Lettre de James Guillaume à Gustave Jeanneret, datée du 4 octobre 1916

Dernière lettre de James Guillaume retrouvée dans les papiers de son ami Gustave Jeanneret (Fonds Gustave Jeanneret de la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel). Ce texte fait partie d’un ensemble de 86 lettres écrites par Guillaume entre 1871 et 1916 (cote 35, personnalités diverses GN-GZ).

« Préfargier, mercredi 4 octobre 1916

Mon cher Gustave, Ta lettre d’avant-hier m’a été remise au moment où Pindy et Descaves, après une visite d’environ deux heures, prenaient congé de moi ; j’ai donc pu encore leur en donner connaissance. Nous avons vivement regretté d’apprendre que tu avais été malade, et que tu étais encore trop peu bien pour pouvoir faire le trajet de Cressier à Préfargier.

Ni l’un ni l’autre n’avait le temps d’aller à Cresssier. Pindy devait remonter à La Chaux-de-Fonds ; Descaves allait coucher à Neuchâtel, pour se rendre le lendemain à Zürich afin d’y faire la connaissance de Brupbacher. De là, je ne sais pas où il ira, je ne lui ai pas demandé.

Je ne sais pas si je t’ai dit que le fils aîné de Descaves a été blessé le 23 août, dans la Somme ; il est dans un hôpital à Paris, avec deux doigts amputés au pied gauche et le pouce de la main droite fortement endommagé ! C’est Pindy qui m’a écrit cela il y a quelque temps.

Bonnes amitiés à toute la maisonnée. – Affectueusement à toi.

James Guillaume

Je viens d’avoir l’a visite de ma sœur Julie et de ma belle-sœur Léopoldine. Elles m’ont appris que la petite Jeanne est repartie pour Edimbourg avec sa tante Aline la semaine passée, et qu’elles viennent d’arriver à destination après avoir une traversée de la Manche agrémentée d’un raid de zeppelins. Mais elle est très crâne, la petite Jeanne, elle n’a pas peur des Allemands. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *