Le numéro hommage de « La Vie ouvrière » pour les 70 ans de James Guillaume

vo106-couvertureJe remercie Marianne Enckell pour avoir autorisé la mise en ligne de la version numérisée par le CIRA du numéro 106 de La Vie Ouvrière daté du 20 février 1914.

Suivre ce lien pour télécharger l’intégralité du volume : vo-106_guillaume

François Aurigny a produit une version numérique de ce volume à partir de l’exemplaire numérisé par le CIRA et a accepté sa mise en ligne sur le carnet. Qu’il en soit remercié aussi.

Suivre ce lien pour télécharger cette version numérique qui permet une recherche en plein texte : VieOuvriere70ansGuillaumeVersionComplete

Le dépouillement d’une autre revue de Pierre Monatte, La Révolution prolétarienne, permet d’avoir le témoignage de ce dernier sur le lancement de La Vie Ouvrière. Les volumes de 1925 à 1939 sont disponibles sur Gallica, ceux postérieurs à 1947 sont en ligne sur le site Internet « Fragments d’histoire de la gauche radicale« .

Dans La Révolution prolétarienne (n°145 nouvelle série de janvier 1960) Pierre Monatte poursuit son récit de la fondation de La Vie Ouvrière qu’il avait commencé dans les numéros précédents (p.9)  :

 » C’était le moment où Lucien Descaves publiait son Philémon, vieux de la vieille, qui nous permettait de mieux entrer dans la pensée et dans la vie journalière de nos anciens de l’Internationale et de la Commune. Il y avait longtemps que Descaves avait les clefs de la vieille maison. En décembre 1903, j’avais découpé dans Le Journal et mis précieusement de côté un article où, à propos d’un réveillon à l’université populaire du XIVe, il avait esquissé la figure de James Guillaume. Il ne fut pas peu surpris quand je lui demandai dix ans plus tard l’autorisation de le reproduire dans notre numéro consacré aux 70 ans de James Guillaume (La Vie ouvrière du 20 février 1914). Brupbacher avait écrit l’article d’introduction à ce numéro. Je ne pouvais décemment en demander la traduction à notre traducteur habituel d’allemand, justement le père Guillaume, je m’étais retourné vers Albert Thierry, enchanté de notre idée et qui avait tenu à glisser dans le texte de Brupbacher, avec sa permission, bien sûr, quelques idées personnelles. Un numéro, avec des lettres de Descaves, de Kropotkine, de Ferdinand Buisson, de Spichiger, l’un des derniers survivants de la Jurassienne ; avec une grande étude de Maurice Dubois montrant des côtés trop ignorés de Guillaume, l’historien de la Révolution française, l’auteur du Dictionnaire de pédagogie de 1887. »

Dans sa préface du recueil de textes de Fritz Brupbacher, Socialisme et liberté  (Neuchâtel, La Baconnière, 1955) Pierre Monatte indique que c’est à l’initiative de Brupbacher que fut édité ce numéro pour les 70 ans de James Guillaume.

Lucien Descaves est intervenu auprès de Ferdinand Buisson pour permettre la publication de ce numéro hommage si l’on en croit une carte adressée à la sœur de Guillaume en février 1914 (Fonds James Guillaume des AEN, cote 76.3).

cimg6151

Le fonds Monatte de l’Institut Français d’Histoire Sociale (cote 14-AS-246 des Archives Nationales de France) permet d’éclairer la réalisation de ce numéro. Ainsi, le dossier James Guillaume I (Fonds Monatte, cote 14-AS-246(a)) comporte une chemise intitulée « extraits de presse ». Celle-ci contient l’article original de Maxime Leroy paru le 10 septembre 1912 dans La Grande revue du 10 septembre 1912 comme est indiqué dans le numéro 106 de La Vie Ouvrière. Les corrections sont intéressantes puisque le titre original « A propos de Bakounine » a été remplacé par « Survivant de la Jurassienne ». Les noms de Cafiéro et Schwitzguébel qui avaient été mal orthographiés sont corrigés à la main.

Une chemise contenant des lettres de Guillaume à Monatte contient aussi une carte de Ferdinand Buisson à en-tête de la chambre des députés par laquelle il annonce qu’il a envoyé la page qui lui était demandée sur James Guillaume.

Une autre chemise contient la correspondance et les notes de Monatte en prévision de la publication du numéro hommage de La Vie Ouvrière. On y trouve ainsi la lettre originale de Ferdinand Buisson intitulée « James Guillaume pédagogue » par laquelle il qualifie son ami de « grand et modeste éducateurs des éducateurs français. » Parmi les quelques corrections, la plus intéressante est la suivante :

« C’est en livrant à cette sorte d’apostolat de l’éducateur laïque scientifique, en recherchant les origines du mouvements d’émancipation laïque en France que James Guillaume fut conduit à l’étude approfondie des documents originaux de l’histoire scolaire de la Révolution » (p. 213 du numéro 106 de La Vie Ouvrière.

Ce dossier contient aussi les originaux des lettres de Lucien Descaves « L’exemple de la fidélité » et de Pierre Kropotkine intitulée « Un souvenir ». On y trouve aussi une carte et une lettre d’Auguste Spichiger mais pas le manuscrit de celle qui fut publiée dans La Vie Ouvrière.

Voici la reproduction de la lettre de Spichiger du 6 février 1914 (le numéro est daté du 20 février !) :

« Mon cher Monatte ! Déférant à votre désir j’ai commencé un article sur J. Guillaume, mais je ne sais pas si j’arriverai à le terminer à temps ; attendu que je suis éreinté, malade et que par surcroit je viens de perdre le peu de travail que j’avais réussi à me conserver. Comme je n’ai que ce que je puis gagner pour vivre, force m’est de courir le pays pour trouver du turbin. Puisque que vous avez résolu de célébrer le 70me anniversaire de notre ami commun, il me serait fort agréable d’y consacrer quelques souvenirs, si le temps était plus long, j’arriverai certainement à pouvoir écrire les 15 ou 18 pages que vous me demandez. »

Spichiger envoie une lettre le 10 février suivant à laquelle il joint son article :

« Mon cher Monatte ! Je vous adresse ci joint l’article désiré de moi ; je me demande comment vous le jugerez, mais l’ayant achevé hier à la hâte au cours de mes souvenirs il n’est pas ce qu’il aurait pu être si j’avais eu plus de temps pour y réfléchir avec l’aide de quelques documents. Enfin j’ai fait mon possible, or comme je pense que vous ne m’en demandiez pas davantage ma conscience est soulagée. »

 

L’article de Spichiger fait un peu plus de 5 pages mais a entraîné de nombreuses corrections de la part de Guillaume qui a inséré une feuille entière de remarques dans l’un de ses exemplaires conservés aujourd’hui aux AEN.

cimg3291Feuille de corrections de la main de James Guillaume dans l’un des trois exemplaires de La Vie Ouvrière conservés sous la cote 73.2 du fonds James Guillaume des AEN (tous sont annotés).

 

L’original du long article de Fritz Brupbacher traduit par Albert Thierry est aussi présent dans ce dossier.

L’article original de Lucien Descaves intitulé « Réveillon populaire » est paru le 27 décembre 1903 dans Le Journal (numérisé sur Gallica).

Une carte écrite par James Guillaume et conservée dans le Fonds Gustave Jeanneret de La Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (cote 35) évoque le fait que c’est Gustave Jeanneret qui est à l’origine du portrait qui orne le numéro de La Vie Ouvrière. Un tirage grand format de ce portait de 1913 est d’ailleurs conservé dans le Fonds Georges-Émile Guillaume des AEN :

« Paris, 11 mars 1914. 164, boulevard Montparnasse, 14e. Mon cher Gustave, une lettre de ma sœur Julie m’apprend qu’on ne lui avait pas envoyé d’exemplaire du numéro de la Vie Ouvrière qui contient la photographie communiquée par toi, et une autre photographie (jeune) communiquée par elle. Le même oubli a peut-être été commis en ce qui te concerne. Si tu n’as rien reçu, veuille m’en prévenir et je ferai réparer l’omission. Mes bonnes amitiés à toi et à tous les tiens. Ton vieil ami. James Guillaume. »

C’est donc Julie Guillaume qui a communiqué le portrait de son frère à 22 ans. Un tirage, peut-être l’original, est conservé au Cedias-musée social dans le fonds Colette Chambelland avec la légende suivante : « Portrait de James Guillaume (1844-1916) à 22 ans, professeur au Collège du Locle ».

Le dossier James Guillaume II de l’IFHS (Fonds Monatte, cote 14-AS-246(a)) contient une carte de Julie Guillaume datée du 23 mars 1914 par laquelle elle remercie Monatte de l’envoi de divers exemplaires du numéro hommage pour les 70 ans de son frère. L’oubli mentionné dans la carte envoyée à Gustave Jeanneret est alors réparé :

« Monsieur. Je vous remercie beaucoup de votre si aimable envoi qui m’a permis d’envoyer un numéro de la « Vie Ouvrière » à tous les membres de la famille qui ont tous été bien touchés de cette grande marque d’affection et d’estime pour notre cher frère. Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments bien cordiaux. Julie Guillaume. »

 

Deux ans après le numéro hommage, James Guillaume consigne dans ses « Annales » cette parution. Il s’agit de deux cahiers conservés aux AEN (Fonds de la famille Georges-Emile Guillaume, cote I/8) sur lesquels il note les événements importants. Voici ce que l’on peut trouver dans la page consacrée à 1914 :

« En février, sur l’initiative de Monatte, mon 70e anniversaire est célébré par un numéro de la Vie ouvrière (n°106) et par un dîner amical d’amis et d’amies dans un restaurant de la rue St-Laurent, 10e arrondissement. »

 

Une lettre de James Guillaume à Fritz Brupbacher du 22 février 1914 (IIHS, Fritz Brupbacher papers, cote ARCH00118.244) éclaire quelque peu ce « dîner amical » et permet aussi d’avoir le sentiment du principal intéressé sur l’hommage qui lui fut rendu :

« Lundi soir, je suis allé à ce que Monatte avait appelé le dîner Merrheim. Le petit complot qui avait été formé (que de peine on s’est donnée pour me laisser dans l’ignorance jusqu’au dernier moment !) m’a fait voir les bons sentiments de tous ces braves garçons, et j’ai été vivement touché ; je regrette surtout d’avoir, sans le faire exprès, donné tant de fil à retordre au bon Pierre M., en contrariant à chaque instant ses plans, et en l’obligeant à des ruses d’apache. – Il m’a révélé, depuis, qu’il y a encore autre chose en préparation, un numéro de la V.O. avec des contributions de vous et de Kropotkine (vous venez de me l’écrire), et aussi de Spichiger, de Descaves, de F. Buisson, que sais-je ? Et il s’est vanté qu’il avait obtenu de Gustave Jeanneret une photographie. – Tout cela est extrêmement gentil de leur part ; mais en même temps cela excite les autres – nos aimables adversaires – à redoubler d’injures  et de sarcasmes ; et on s’en apercevra sans doute la semaine prochaine. »

Malgré ces critiques, il écrit le 5 mars à Brupbacher pour lui parler de la diffusion du numéro 106 de La Vie Ouvrière :

« Monatte m’a envoyé hier par sa femme quelques exemplaires du numéro de la Vie. Mais il a négligé de me dire à qui il a envoyé des exemplaires, chose dont j’aurais eu besoin de savoir pour éviter que mes envois ne risquent de faire double emploi. Pensez-vous que je ferais bien d’envoyer un exemplaire à Hedwig ? sans doute elle n’en a pas, et je pense qu’elle serait curieuse de voir la prose de son frère. – Je n’ai pas l’adresse de Lydia, et si je l’avais, j’hésiterais à lui envoyer un numéro, ne sachant pas si ce numéro ne serait pas saisi à la poste, et si par conséquent Lydia ne serait pas compromise. Que pensez-vous que je doive faire ? – J’ai expédié un numéro à Cohn, en guise de carte de visite. »

 

Note : Je tiens à remercier Marie-Geneviève Dezès, secrétaire générale de l’Institut français d’histoire sociale pour son aide précieuse en prévision de la consultation du fonds Monatte de l’IFHS. Jean-Charles BUTTIER

 


3 réflexions au sujet de « Le numéro hommage de « La Vie ouvrière » pour les 70 ans de James Guillaume »

  1. Ping : La réception de l’hommage de « La vie ouvrière » par James Guillaume (février-mars 1914) | James Guillaume

  2. Ping : James Guillaume, auteur majeur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire | James Guillaume

  3. Ping : La correspondance entre James Guillaume et Pierre Monatte (1907-1916) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *