James Guillaume et ses réseaux en 1910

Temps nouveaux-kotoku-extrait

Illustration : extrait d’un article signé A. Pratelle dans Les Temps Nouveaux du 25 décembre 1910, numérisé sur Gallica.

Ces trois cartes postales de James Guillaume adressées à Max Nettlau sont liées à « l’affaire Kôtoku » du nom d’un dirigeant socialiste et anarchiste japonais qui fut condamné, avec 24 autres prévenus pour crime de lèse-majesté en 1910, ce qui lui valut la peine capitale. Kôtoku Shûsui (1871-1911), fut le fondateur du Parti social-démocrate japonais en 1901 avant de devenir un passeur de la  pensée anarchiste européenne par ses traductions de Kropotkine notamment. À l’occasion d’une campagne internationale en faveur des prévenus, Max Nettlau demande à James Guillaume de mobiliser ses réseaux en France. Voici ses réponses : 

Paris, 10 décembre 1910

Cher monsieur, reçu votre lettre hier ; je viens de l’envoyer à F.B.(uisson), en y joignant 4 pages d’explication, et le numéro de Freedom. J’espère qu’il agira. Je lui recommande de parler à Pressensé, Vaillant, Jaurès ainsi qu’à la franc-maçonnerie, et aux professeurs de la Sorbonne. – Cet après-midi je vais à la C.G.T. parler à Jouhaux et Yvetot ; mais, comme vous dites très bien, il faudra être courtois, et dire aux Japonais qu’on a trop bonne opinion d’eux pour les croire capables de se ravaler au niveau des bourreaux de Russie et d’Espagne. Je souhaite qu’en Angleterre le mouvement devienne assez fort pour intimider le gouvernement japonais. Ici, je ne sais pas quel mouvement d’opinion nous pourrions obtenir dans un délai si court. Essayons toujours. – J’ai envoyé à Brupb. [Brupbacher] mon brouillon (lecture incertaine) de lettre ; (illisible). Je vous récrirai encore. Quand partez-vous ? – Bonnes salutations. J.G.

Paris, 13 décembre 1910

Cher Monsieur, je viens d’expédier la 2e épreuve de la notice Coeurderoy directement à l’imprimerie. J’y ai ait une correction nouvelle : p. XII, au lieu : « avant Bakounine », j’ai mis « comme Bakounine ». [Suivent des observations sur la notice Coeurderoy.]

Pour le Japon, Buisson m’a promis d’agir auprès de Jaurès et de Pressensé. L’Humanité de ce matin publie un article. J’ai prié Buisson de faire signer 2 protestations collectives, l’une par des députés, l’autre par des savants et professeurs et de les envoyer aux ambassades à Paris et à Londres ; mais je ne sais s’il aura le temps de le faire. Ce soir à la séance du Comité confédéral de la C.G.T., Jouhaux fera voter une protestation (courtoise) qui sera expédiée à Paris et à Londres.

Bonnes salutations. J.G.

 

Paris, 16 décembre 1910

Cher monsieur, le comité confédéral de la C.G.T. a voté à l’unanimité mardi soir, et a envoyé aux ambassades japonaises à Paris et à Londres, une résolution que j’avais rédigée et qui a paru dans la Voix du Peuple de ce matin.

Sur l’initiative du Dr Pierrot, quelques médecin (sic) de Paris ont signé une protestation sous le prétexte de prendre la défense d’un confrère. Mais Kotoku est-il réellement médecin ? son titre de docteur n’a-t-il pas induit en erreur Pierrot ? n’est-il pas plutôt docteur ès lettres ou ès sciences ? Si vous pouviez me renseigner sur ce point, j’en serais bien aise.

L’Humanité et la Guerre sociale ont marché aussi. Mais j’ignore si les parlementaires et les universitaires ont fait quelque chose ; je récris (sic) à F. Buisson. Vous dites qu’il faut attendre, pour agir, que la Cour suprême ait dit le dernier mot. Je pense, au contraire, qu’il faut prendre les devants, de peur d’arriver trop tard.

Bien à vous, J.G.

 

Note : Pour contextualiser cet échange épistolaire, consulter les deux articles de Christine Lévy consacrés à Kôtoku en 2002 et en 2010 dans la revue Ebisu publiée par la Maison franco-japonaise de Tokyo (Institut français de recherche sur le Japon, UMIFRE 19 MAEDI-CNRS).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *