La correspondance entre James Guillaume et Pierre Monatte (1907-1916)

James Guillaume et Pierre Monatte (1881-1960) ont correspondu dans le cadre de leur collaboration lors de la publication deux périodiques : La Vie ouvrière et La Bataille syndicaliste. James Guillaume a soutenu financièrement la création de La Vie ouvrière et faisait partie du « noyau » de ses principaux collaborateurs.

Les lettres envoyées par Pierre Monatte à James Guillaume sont conservées sous la cote 65 du fonds James Guillaume des Archives de l’État de Neuchâtel (AEN). Celles envoyées par Guillaume sont présentes dans le fonds Pierre Monatte de l’Institut français d’histoire sociale (IFHS) ; les dossiers James Guillaume sont rassemblés sous la cote 14 AS 246(a). Ce sont au total 241 lettres de James Guillaume qui sont encore présentes dans les papiers de Pierre Monatte.

La première lettre de Guillaume repérée date du 22 décembre 1907 et fait référence au journal L’Action directe. D’après le site « Bianco. Cent ans de presse anarchiste« , le premier numéro de cet hebdomadaire date du 15 janvier 1908, le 32ème et dernier datant du 3 octobre 1908. La fiche « Pierre Monatte » du Maitron des anarchistes  désigne cette publication comme « l’organe officieux du syndicalisme révolutionnaire. » Le « Bianco » insiste pour sa part sur l’importance des informations internationales présentes dans ce périodique ainsi que sur les polémiques qui s’y développent. La fiche cite en particulier l’exemple d’une controverse entre Paul Lafargue, Émile Pouget et James Guillaume qui s’étendit du numéro 4 au numéro 7.

Une chemise contient 44 lettres de James Guillaume à Pierre Monatte en lien avec La Vie ouvrière entre le 30 septembre 1913 et le 10 juillet 1914, en sachant que le dernier numéro de la première série (le 116) est daté du 20 juillet 1914. Dans ses lettres, Guillaume mentionne de très nombreuses traductions, en particulier de lettres envoyées par des correspondant.e.s à la rédaction de La Vie ouvrière. C’était par exemple le cas de Fritz Brupbacher.

De très nombreuses lettres, disséminés dans les deux dossiers « James Guillaume », concernent sa participation à la rédaction de La Bataille syndicaliste (1911-1915), organe officieux de la C.G.T comme l’indique le « Bianco« .

En comparaison de ce nombre élevé de lettres de Guillaume conservées, il y a peu de pièces de correspondance de la main de Monatte dans le fonds James Guillaume des AEN.

La cote 65 est consacrée à Monatte et à La Vie ouvrière. Elle ne comporte que deux lettres à en-tête de la revue, respectivement datées du 12 novembre 1914 et du 15 janvier 1915. Les deux cartes postales conservées sont datées respectivement du 20 novembre 1914 et du 5 octobre 1914. La cote 83 contient 14 pièces de 1915-1916 toutes liées à La Bataille syndicaliste.

Au total, il existe un décalage très net entre le nombre de lettres de Guillaume qui sont conservées à l’IFHS et la correspondance de Monatte qui n’a été que très partiellement conservée. Compte-tenu des désaccords entre les deux hommes au moment de l’Union sacrée, une des explications possibles serait que la correspondance antérieure à 1914 a été brûlée par Guillaume juste avant son hospitalisation en Suisse comme l’a raconté Marie Goldsmith à Max Nettlau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *