James Guillaume, traducteur pour Ferdinand Buisson

capture-decran-2017-01-22-a-13-23-01Page de titre du volume numérisé sur Archive.org. La dernière page de la préface qui suit provient du même ouvrage.

capture-decran-2017-01-22-a-13-20-39Cette publication de 1879 permet d’expliquer le départ précipité de James Guillaume pour Paris le 1er mai 1878 à l’appel de Ferdinand Buisson. Comme l’a rappelé Patrick Cabanel dans sa biographie de Ferdinand Buisson (Ferdinand Buisson. Père de l’école laïque, Genève, Labor et Fides, 2016, p. 110), c’est à James Guillaume qu’est confiée la charge de traduire les devoirs étrangers, à l’exception de ceux des écoliers japonais. Dans une note (n° 117), l’historien indique que James Guillaume a traduit les devoirs en provenance du Portugal, d’Espagne, de Hongrie, du Luxembourg, d’Italie, de Suisse, du Canada et des États-Unis. Les devoirs sont accompagnés d’une petite introduction, celle sur le Japon précisant par exemple que c’est M. Kouki-Riuichi « secrétaire de première classe du ministère de l’Instruction publique et du Conseil d’État de l’empire japonais » qui a fait traduire ces textes. James Guillaume s’est chargé de la traduction des devoirs du Portugal et d’Espagne. La note sur la Hongrie mentionne des compositions en hongrois, allemand et français, les traductions ne concernant toutefois que l’allemand. Les devoirs du Grand Duché du Luxembourg étaient eux-aussi rédigés en français et en allemand. James Guillaume s’est chargé aussi de la traduction de devoirs en italien. Les devoirs suisses étaient rédigés en allemand (pour les devoirs venant du canton de Bâle-Ville ou bien du canton de Lucerne) et en français pour les cantons de Vaud, Neuchâtel et Genève. La partie sur les devoirs d’écoliers et d’écolières belges est la plus développée mais ne compte que des travaux en français. Concernant le Canada, seule la province du Québec était représentée excluant ainsi les travaux des provinces anglophones. La partie sur les devoirs américains est classée en fonction du public avec une séparation entre « écoles blanches » et « écoles de couleur », qu’il s’agisse d’écoles primaires ou d’écoles normales d’ailleurs.

 

capture-decran-2017-01-22-a-13-27-41Page de titre de l’ouvrage numérisé sur Archive.org.

Cette anthologie en anglais des pédagogues français (1919) est le dernier ouvrage sur lequel James Guillaume a travaillé, bien qu’il ne soit pas mentionné pour ses traductions. Dans la biographie de Ferdinand Buisson déjà citée, Patrick Cabanel donne les informations suivantes au sujet de ce projet que portait Buisson de faire une double anthologie de textes d’éducateurs français et américains contemporains (p. 379) :

« Il devait sortir du projet le recueil publié sous son nom et celui de Frederic Ernest Farrington, en 1919, French Educational ideals of today. An anthology of the molders of French educational thoughts of the present. James Guillaume, encore et toujours, est mobilisé à partir de mai 1916 pour faire les traductions vers l’anglais (Buisson, Pécaut, Gréard) et surtout depuis l’anglais (Buisson évoque les noms de G. Stanley Hall, Charkes [sic. Charles] William Elliot, John Dewey, Edward Thorndike…) – mais sa mort, en novembre, a peut-être contribué à faire annuler le volet américain du projet. »

Cette dernière collaboration est documentée par les lettres de Ferdinand Buisson conservées aux Archives de l’État de Neuchâtel (fonds James Guillaume des AEN) sous la cote 75. De plus, James Guillaume évoque ce travail dans les lettres qu’il écrivit à sa fille au cours des derniers mois (cote 80 du fonds James Guillaume des AEN). Ferdinand Buisson ne datait pas ses envois ce qui rend malaisée la mise en relation des deux correspondances. Toutefois, depuis son départ de Paris, James Guillaume tenait un registre de son courrier et numérotait les pièces reçues ce qui permet de les classer.

La pièce cotée 141 par Guillaume (cote 75.26) est l’une des rares datée par Buisson. Écrite le 26 avril 1916, cette lettre annonce le travail de traduction confié à Guillaume. Surtout, Buisson a joint à ce courrier copie de la lettre en anglais qu’il a envoyée aux université américaines pour présenter son projet (cote 75.17) :

cimg5792cimg5793cimg5794Par une lettre à sa fille Émilie Chaix datée du mercredi 3 mai 1916 (cote 80.20), James Guillaume annonce que Buisson l’a contacté pour faire des traductions :

« Maintenant, le fait que F. Buisson, par une lettre du 1er mai, m’a annoncé qu’il veut m’envoyer divers extraits d’ouvrages pédagogiques américains, pour que je les traduise de l’anglais en vue  de leur insertion dans un volume qui sera édité par les Hachette, – ce fait me détermine à demander qu’on m’achète d’urgence, par l’intermédiaire d’un bon libraire de Neuchâtel, un exemplaire du Nouveau Dictionnaire de Pédagogie : tu sais que c’est le titre de la nouvelle édition du Dictionnaire de pédagogie, publiée sous la direction de F. Buisson à la libraire Hachette, et pour laquelle j’ai rempli, comme pour la première édition, les fonctions de secrétaire de la rédaction. C’est un gros volume, qui se vend 30 fr. ainsi que cela est annoncé dans la brochure de Buisson, Souvenirs, 1866-1916 ; il a paru en 1911. »

C’est d’ailleurs l’occasion pour James Guillaume de donner quelques renseignements sur sa bibliothèque :

« C’est embêtant de penser que mon exemplaire du Nouveau Dict. de pédagogie existe, qu’il se trouve dans une des caisses de livres expédiées de Paris à Neuchâtel par les soins de tant Nina, et qu’on ne pas sais pas dans laquelle. Quel dommage que tant Nina ne sait pas dans laquelle. Quel dommage que tante Nina n’ait pas pensé à faire, non pas un catalogue complet, mais un état sommaire, du contenu de chacune de ces caisses ! – Son fils Georges m’a dit, dimanche, qu’il voulait ouvrir lui-même une de ces caisses, au petit bonheur, en examiner le contenu, et en faire un petit catalogue qu’il m’enverra. M’a-t-il tenu parole ? parle-lui-en. »

Une lettre arrivée le 9 mai 1916 d’après une mention manuscrite de Guillaume (cote 75.28) est une réponse de Ferdinand Buisson aux premières traductions que son ami lui a envoyées :
cimg5828cimg5829

cimg5830

cimg5831Le dimanche 21 mai 1916, James Guillaume écrit de nouveau à sa sœur Julie et, comme il en avait l’habitude lors de la rédaction du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, mobilise ses proches pour l’aider à faire son travail (cote 80.24).

« Dans les documents américains que j’ai à traduire pour F. Buisson, je trouve quelques mots que ne je comprends pas ; je veux essayer si Emilie (ma fille) pourrait venir à mon aide. Voici une phrase : « We do not always notice how knowledge naturally buffets. » Je prie Emilie de chercher dans le dictionnaire anglais le verbe to buffet ; si elle le trouve, qu’elle me copie l’article d’un bout à l’autre […] ».

Il poursuit en manifestant sa satisfaction à travailler pour son ami :

« De M. Buisson, j’ai reçu hier soir une carte où il me dit : « Merci, cher ami, j’ai reçu lettre et traduction. De celles-ci, je ne saurais trop vous dire ma gratitude. » – Il faut que je me donne de la peine pour mériter cette reconnaissance. »

Il fait référence à une carte de Buisson du 17 mai (cote 75.25) que Guillaume a numéroté 158 :

cimg5813Plusieurs pièces de correspondance datant de juin et de juillet 1916 documentent l’avancée du travail de Guillaume et les compliments que Buisson ne manque pas de lui faire sur ses traductions.

Par une carte portant un cachet postal du 22 août 1916 (cotée 268 par Guillaume), Buisson le remercie encore pour ses traductions et annonce le décès de son petit-fils devant Verdun :

cimg5798Il s’agit de la dernière mention des traductions de Guillaume dans la correspondance envoyée par Ferdinand Buisson :

« Merci, mon cher ami, d’avoir pris la peine de faire ce travail ingrat, je vous en suis très reconnaissant. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *