Le mot d’anarchie exprime une idée vieille comme le monde ; il m’a toujours semblé que l’aspiration vers la liberté, le désir de n’avoir point de maître d’aucune sorte, doit exister chez tout homme doté d’un cerveau normal.

Extraits d’une lettre de James Guillaume à Luigi Fabbri du 11 mai 1914, conservée à l’IISH d’Amsterdam

« Le désir et l’espoir de détruire la forme capitaliste de la société, de substituer au salariat un régime de liberté et de communauté fondé sur l’expropriation de la classe possédante, et d’employer, comme moyen de lutte, d’abord les grèves partielles, puis la grève générale, cette idée est née spontanément, en Angleterre et en France, chez les ouvriers, dès qu’ils se sont associés pour la lutte au cours de la 1re moitié du 19e siècle. […]

– J’ouvre ici une parenthèse. Le camarade Shapiro, au nom du Comité qui convoque le futur congrès anarchiste de Londres, m’a invité à assister à ce Congrès, en me demandant d’y présenter un rapport sur le syndicalisme révolutionnaire, et en y ajoutant : « le Comité estime qu’un rapport de vous sur cette question est indispensable ». J’ai répondu que je n’ai pas l’intention de participer au Congrès, pas plus que je n’ai participé à celui d’Amsterdam en 1907. Et voici comment j’ai expliqué ma position :

« Le mot d’anarchie exprime une idée vieille comme le monde ; il m’a toujours semblé que l’aspiration vers la liberté, le désir de n’avoir point de maître d’aucune sorte, doit exister chez tout homme doté d’un cerveau normal. Mais cette idée ne suffit pas à constituer à elle seule un programme social et philosophique : elle est seulement, à mes yeux, une des idées, parmi beaucoup d’autres, qui doivent faire partie des conceptions de quiconque a réfléchie, étudié, senti, agi. Aussi n’ai-je pu comprendre pourquoi, depuis quelques dizaines d’années, des hommes, dont plusieurs sont mes vieux amis, se sont donné, pour se différencier, l’étiquette spéciale d’anarchistes, comme si ce mot devait suffire à exprimer tout ce que veulent les révolutionnaires ; et encore bien moins ai-je compris comment ils ont pu essayer de se constituer sous ce titre en un parti.

« En ce qui me concerne, je suis resté sur le terrain de l’Internationale de 1864-1878. Le considérant fameux des statuts qui dit : « The economical subjection of the man of labour to the monopolizer of the means of labour, that is the sources of life, lies at the  bottom of servitude in all its forms, of all social misery, mental degradation, and political dependence » – ce considérant renferme pour moi tout ce qui motive la nécessité d’une revolution. De même que le considérant qui precise : “The emancipation of the working classes must be conquered by the working classes themselves”, dit d’une manière claire que le seul agent possible de cette révolution nécessaire, c’est la classe des salariés et des exploités, qui doit conquérir elle-même son émancipation et mettre fin par-là à toute domination de classe (« equal rights and duties and the abolition of all class rule »). » […]

Les principes de l’Internationale sont nés spontanément au sein des masses ouvrières : et un quart de siècle après que l’Internationale avait disparu, ils sont nés de nouveau, ces mêmes principes en France, au sein de la C.G.T., par la force même des choses. Ils n’ont pas été transmis aux ouvriers de la C.G.T. par les propagandistes qui auraient fait partie antérieurement de l’Internationale ; non, ils sont nés spontanément dans le cerveau de ces ouvriers, qui ne savaient pas ce qu’avait dit et fait l’Internationale avant eux. Et il sera toujours ainsi, tant qu’il y aura un prolétariat : la force des choses reproduira toujours les mêmes résultats ; et si la C.G.T. disparaissait, une nouvelle génération enfanterait à son tour les mêmes idées et, recommençant les mêmes luttes, serait amenée à adopter le même programme. – J’avais déjà dit ces choses-là à la Haye, en 1872, au nom de mes camarades : « Les uns considèrent l’Internationale comme la création permanente d’un groupe d’hommes possédant une certaine doctrine sociale dont l’application doit émanciper le travail [note : c’est ce que disent aujourd’hui les anarchistes en parlant de l’action qu’ils prétendent devoir exercer sur les syndicats pour les vivifier.] ; …ils pensent que c’est grâce à ce groupe, qui maintient une sorte d’orthodoxie, et à cause d’elle, que l’Internationale existe. D’autres, au contraire, croient que l’Internationale ne résulte pas de l’action d’un groupe quelconque d’hommes [Note : Id est d’un groupe dirigeant et doctrinal], mais bien des ambitions économiques de chaque contrée. La situation analogue des travailleurs, dans les divers pays, produit une identité de sentiments, d’aspiration et d’intérêts qui, spontanément, donnera naissance à l’Internationale. Celle-ci n’est pas une conception sortie d’un cerveau de théoricien, mais la résultante nécessaire des faits économiques. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *