L’édition des procès-verbaux des comités d’instruction publique de la Révolution française, le grand œuvre de James Guillaume

cimg3234

Pièce conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds James Guillaume, cote 30, celle-ci étant composée de 6 pièces liées à ses activités de secrétaire de la commission chargée de publier les documents relatifs à l’instruction publique pendant la Révolution française. Les documents officiels relatifs à cette commission sont conservés aux Archives nationales de France sous la cote F17-2922. Le dossier relatif à la publication proprement dite des procès-verbaux est le F17-17176, qu’il s’agisse de ceux de l’Assemblée législative, de la Convention nationale ou bien des tables analytiques restées inachevées.

La consultation de l’inventaire en ligne des Archives nationales permet de faire l’historique de cette commission dont le nom complet est le suivant : « Commission de recherche et de publication des documents relatifs à l’histoire de l’Instruction publique de 1789 à
1808 ». Elle fut créée par un arrêté du ministre Paul Bert en date du 28 novembre 1881 auprès de la Direction de l’enseignement primaire à la suite d’un rapport de Ferdinand Buisson (1880). Il y déplorait la méconnaissance de cette histoire scolaire qu’il jugeait pourtant fondamentale :

« Une seule période et restée jusqu’ici, non pas inconnue, mais très mal connue et c’est précisément celle où prennent leur origine toutes nos modernes institutions scolaires, celle qui s’étend de 1789 au Consulat. Sur cette époque, mémorable dans l’histoire de tous les services publics, mais qui fut particulièrement décisive pour le développement de l’instruction nationale, on peut dire que la lumière n’a pas encore été faite. Non seulement la passion s’en est emparée, et a sur plus d’un point substitué la légende à l’histoire, mais les documents même, à l’aide desquels l’étude impartiale aurait pu se faire, n’ont été que très imparfaitement publiés, quelques-uns ne sont jamais sortis des archives ; d’autres, bien qu’imprimés, sont devenus si rares qu’il est presque impossible de les consulter, enfin et surtout, imprimés ou manuscrits, ils ne sont connus du grand public qu’à l’état de pièces éparses et de textes incohérents, dont on ne peut ni suivre l’enchaînement, ni apprécier la portée. Faute d’être en mesure de les rapprocher comme il le faudrait, semaine par semaine, et presque jour par jour, des événements qui se succédaient si rapidement dans cette grande époque. Ne pensez-vous pas, M. le Ministre, que le Gouvernement de la République, rendrait service aux amis de la vérité historique, en même temps qu’il remplirait un devoir de piété filiale, en rassemblant tous ces documents, et en les publiant dans leur ensemble, sans autre commentaire que des notes explicatives ? »

Le programme de la publication est ainsi défini par Buisson dès son rapport préliminaire et James Guillaume va le suivre en lui donnant une ampleur inattendue. Il n’eut cependant pas le temps de rédiger les volumes sur le Directoire et le Consulat, ni d’en publier les tables analytiques.

Le contexte du Centenaire de 1889 est central dans l’argumentation de Buisson pour convaincre le ministre :

« Il ne faut pas que nous arrivions au centenaire de 89, sans avoir donné à la mémoire de nos pères cette marque de respect. En même temps qu’il attestera la reconnaissance nationale envers les premiers organisateurs de notre enseignement public, ce recueil de documents officiels nous servira encore à juger avec plus de modestie les progrès mêmes dont nous avons le droit de nous féliciter. Il nous fera mieux voir ce que sont nos travaux d’aujourd’hui comparés à l’effort prodigieux de ces grands novateurs qui tiraient tant d’eux-mêmes. Et ce sera peut-être en mesurant nos institutions actuelles à l’idéal qu’ils traçaient, il y a bientôt cent ans, d’une main ferme et si hardie, que nous apprécierons dignement ce qu’ils ont fait, et ce qu’il nous reste à faire. »

Buisson, alors directeur de l’enseignement primaire fut nommé secrétaire général de cette commission. L’article premier de son arrêté de création en précise l’objet :

« Article premier. Il est institué au Ministère de l’instruction publique une commission chargée de préparer la publication des documents relatifs à l’histoire de l’instruction publique, pendant la période de 1789 à 1808. »

James Guillaume avait déjà travaillé sur les procès-verbaux des comités d’instruction publique pour son monumental article « Convention nationale » (51 pages sur deux colonnes) pour le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (parution dans les livraisons 44 à 46 de novembre 1879). Il précise sa méthode de travail et ses sources dans l’introduction de cet article (p. 520) :

« De toutes les assemblées qui ont gouverné la France, la Convention nationale est celle qui s’est le plus occupée d’instruction publique. Néanmoins, on chercherait vainement, soit dans les nombreuses histoires de la Révolution, soit même dans des ouvrages plus spéciaux, des renseignements exacts et précis sur les divers plans d’éducation nationale qui furent successivement présentés à la Convention, et sur les discussions auxquelles ils donnèrent lieu. Aussi avons-nous pensé qu’il ne serait pas inutile de donner ici, au complet, le texte des décrets et projets de décrets relatifs à l’instruction primaire, et de résumer en outre ce que contiennent de plus intéressant, sur ce sujet, le Moniteur, les procès-verbaux de la Convention, les rapports et discours imprimés des conventionnels et les journaux du temps. Mais nous ne pouvons prétendre à tout dire, et peut-être jugera-t-on que, malgré l’étendue exceptionnelle donnée à cet article, nous avons passé trop rapidement sur plus d’un point important. Nous n’avons du moins jamais avancé un fait, écrit un nom ou une date, sans pouvoir nous appuyer sur un document contemporain digne de foi. Il ne nous eût pas été possible, à moins d’ajouter à notre travail des notes qui en eussent doublé la longueur, d’indiquer toujours nos sources, ni surtout de relever chemin faisant toutes les inexactitudes que nous avons rencontrées chez les écrivains, même les plus autorisés, qui se sont occupés de cette matière. Nous prions seulement le lecteur, s’il nous trouve sur quelque point en contradiction avec d’autres auteurs, de vouloir bien se rappeler que notre exposé est jusque dans ses moindres détails puisé aux sources originales. »

Buisson proposa en 1885 à Guillaume de faire partie de cette commission, ce qui motiva d’ailleurs son souhait de devenir français, comme il l’écrivit à ses sœurs par une lettre du 29 mars 1885. Voici comment il justifie son souhait d’être naturalisé français :

« Mais à quoi bon, direz-vous ? C’est que, dit M. Buisson, sans cela je  rencontrerai des obstacles abominables à me faire agréer comme agent exécutif de la commission chargée de publier l’histoire de l’instruction publique sous la Révolution. Or comme mon plus vif désir serait de pouvoir me consacrer tout entier à cette œuvre, je ferai tout ce qu’il faudra pour écarter les difficultés. »

Le 11 septembre suivant, il adresse une demande d’admission à résidence qui est conservée dans son dossier de naturalisation.

La commission fut rattachée à la section des sciences économiques et sociales du Comité des travaux historiques (CTHS) par arrêté du 25 septembre 1885. À cette date, la commission prend le nom de « Commission des documents inédits de l’histoire de France postérieure à 1789. » Guillaume est nommé comme secrétaire de cette commission et remercie le ministre par un courrier daté du 12 octobre 1885 :

« Permettez-moi, Monsieur le Ministre, de vous exprimer à ce sujet toute ma reconnaissance. Je serai heureux d’avoir l’occasion de consacrer une bonne partie de mon activité à des études qui me sont chères, et je m’efforcerai de répondre par mon zèle et mon exactitude à la confiance que vous bien voulu m’accorder. »

Il adresse le 5 novembre 1885 un courrier au Garde des Sceaux afin de justifier sa demande d’admission à résidence par ses travaux intellectuels :

« […] enfin, qu’un arrêté de Monsieur le ministre de l’instruction publique, en date du 25 septembre 1885, l’a nommé secrétaire de la commission récemment instituée à l’effet de rechercher et de publier les documents relatifs à l’histoire de l’instruction publique pendant la période de 1789 à 1808 ; – et que tous ces motifs l’engagent à fixer en France son domicile d’une manière stable ».

La pièce la plus ancienne de la cote 30 du fonds James Guillaume des AEN est datée du 7 janvier 1886. Ce document attribue à Guillaume une indemnité annuelle de 2000 francs en tant que secrétaire de la « Commission chargée de rechercher et de publier les documents relatifs à l’histoire de l’instruction publique de 1789 à 1808 », ceci d’après un arrêté du 27 décembre 1885.

Le dossier des AEN comporte un courrier adressé à Guillaume (21/12/1886) faisant référence à un arrêté du 4 décembre 1886 qui crée auprès du Ministère de l’instruction et des beaux-arts une commission « à l’effet de rechercher et de publier les documents inédits, relatifs à la Révolution de 1789 ». James Guillaume est nommé secrétaire de cette commission qui remplace la précédente.

cimg3235Pièce conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds James Guillaume, cote 30

Le dossier des AN conserve la réponse de Guillaume adressée à Ferdinand Buisson à la suite de sa nomination de décembre 1886 :

dsc09193Par une lettre du 11 janvier 1886 destinée à Buisson, Guillaume fait référence au fait que la commission créée en 1885 ne put se réunir sans en expliciter les raisons :

« Diverses raisons que vous connaissez n’ont pas permis que la Commission se réunisse en 1885, ensorte que mes fonctions comme secrétaire désigné de cette commission se sont réduites cette année-là, à réunir les premiers éléments d’une bibliothèque spéciale, actuellement en formation dans les locaux attribués à la Commission dans les bâtiments du Musée pédagogique. »

Les liens sont alors étroits entre cette commission, le Musée pédagogique et la Revue pédagogique dont Guillaume est alors secrétaire de rédaction. Il y publie en 1888 (1888-I, p. 237) une Note sur l’instruction publique de 1789 à 1808. Cet article fut édité en volume dans la collection des « Mémoires et documents scolaires publiés par le Musée pédagogique » et suivi du « Catalogue des documents originaux existant au Musée pédagogique et relatifs à l’histoire de l’instruction publique en France durant cette période » (Delagrave, Hachette, 1888).

Dans le dossier F17-2922 des Archives nationales sont conservés les procès-verbaux des séances de cette commission qui se réunit entre 1886 et 1892. En tant que secrétaire, James Guillaume se chargea de l’établissement de ces pièces. Le premier procès-verbal concerne la séance du 1er juin 1886 et le 17e et dernier, la séance du 25 juillet 1892.

Le dossier comporte une note non datée de 10 pages (mais certainement de 1890) sur les travaux de cette commission. C’est l’occasion pour Guillaume de faire l’historique de la commission à laquelle il appartient. Il indique par exemple que celle-ci, instituée en septembre 1885, ne tint que trois séances et qu’il proposa lui-même « la publication relative à l’œuvre législative de la Convention en matière d’instruction publique ». Il indique ensuite que son projet a été discuté mais qu’aucune décision ne fut prise à son sujet. Guillaume expose ensuite le fait que la nouvelle commission créée en décembre 1886 se substituait à la précédente, tout en élargissant ses attributions à la publication de tous les documents historiques inédits liés à la Révolution de 1789. Il rappelle qu’Octave Gréard était président de cette commission et que Ferdinand Buisson en était le vice-président et c’est certainement dans le cadre de cette commission qu’il fit la connaissance d’Alphonse Aulard qui était chargé de la publication des actes du Comité de Salut public. Voici ce que Guillaume écrit au sujet des Procès-verbaux des comités d’instruction publique :

« 7. Procès-verbaux des Comités d’instruction publique de l’Assemblée législative et de la Convention. Cette publication, dont le plan a été adopté par la Commission dans sa séance du 18 juillet 1887, est confiée à M. J. Guillaume. M. Beaussire, nommé commissaire étant mort au printemps de 1889, a été remplacé par M. Courcelles Seneuil. Le volume comprenant les Procès-verbaux de Comité d’instruction publique de l’Assemblée législative, avec de nombreuses annexes, a paru en 1889. Le premier volume des procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention est sous presse. »

Dans cette note, Guillaume fait part d’autres projets qui ont été ajournés dont l’une de ses propositions :

« La recherche et la publication de la statistique scolaire faite en l’an II (proposition de M. Guillaume, séance du 19 février 1887). »

Le deuxième volume mentionné « sous presse » a paru en 1891. Il l’adressa d’ailleurs à son père en 1892 afin de lui exposer la « partie la plus importante, à mes yeux, de mes travaux personnels ». Il insiste par cette lettre privée sur la nouveauté de ce travail d’édition mais aussi d’histoire (en particulier dans son introduction) : « […] c’est la première fois que, sur ce point, l’histoire positive et documentaire vient prendre la place, soit de la légende, soit du vide absolu ».

 

Le dossier conservé sous la cote F17-17176 et consacré à la publication des Procès-verbaux du comité d’instruction publique de la Législative porte la mention d’un arrêté du 30 décembre 1887. C’est ce que confirme l’ouvrage paru en 1889 (en ligne sur Gallica) dans un avertissement :

« Par arrêté en date du 30 décembre 1887, le Ministre de l’instruction publique et des beaux-arts a ordonné la publication, dans la collection des documents inédits relatifs à la Révolution de 1789, des Procès-Verbaux du Comité d’instruction publique de la Législative, par M. J. Guillaume. M. Beaussire, membre du comité des travaux historiques et scientifiques, a été chargé de surveiller cette publication en qualité de commissaire responsable. »

Par une lettre du 29 juin 1888, Guillaume annonce qu’il a fini de rédiger le manuscrit du premier volume des papiers du comité d’instruction publique, soit un an et demi après la date de l’arrêté ordonnant la publication.

Toujours sous la même cote, le dossier consacré à la publication des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale mentionne un arrêté du 12 juin 1889. Ce volume (numérisé sur Gallica) parut en 1891 avec l’avertissement suivant :

« Par arrêté en date du 12 juin 1889, le Ministre de l’instruction publique et des beaux-arts a ordonné la publication, dans la collection des documents historiques inédits relatifs à la révolution de 1789, des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale par M. J. Guillaume. »

Ce sont finalement 6 volumes de procès-verbaux qui furent édités pour la Convention nationale, le dernier datant de 1907, année où leur auteur obtint le prix Alphonse Peyrat pour ce travail d’édition. Voici comment Alphonse Aulard évoque ce prix dans La Révolution française (tome 54, janvier-juin 1908, p. 68-69) :  

« La Commission chargée de décerner le prix Alphonse Peyrat s’est réunie pour la première fois à la Sorbonne, le 7 septembre 1907, et a choisi pour président M. Gabriel Monod. Elle a décidé qu’elle ne provoquerait aucune candidature et qu’aux termes de la fondation faite par Mme la marquise Arconati-Visconti elle examinerait les ouvrages imprimés en français dans ces trois dernières années et relatifs à l’histoire de France depuis 1774. Dans une seconde séance, tenue le 21 décembre 1907, elle a accordé le prix à un ouvrage dont l’auteur n’avait posé aucune candidature et qui ne se doutait même pas qu’il pût être question de lui. Cet ouvrage, ce sont les Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, publiés et annotés par M. J. Guillaume. Ce n’est pas ici le lieu de faire l’éloge de notre cher et savant secrétaire général adjoint. Je dirai seulement – et aucun de mes collègues ne m’en voudra de violer en cela le secret de nos délibérations – que le vote de la Commission en faveur de M. Guillaume (au scrutin secret) a été unanime. Je rappellerai aussi que ce recueil est une œuvre originale, non seulement par l’interprétation des documents, mais aussi par ces magistrales introductions historiques que l’auteur a placées en tête de chaque volume, et dont le rapprochement formerait un beau livre d’histoire. Enfin, la Commission a été heureuse de couronner non seulement un ouvrage, mais toute une vie si noblement consacrée à la science. La seule personne qui ait été surprise de cette décision, c’est M. Guillaume lui-même. Je suis sûr que tous ses concurrents connus et inconnus s’inclineront devant notre choix, qui vraiment s’imposait. Puissent d’autres Commissions et d’autres Sociétés suivre l’exemple que nous leur avons donné d’éviter aux auteurs l’embarras d’une candidature, d’aller chercher le mérite sans lui imposer aucune démarche et de le trouver sans qu’il ait même à faire un signe d’appel quelconque ! Je crois que notre Revue ne pouvait avoir une meilleure manière d’annoncer le tome VI de M. Guillaume, qui a paru en 1907, et qui achève la Convention. On sait que l’auteur prépare la suite de ce recueil pour la période du Directoire exécutif. »

En 1911, il indique effectivement travailler sur le volume consacré au Directoire et dont il avait lui-même soumis le projet au ministre par une lettre du 21 mai 1906. Ce volume ne vit jamais le jour.

Par cette lettre de 1915, Alphonse Aulard annonce la maladie de James Guillaume et son incapacité à travailler sur les tables des Procès-verbaux qui ne paraîtront finalement qu’en 1958.

dsc07963

Note : ce travail a été rendu possible par les dépouillements préparatoires effectués par Federico Ferretti lors de la première année de recherche du projet FNS auquel est lié ce carnet. Les nombreuses photographies qu’il a prises aux archives ont permis cette synthèse.

J.-C. Buttier.


2 réflexions au sujet de « L’édition des procès-verbaux des comités d’instruction publique de la Révolution française, le grand œuvre de James Guillaume »

  1. Ping : James Guillaume, auteur majeur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire | James Guillaume

  2. Ping : James Guillaume, Alphonse Aulard et la revue « La Révolution française » | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *