume, et de m’aider ainsi à passer les interminables journées. Mais mes traductions de l’américain seront trop imparfaites ; outre les fautes provenant de mon état mental, qui s’aggrave de semaine en semaine, le fait que je n’ai pas de dictionnaire anglais à ma disposition me mettra dans l’impossibilité de trouver la signification des vocables qui seront nouveaux pour moi, – et il y en aura certainement. »

Malgré ces réticences, Guillaume propose à Ferdinand Buisson de lui envoyer des textes pour qu’il s’essaie à ces traductions. Il s’agit là de son dernier travail intellectuel sur lequel il s’affaira pendant les 6 derniers mois de sa vie et qui va donc revenir régulièrement dans leur correspondance.

Il revient enfin sur le fait que Buisson juge les « débats philosophiques » comme des « batailles de mots » en opposant matérialistes et spiritualistes :

« Mais il y a entre les spiritualistes et les matérialistes un débat qui n’est pas de pur verbiage. Les premiers disent : « L’homme est immortel, la mort ne détruit pas sa personnalité. » Les matérialistes disent : « l’homme n’est pas immortel, la mort détruit la personnalité. » Il faut choisir. »

La lettre de Buisson numérotée 149 n’est pas datée mais Guillaume a ajouté à la main [Paris ; arrivée le mardi 9 mai 1916]. Buisson y félicite son ami pour la traduction de sa circulaire dactylographiée et annonce lui envoyer des textes américains. Surtout, il rassure Guillaume sur son état de santé :

« Passer outre aussi aux difficultés que vous signalez comme résultant de votre état de santé. Vous êtes frappé de ce qui vous fait défaut, il y en a tant d’autres à qui il manque bien davantage et qui ne s’en aperçoivent pas. Vous mesurez le progrès du mal, sont ils moins ou plus à plaindre ceux qui se croient toujours en parfait état ? »

Par une lettre du 29 mai, Guillaume annonce qu’il a fini la traduction de 4 autres textes qui seront envoyés à Buisson (mention au crayon : « F.B. a accusé réception le 3 juin par carte ») et revient surtout sur la description de sa maladie :

« Ma situation est bien étrange. Je suis atteint d’une maladie très caractérisée, qui ne pardonne pas, et qui doit s’aggraver progressivement. Et en effet, depuis le moment où vous m’avez écrit votre avant-dernière lettre, non datée, mais arrivée ici le 9 mai, mon état s’est aggravé, je le sens ; cette aggravation, pour être peu apparente aux yeux inexpérimentés, n’en est pas moins évidente pour moi, le malade. Et dans cette situation, je continue à m’occuper d’un travail intellectuel et littéraire, comme si j’étais dans mon état normal. Que faire ? Continuer, jusqu’au moment où décidément, je ne pourrai plus, et où tout le monde, vous comme les autres, vous me direz : la maladie l’emporte, vous êtes vaincu, posez la plume. Je ne puis prévoir combien de temps durera encore cette lutte entre les dernières lueurs de mon cerveau et le mal qui étreint mes facultés physiques et intellectuelles. Je vous sers affectueusement la main. »

Par une carte portant un cachet postal daté du 2 juin 1916 (numéroté 171), Buisson lui répond et lui manifeste sa satisfaction : « Quelles pages excellentes ! Et comme je vous suis reconnaissant. » Guillaume lui répond le 3 juin en mentionnant la traduction de l’article de Fréderick James Gould « Educational Ties Between France and the British Empire » pour L’Union morale. Il s’agissait de l’organe de la Ligue française d’éducation morale publié chez Hachette. Le 13 juin, Guillaume envoie à Buisson sa dernière traduction et fait la liste des 8 documents qu’il a traduits pour son ami.

Par une carte postale portant un cachet de la poste du 20 juin 1916 et numérotée 186, Ferdinand Buisson se plaint à son tour du déclin de ses facultés de travail :

« C’est moi, bien plus peut-être que vous, qui devrais noter les lacunes ou les trous de mémoire et la triste baisse de mes facultés de travail. Mais à quoi bon ? On fait ce qu’on peut. »

Ici s’intercale dans la correspondance une carte non datée et non numérotée par Guillaume (cote 75.2 du fonds James Guillaume des AEN) :

Guillaume répond à cette carte par une lettre du 26 juin 1916. Il indique à Buisson qu’il ne connaît pas la thèse mentionnée sur Buisson sur Lakanal mais lui rappelle qu’il a rendu visite à la dernière femme du révolutionnaire en 1880. Il évoque aussi la nomination de Lucien Herr au poste de directeur du Musée pédagogique  :

 » Lucien Herr comme directeur du Musée pédagogique, c’est le meilleur choix que l’on peut faire. – Je n’ai pas oublié que c’est à lui que je dois d’avoir pu publier mes Documents et Souvenirs sur l’Internationale. Après avoir lu mon manuscrit, il me dit : « Il faut absolument imprimer ça. » Quant à moi, je ne savais pas du tout si ce que j’écrivais aurait de l’intérêt pour le public. »

Une carte postale (avec photographie de Leysin) porte une mention manuscrite de Guillaume : « [Leysin] arrivée le 6 juillet 1916, n°195. » Par cette carte, Buisson renseigne Guillaume sur la date de la première célébration de la fête nationale alors que celui-ci rédige ses « Annales » qui lui permettent d’organiser ses souvenirs.

Par une lettre du 11 août, James Guillaume informe son ami de sa santé :

« Vous me demandez de mes nouvelles ? Que puis-je vous dire ? Je suis atteint d’un mal sans remède, dont la marche progressive se fait sentir à moi de semaine en semaine. Bientôt, sans doute, je ne pourrai plus écrire du tout. »

Il informe aussi Buisson de l’état de santé déclinant de sa fille (qui décède en 1918). C’est aussi l’occasion pour lui de donner son impression sur la guerre en cours :

« Je lis tous les jours trois journaux suisses et un journal de Paris, pour me tenir au courant de la situation de la France et de l’Europe. Les nouvelles sont toujours désolantes : on se bat dans les airs, sous l’eau, dans les tranchées, sans que toutes ces horreurs laissent entrevoir l’avènement d’un régime de liberté, de fraternité ou de paix. Et au milieu de tout cela, il y a une foule de gens qui vivent tranquilles, loin des tueries, sans penser à la guerre, et qui villégiaturent insouciants. »

Justement, par une carte du 28 août suivant, Buisson annonce à son ami le décès de son petit-fils :

« J’ai la douleur de vous apprendre que mon petit fils Jean Roger, médecin auxiliaire, pas encore 21 ans, a été tué devant Verdun dans un de ces furieux combats le 21 juin d’un éclat d’obus après avoir fait son devoir et plus, avec une intrépidité dont le capitaine, témoin de sa conduite pendant ces heures inouïes, porte témoignage en termes émouvants. Devant ces hécatombes de jeunes, des meilleurs des jeunes, comment ne pas frémir, cher ami ? »

James Guillaume lui répond le jour même en ces termes :

« Mon cher ami, quel affreux malheur pour vous, et pour cette pauvre mère ! Je vois encore ce mignon petit garçon ; j’ai peine à me le représenter homme, et surtout sur un champ de bataille. Cette génération qui, dans la fleur de son printemps, s’est levée pour défendre la France et la République, et fait sans hésiter le sacrifice de sa vie, est admirable ; c’est l’esprit des volontaires de 1792. Mais, en même temps, c’est navrant de penser que tous nos espoirs d’un meilleur avenir, d’une civilisation humaine et pacifique, ont abouti là ! Je transmets à Émilie, qui va avoir bien du chagrin. Votre fille et la mienne sont nées à un mois de distance, à Neuchâtel, pendant que vous étiez dans Paris assiégé ; nous ne pouvions pas penser alors que l’Europe était destinée à voir, au 20e siècle, quelque chose de plus tragique que la guerre de 1870. »

Il écrit d’ailleurs le jour même à sa fille Émilie pour l’en informer :

« Ma chère Émilie, je te transmets une carte de M. Buisson, annonçant une triste nouvelle : la mort de Jean Roger, tué il y a déjà quelques semaines, dans un combat devant Verdun. Je viens de répondre à M. Buisson et tu vas sans doute écrire à Cécile. »

Voici la dernière lettre de Guillaume à Buisson (d’après les copies qu’il a faites dans ses cahiers) numérotée 199 et datée du 30 octobre 1916, moins d’un moins avant son décès :

Guillaume annonce à son ami qu’il ne peut plus travailler à la traduction des textes américains et c’est sans doute la raison qui explique que la partie américaine de ce recueil n’a pas paru.

Il est possible que la correspondance ait continué car dans une carte de condoléances adressée à Émilie Guillaume, Buisson évoque une lettre reçue quelques jours auparavant alors que les cahiers s’arrêtent au 15 novembre (lettre 206) sans qu’ils ne comportent d’autres lettres adressées à Buisson.

Document conservé aux AEN dans le fonds James Guillaume, cote 29.28.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *